Informations et Publications

Informations et Publications

I) Informations

Johanna Hawken a eu l'heureuse initiative, en référence à l'abécédaire du philosophe Gilles Deleuze sur la philosophie, de produire avec Caroline Pothier un abécédaire de la philosophie avec les enfants. Vous trouverez sur You tube les vidéos (de 5' à 10' chacune) des 26 entrées proposées, sous forme d'un dialogue avec Michel Tozzi... Voici la référence :

https://youtu.be/we-Bi2j0exQ

Ou sur YouTube, abécédaire Philo enfants Michel Tozzi

L'accès des numéros 10 à 74 de Diotime, revue internationale sur les nouvelles pratiques philosophiques (NPP), est désormais gratuitement accessible, et les centaines d'articles téléchargeables, sur :

www.educ-revues.fr/diotime/

Pour avoir de petites vidéos sur la philo, voir le site :

https://www.youtube.com/watch?v=MXOCt0hHT2w&feature=share

Actions d'animation et de formations proposées par ARP Philo

Niveau 1 - Animation d'Ateliers de pratique

  • Type : ateliers mensuels ou périodiques - soirées philo
  • Public : associatif : adultes ou enfants
  • Intitulé : Pratiquer des Ateliers philo - philosophie pour enfants
  • Objectif : découvrir et pratiquer la réflexion partagée en groupe de 5 à 95 ans !
  • Pratique : Vivre activement un dispositif philo en tant que participant
  • Durée : 1h30 à 2h selon les groupes
  • Formateurs/animateurs : Danièle Dupin ; Nicole Talleux ; Marie Hélène Potier ; Françoise Merlin Godefroy ; Jean François Alleman, Jacques Bruneau

Niveau 2 - Formation à la pratique d'animation

  • Type : formation-sensibilisation à la pratique d'animation
  • Public : enseignants (1er et 2nd degrés) ; étudiants ; membres associations...
  • Intitulé : apprendre à animer des ateliers philo pour enfants
  • Objectif : Pratiquer et Savoir animer

Montrer la spécificité des pratiques philo découvrir et s'approprier différents types de méthodologies en particulier ateliers courts et ateliers documentés

Expérimenter des dispositifs en pratiquant et en observant

Permettre aux personnes de se "lancer" dans l'animation des ateliers

  • Contenu : Définition, spécificité des pratiques philo, Présentation des enjeux, Rapides apports théoriques ; présentation de 3 protocoles (ateliers court/documenté/citoyen) Posture et rôle de l'animateur, des observateurs et des participants, Outils : les règles
  • Pratique action-observation
  • Durée : 3- 6-12 h en fonction du type de formation
  • Formateurs : Danièle Dupin, Nicole Talleux, Monique Baylac( OCCE82), Magali Corrière (OCCE46)

Niveau 3 - Renforcement de pratique en milieu scolaire

  • Type : formation d'approfondissement
  • Public : personnes (enseignants-éducateurs-animateurs..) ayant suivi une formation préalable et expérimenté l'animation avec des groupes enfants
  • Intitulé : Animer des ateliers philo pour enfant niveau 2 approfondissement
  • Objectif : Maîtrise des pratiques et des outils d'animation. Appropriation des pratiques d'animation de l'atelier citoyen.
  • Contenu : Retour sur ses propres pratiques temps de métacognition ; analyse des dispositifs et outils expérimentés : partage des expérimentations et adaptations . Entraînement à l'animation des 3 protocoles ARP Compléments théoriques - liens avec les programmes scolaires si public enseignants.
  • Durée : 6 h minimum à 12h
  • Formateurs : Nicole Talleux Monique Baylac, Magali Corrière, Danièle Dupin
  • en conseil et suivi

Formations spécifiques : notamment à l'étranger

  • Type : formations organisées avec et pour des partenaires , selon des thématiques négociées
  • Intitulé : Voyages ateliers
  • Public : membres de l'association ARP philo et partenaires des pays demandeurs (Tunisie, Algérie, Maroc...) ex : associations FOSE, AMPC...
  • Objectifs : Donner accès aux outils d'animations, aux supports et thèmes de réflexion partagée en vue de mettre en oeuvre des ateliers philo (courts, documentés ou citoyens) pour des publics associatifs , universitaires ou scolaires...
  • Contenus : dominante de pratiques et d'entraînement à l'animation. Apports théoriques et conférences selon les thèmes ciblés.
  • Durée : de 2 à 5 jours de formation ( selon les types de voyages )
  • Formateurs : Danièle Dupin ; Nicole Talleux + différents membres d'ARP-philo participant au voyage atelier

Modalités

Toute demande de formation qu'elle vienne d'institutions ou d'associations est étudiée par le bureau de l'association ARP-philo pour qu'elle puisse y répondre au mieux dans la mesure de ses moyens et de la disponibilité des formateurs.

Contact : arp.philo31@gmail.com (Siège 19 rue Bayard 31000 Toulouse)

L'ACIREPh a organisé ses Journées d'étude les 21 et 22 octobre 2017 sur la question :

Lire et écrire en classe de philosophie. Quel(s) langage(s) pour notre enseignement ?

Argumentaire - Dans nos classes, nous nous sommes déjà heurtés à l'incompréhension de certains élèves face à certains usages de la langue, face à certains textes philosophiques, ou bien simplement face à certains éléments de vocabulaire qui nous semblent pourtant indispensables pour penser des distinctions ou des rapprochements de concepts. Lors de l'enquête ACIREPh-SNES menée en 2015 auprès de plus de 400 professeurs de philosophie, la maîtrise de la langue était ainsi identifiée de façon très consensuelle (91 % des réponses) comme l'une des principales raisons des difficultés rencontrées par les élèves en philosophie. Pour l'ACIREPh, cette tendance très largement partagée dans la profession confirme la nécessité d'enseigner la philosophie en amont de la Terminale, si nous ne voulons pas nous contenter de déplorer l'état dans lequel nous arrivent nos élèves, en soupirant sur la qualité de leur formation antérieure, qui ne dépend pas des professeurs de philosophie. Il s'agit pour nous, au contraire, de permettre aux élèves d'acquérir progressivement les règles fondamentales de l'argumentation rationnelle, essentielles à l'esprit critique, mais trop souvent réduites à de la rhétorique formelle étrangère à toute réflexion personnelle authentique.

Il semble aller de soi que la philosophie suppose un recul critique vis-à-vis du langage, ainsi qu'un usage spécifique de certains termes. Cela peut-il se développer chez des élèves qui éprouvent déjà des difficultés à maîtriser correctement certaines normes langagières considérées par nous comme basiques ? D'un autre côté, considérer les choses ainsi, sous la forme de fondamentaux qui doivent être acquis comme des conditions pour les dépasser, n'est-ce pas désarmer a priori les élèves les moins dotés en capital culturel et linguistique ? La philosophie suppose-t-elle un rapport particulier à la langue ? Si oui, de quelle nature doit-il être ?

Lorsque nous donnons à nos élèves les textes originaux des philosophes, ils peuvent être déboussolés face au registre linguistique qui s'y trouve mobilisé. Certains d'entre nous font alors le choix de traduire les textes avant de les faire étudier : faut-il choisir cette sorte de vulgarisation ? Comment conjurer le risque d'une simplification abusive qui ferait perdre non seulement le langage des philosophes, mais aussi la teneur même de leurs problèmes et de leurs conceptualisations ?

Faut-il différencier nos approches en fonction du profil scolaire ou social de nos élèves ? N'est-ce pas proposer un enseignement au rabais pour les élèves les moins fortunés ?

Penser notre seule difficulté à faire comprendre aux élèves les textes, les concepts et le vocabulaire de notre discipline nous fait tomber dans l'écueil de l'unilatéralité. Le langage philosophique tel que nous l'envisageons et l'utilisons en classe est-il nécessairement figé ? Si le langage "vulgaire" évolue, les mots des philosophes ne doivent-ils pas accompagner/suivre cette évolution ? Il ne faudrait pas envisager le professeur comme le détenteur d'un langage que les élèves se doivent de maîtriser sous peine de ne pas réussir en philosophie, mais considérer la classe comme un lieu de convergence entre des pratiques langagières plurielles qui s'approprient, à leur manière, un même objet textuel. Un texte de philosophie écrit par des élèves de terminale aurait-il moins de force et de pertinence qu'un texte de Kant ?

Il est urgent de s'interroger également sur la nature de la dissertation, qui suppose des savoir-faire linguistiques, dont on sait qu'ils sont inégalement distribués. Ainsi, les élèves les moins dotés en capital culturel se retrouvent handicapés et peinent à s'approprier cet exercice pourtant fondamental pour l'épreuve finale. Y a-t-il d'autres formes d'exercices à même de développer les aptitudes philosophiques des élèves en dépassant les inégalités face au langage ? De quelle manière pouvons-nous accompagner les élèves vers la maîtrise de l'écriture philosophique ?

Le plan national de formation 2017-2018 a organisé comme chaque année son séminaire de Langres du 5 au 7 octobre 2017.

La semaine de la pop philosophie a eu lieu à Marseille du 23 au 28 octobre

https://www.semainedelapopphilosophie.fr/

"CROYANCES - Esprit critique es-tu là?"

Croyance et philosophie, Croyance et politique, Croyance et neurosciences

C'est avec la complicité d'amis philosophes que Jacques Serrano a réactivé, voilà une douzaine d'années, le concept de Pop Philosophie proposé par Gilles Deleuze à la fin des années 70. En 2009 est créée à Marseille la première édition de la Semaine de la Pop Philosophie.

Pour sa neuvième saison, la Semaine de la Pop Philosophie présente "Croyances" autour de trois axes "Croyances et philosophie", "Croyance et politique" et "Croyance et neurosciences", sans oublier un des moments forts de cette semaine consacré aux "Miracles". A cette occasion sont réunies de grandes figures de la pensée contemporaine et de jeunes essayistes. Comment poser aujourd'hui le problème de la croyance ?

Face aux "kalachnikovs des âmes tourmentées"1 le problème de la croyance requiert plus que jamais le regard du philosophe et le secours du concept pour tenter de saisir, dans la pluralité de ses expressions, un phénomène qui par nature excède la rationalité.

Apanage traditionnel du domaine religieux, la croyance produit des effets qui débordent de plus en plus sur l'ensemble du corps social, jusqu'au politique qui fait lui-même objet de croyances. L'espace théologico-politique dans lequel nous vivons, pour reprendre l'expression de Spinoza, n'a d'autre but que le salut par l'obéissance et la soumission au détriment de la liberté. Il est donc plus que jamais nécessaire de déconstruire ce qui au sein de la croyance favorise la superstition et l'ignorance, au moyen par exemple de l'approche zététique qui fait de l'"art du doute" un outil au service de l'intelligence collective.

Cependant, par-delà les dangers que porte en elle la part irrationnelle de toute pensée, il importe aussi de reconsidérer ce que nous nommons "croyance" en proposant par exemple un "régime irréligieux du divin" comme l'écrit le philosophe Quentin Meillassoux. En initiant cette semaine pop philosophique, Jacques Serrano vise à faire découvrir au public des approches plus sophistiquées de la croyance : "L'irrationnel est une composante de l'esprit, nous devons oeuvrer à sa sophistication tout en essayant de comprendre les résistances inhérentes à son processus"2 : Créer de nouveaux possibles voilà peut-être l'un des premiers enjeux de ce festival consacré à la croyance.

Contact Presse: Anne-Claire VeluireT : 06 95 34 08 07 / 04 91 90 08 55

Email : rencontresplacepublique@yahoo.fr

The International Conference on Philosophy for Children -October 19 - 22, 2017 - University of Graz/Austria

What is Enlightenment? According to Kant, "enlightenment is man's emergence from his self-imposed nonage" and this "nonage is the inability to use one's own understanding without another's guidance". However, the question of enlightenment did not only arise during Kant's time, yet it is still of the utmost relevance today. Is the enlightened, mature and autonomous subject in danger? What tends to inhibit independent and critical thinking? Are radicalizations, emotions and irrationality paramount? What purpose can a debate about enlightenment serve today?

This year's conference has been planned as an intercultural forum which will enable philosophical discussions to be held on present-day phenomena and parallels to be drawn to other scientific disciplines. An important objective of this event is to initiate an exchange of different approaches that make a further knowledge base explicit both for educational concepts and for initiatives in education policy.

II) Publications

Pratiques de la philosophie n° 12 - Secteur Philosophie du GFEN, Juin 2017, 210 pages, 9 €

Nous avons voulu traiter de laïcité, d'abord pour combattre le racisme et ses formes culturalistes contemporaines, et parce que derrière les réductions de ce principe à la seule question de l'Islam, se joue tout autre chose, de très grande importance : la compréhension que l'égale liberté des croyances et la fraternité ne sont conciliables qu'à condition que soit partagée une même culture : celle des principes constitutionnels, culture politique par excellence. Soit encore : une fois replacées à leurs justes places, les questions sociales qui motivent parfois les recours au religieux, il faudra bien répondre à ce qui advient : comment la diversité et la richesse culturelle du monde peut-elle faire un peuple ? Comment éviter le nationalisme culturel et son idéal d'assimilation sans verser dans le multiculturalisme séparateur, sinon en mettant en belle posture le projet constitutionnel même, ses abstractions philosophiques et son secret démocratique : l'acte qui fait qu'un peuple est un peuple est son pouvoir constituant.

Concernant la Justice, vous trouverez dans ce numéro une réflexion sur les formes que peuvent prendre les réactions contre l'injustice. La vengeance, comme dernier recours dès lors que le Tiers impartial est un imposteur, voire que nul tiers n'existe ? La Révolution radicale dès lors que les bases mêmes de l'ordre social impliquent le privilège et la violence ? Ou la désobéissance civile, quand les décisions de la majorité sont insupportables au sens moral ?

Le GFEN se reconnaît en ceci qu'il porte conjointement un haut niveau de réflexion théorique et diverses propositions pédagogiques audacieuses cherchant à faire honneur à l'intelligence vive de nos élèves ; aussi les articles sont à lire comme des invitations à mettre en oeuvre dans les classes certains dispositifs de travail, ou encore à lire comme des compte-rendu de ces dispositifs, afin de donner envie et d'encourager tout un chacun à se lancer dans des pratiques professionnelles.

Document (format PDF) : Pratiques de la philosophie n° 12, Sommaire

Apprendre à Philosopher en terminale - Le pari de l'accompagnement, par Jacques Le Montagner, Chronique sociale, 2017.

Traditionnellement, l'institution centre la formation des enseignants de philosophie sur l'approfondissement des contenus à transmettre aux élèves dans une logique quasi exclusive d'enseignement. Sans nier l'apport précieux de ce volet de la formation, l'auteur fait ici l'hypothèse que le développement d'une didactique professionnelle centrée sur l'appropriation d'une posture d'accompagnement visant l'apprentissage du philosopher des élèves peut être, dans l'optique du baccalauréat, une option prometteuse.

Comment définir et comprendre l'accompagnement du philosopher ? Quels dispositifs de formation sont susceptibles de favoriser la construction progressive de cette posture ? Dans quelle mesure la formation initiale et continue actuelle des professeurs de philosophie pourrait-elle être orientée vers cette appropriation ? Sur quels référents théoriques, quels outils, quels dispositifs s'appuyer pour optimiser cette transformation ?

Quatre hypothèses majeures conduisent ainsi la réflexion dans ce sens. La maîtrise des processus psychiques, la conscientisation en zone de développement proche, le travail collaboratif et l'intervention de la volonté contribueraient en synergie à favoriser l'appropriation du philosopher. Ces quatre hypothèses, en lien étroit avec la théorisation développée par Lev Vygotski sur les fonctions psychiques, sont donc mises à l'épreuve lors de la présentation et lors de l'analyse de situations dites médiatisantes, favorisant le travail des élèves à partir d'outils-instruments psychologiques.

Cet ouvrage s'adresse aux enseignants à la recherche d'une posture d'accompagnement prenant en compte la diversité des élèves et leurs difficultés dans une logique de différenciation des apprentissages. Il s'adresse également aux responsables de formation et à l'institution dans la perspective d'une rénovation de la formation des enseignants de philosophie.

Parution du dernier Petit Platon : Diogène, l'homme chien

"L'homme doit vivre sobrement, s'affranchir du désir, réduire ses besoins au strict minimum". "Je hais tout ce que les hommes jugent important : la gloire, la richesse, l'amour. Mais personne ne peut rien me prendre, personne ne peut rien me donner, je possède tout. Ma seule maîtresse c'est la nature ; elle me commande de manger, de boire et de dormir ; pour le reste je n'obéis à rien, je suis mon propre chef. Les Athéniens ont un joli mot pour désigner cet état de suffisance : l'autarcie."

Enseigner la philosophie et la citoyenneté, par Catherine Bubhinder, à la Chronique sociale, 2017.

Un nouveau cours d'enseignement de la philosophie et de la citoyenneté vient de voir le jour en Belgique. D'où ce nouvel ouvrage... La démarche philosophique se développe depuis plusieurs annéesaux différents niveaux du système scolaire belge et au sein de la cité. Par ailleurs, l'enseignement de la philosophie se renouvelle dans la manière d'être proposée aux élèves en s'appuyant notamment sur les méthodes actives. L'auteure propose un ensemble de réflexions pour situer les enjeux d'un cours de philosophie et d'éducation à la citoyenneté en précisant notamment ses spécificités par rapport à l'enseignement du fait religieux. Elle présente un ensemble cohérent de cours, à destination d'adolescents de 15 à 18 ans répartis sur trois ans. Ces activités s'appuient sur des ateliers créatifs dont les différentes ressources sont illustrées par des productions d'élèves.

Diotime, n°75 (01/2018)

Diotime - Informations et Publications