Témoignage

Programme PhiloJeunes - Retour sur une DVDP sur justice et vengeance

Elen Pellerin, enseignante en français et histoire-géographie au Lycée des métiers Domaine d'Eguilles, 84270, Vedene

Ci-dessous le travail d'une enseignante volontaire dans le cadre du programme franco-québécois PhiloJeunes de prévention de la violence

Il s'agissait d'une Discussion à visée démocratique et philosophique (DVDP) réalisée au lycée des métiers Domaine d'Eguilles à Vedène (académie d'Aix-Marseille), avec une classe de 1ère année CAP, pendant le cours d'EMC. Le sujet traité était en lien avec la notion du programme d'Education Morale et Civique : "La personne et l'Etat de droit."

Après une séance d'une heure construite à partir de l'étude de documents (voir en annexe), les élèves ont discuté autour d'une chronique qui abordait la vengeance comme justice rendue (en lien avec l'Etat islamique).

Objectifs attendus :

  • Réinvestir les notions de vengeance et de justice,
  • Discuter de l'actualité et les faire échanger sur leurs regards,
  • Réfléchir à la posture de la France et à celle de l'Etat jordanien.

La méthode utilisée était celle de Michel Tozzi (DVDP) :

Il y avait deux synthétiseurs qui devaient prendre en notes seulement les idées fortes.

Il y avait aussi un observateur et un répartiteur de parole. Soit quatre fonctions et huit élèves en discussion : un groupe de douze. La taille du groupe m'a décidé à assumer le rôle de reformulateur. Peut-être à tort.

Bilan des élèves

Les élèves étaient très enthousiastes et ont exprimé vivement leur désir de poursuivre cette expérience.

Ils ont bien respecté leur fonction. Le plus dur aura été de respecter la règle de lever la main. Cela a généré une frustration qu'ils ont bien géré malgré tout.

Deux élèves sont restés en retrait pendant la discussion. Je réfléchirai à utiliser leurs capacités autrement.

Un élève avait une imagination débordante, alimentée par la fiction et non la réalité. Ses camarades ont systématiquement apporté un cadre bienveillant voire pédagogue pour le recentrer sur la réalité. Je trouvais cela extrêmement mature car ils n'ont que 15-16 ans.

Bilan de l'enseignant

Il est toujours aussi plaisant de voir les élèves s'enthousiasmer dans le cadre de la classe.

Les élèves ont bien exploité les notions de justice et de vengeance.

Je me suis fait plaisir moi aussi, car j'étais ravie de constater qu'à leur âge on peut échanger avec de la nuance. Lorsqu'ils s'adressent à nous au quotidien, ils déposent entre nos mains leurs frustrations sans nuance comme à leurs parents. La discussion entre pairs les a obligés à se montrer pertinents et réfléchis.

Les idées avancées étaient pleines d'humanité.

L'observateur n'a pas répondu aux attentes de sa fonction. Je pense avoir expliqué son rôle trop rapidement pour qu'il puisse se saisir de sa mission.

C'est bien sûr une expérience à reproduire.

Document (format PDF) : Annexe

Diotime, n°74 (10/2017)

Diotime - Programme PhiloJeunes - Retour sur une DVDP sur justice et vengeance