International

International - Maghreb : ARP-PHILO continue son chemin au Maghreb

Danièle Dupin de Saint Cyr, présidente d'Arp-Philo, arp.philo31@gmail.com

Beaucoup de choses ont évolué depuis l'an dernier, Le Maroc est entré dans la danse avec l'association FOSE, l'Algérie a franchi une étape en inscrivant la formation à l'éducation citoyenne par les ateliers philo dans ses priorités nationales, la Tunisie multiplie les implantations ''philo'' à l'université et dans la société civile...

Aux armes !

L'injonction martiale marquée ''France'' quand on entend : "Aux armes citoyens !" s'ouvre sur l'universel. Elle me semble bien signifier l'élan de notre action, qui vise à mobiliser les citoyens de tous les pays contre la tyrannie de l'intolérance et du dogmatisme, désireux de régner sur un grand désert de pensée critique!

Aux armes citoyens, aux armes de l'esprit, c'est un appel à la construction d'une paix juste entre les hommes de bonne volonté, éclairée par la raison!

De quelles armes s'agit-il ? Des armes de la pensée critique, attentive, créative, des armes de la pédagogie de l'éveil de l'esprit, des armes de la Non-Violence forte et innovante, qui s'adresse aussi bien aux éducateurs de tous niveaux dans le cadre scolaire qu'aux animateurs au travail dans la société civile. Armons nous en pédagogie, armons nos jeunes pour qu'ils ne se laissent pas séduire par l'appel au monisme et à la mort !

Mettons en place les structures du ''penser ensemble'' pour permettre à chacun sur chaque rive, de faire concrètement l'expérience de la confrontation de sa pensée à celle de l'autre, de la problématisation. Donnons lui l'occasion de s'armer en apprenant à raisonner par et pour lui-même avec les autres, à déjouer les manipulations, à prendre conscience de ses préjugés et à s'engager dans une réflexion éthique libre...

C'est l'appel qui est aujourd'hui, plus que jamais, entendu et apprécié chez nos amis maghrébins !

Donnons leur la parole !

A) En Tunisie

Mme Gleya Maâtallah, Maître-assistante au département de français, Université de Manouba, et Présidente de l'Association méditerranéenne pour la pédagogie et la citoyenneté :

Les ateliers de réflexion partagée à visée philosophique : une expérience de pédagogie participative et de citoyenneté dans les pays des deux rives

"Depuis 2011, l'Association Méditerranéenne pour la Pédagogie et la Citoyenneté (AMPC) s'est engagée avec Arp-Philo dans un travail de pédagogie participative et d'action citoyenne. L'activité a commencé, à l'initiative de Mme Danièle Dupin1, présidente d'Arp philo, par un modeste travail oral dans une classe de français (un enseignant et dix étudiants) sur la question de la Liberté. En avril 2016, les ateliers sont pratiqués dans une quinzaine d'espaces éducatifs dans tous les niveaux, universitaire, secondaire et primaire, en plus des espaces dans la société civile (Maisons de la Culture, Maisons de Jeunes etc.). Le principe est partout le même : apprendre à "penser par et pour soi-même avec les autres", dans une langue correcte et compréhensible (le français facile). Deux noyaux permanents sont pris en charge par des étudiants dans le premier et le second cycle.

Les ateliers fonctionnent depuis leur création dans deux types d'activités. La première, locale et régulière 2 est programmée dans les établissements éducatifs et dans la société civile, avec la possibilité d'ouvrir les deux espaces l'un à l'autre. Les intervenants 3 visent, en plus de la construction de nouveaux savoirs, différents de ceux de la classe mais les complétant, de développer les compétences communicatives orales fondées sur le respect des protocoles de prise de parole et de critique constructive.

La deuxième activité, plus vaste, mais complémentaire, consiste à organiser des sessions internationales dans les deux pays, avec un programme établi d'avance et un choix de questions d'actualité comme: la tolérance, la violence, la solidarité, le terrorisme, l'étranger 4 etc.

Dans ces sessions, l'atelier de réflexion partagé cible la communication dans l'intergénérationnel, l'interculturel et l'interconfessionnel, en vue de faciliter le Vivre ensemble dans le respect de l'Autre dans sa différence.

Pour les deux types d'activité, le choix de travailler en groupe, avec toutes les catégories d'âge, propose une dynamique didactique nouvelle : il s'agit d'une mise en situation interactive où chaque participant a les mêmes chances de s'exprimer, d'argumenter, de synthétiser. Avec sa double dimension, locale et méditerranéenne, l'atelier de réflexion partagée qui prend de plus en plus de l'ampleur, devient un espace didactique collaboratif, où les compétences communicatives se complètent par le savoir-faire et l'engagement citoyen. Il garantit pour cela une formation de qualité aux jeunes participants5.

Les activités dans les pays des deux rives ont été présentées aux Journées de l'Unesco (Paris, novembre 2014) et retenues 6 comme une expérience didactique et citoyenne originale.

Complément : exemple d'action dans la société civile

En mai 2016, une session organisée à Tunis et Bizerte nous a conduits dans une Maison des jeunes où nous avons animé devant les animateurs attentifs, un atelier improvisé avec les jeunes d'un quartier travaillé par les recruteurs djihadistes, jeunes en difficulté scolaire, pour la plupart d'ailleurs, déjà déscolarisés. Cet atelier prévu en français a eu quelques difficultés à démarrer vu le niveau de maîtrise de la langue,et l'agitation compulsive des jeunes pourtant volontaires, mais l'intérêt pour la formule et pour le sujet ont vite débloqué la parole, autorisée en arabe (avec traduction ou mots clefs pour l'animatrice).

A partir de l'histoire du petit lapin blanc persécuté parce qu'il est blanc et qui trouve une piste non violente pour résoudre ses problèmes, les participants ont choisi de réfléchir sur la situation du rejeté par intolérance à la différence .

Peut-on, et si oui comment, combattre le racisme ? '' On décide d'entendre par ''racisme'' toute discrimination visant à exclure la différence (de sexe, de couleur, de culture, de ''normalité ''physique...).

Il y eut prise de conscience du fait que ce combat social et politique est aussi personnel et se pose à chacun tous les jours ! Nous avons des préjugés qui nous conduisent à ''réduire '' l'autre à n'être que noir ou jaune ou handicapé ou femme. Pourtant, "Sous nos différences, n' y a t-il pas du semblable ?".

Le dernier tour de table montre que chacun à évolué en cours de séance, le bouquet final est riche et diversifié, avec le sentiment qu'on est sorti ensemble des lieux communs... Tous disent leur plaisir d'avoir participé à cet atelier, certains ajoutent qu'ils ont surmonté leur peur et leur timidité, d'autres qu'ils ont aimé parler français, d'autres qu'en écoutant ils ont bougé dans leurs têtes !

Cette expérience montre l'intérêt d'affronter directement les problèmes que les jeunes se posent vraiment : le racisme, le terrorisme, la peur, l'écoute de ses émotions... C'est aussi l'option de l'AMPC !".

B) Au Maroc

Mme Halima Melghagh, Mrs Said Boulbil et Abdelaziz Msafri :

"Qui sommes-nous? Le club "Praxis", le volet culturel de la FOSE. La FOSE est la Fondation des Œuvres Sociales de l'enseignement en faveur du personnel du secteur de l'enseignement. Ele est en activité depuis 2000, dans 84 provinces du Maroc.

Au départ, nous organisions déjà des rencontres interactives avec des professeurs de philossophie, mais l'arrivée d'Arp-Philo en mai 2015 chez nous donnera un autre goût à nos approches. Avec une application concrète... Nous avons accompagné Arp-Philo, et le travail avec les collégiens de trois établissements sur les thèmes '' Philosopher ensemble", ''l'autre et l'ailleurs", nous a ravis.

L'arôme AGSAS et les "ateliers de réflexion sur la condition humaine", avec tous les protocoles qui les encadrent, nous ont donné envie d'explorer ce monde. Nous reçûmes alors une 1ère formation à Toulouse en octobre 2015. Nous en sommes revenus avec le projet de pratiquer et partager avec d'autres partenaires locaux cette belle expérience.

La mise en oeuvre suivra immédiatement, en février 2016 à Marrakech et toujours avec Arp-Philo, en faveur d'un groupe de 54 personnes de diverses régions (enseignants, étudiants, professeurs stagiaires, membres d'ONG et quelques élèves).

Les objectifs et enjeux sont l'initiation et l'approfondissement à l'animation de moments de réflexion à visée philosophique partagée pour une éducation citoyenne.

Nous continuons à travailler dans les mêmes perspectives avec les jeunes entre 11 et 25 ans. Nous comptons organiser une session internationale englobant les deux rives. Nous sommes encore en préparation de ce projet pour 2016-2017.

Pour des particularités sociales, culturelles et historiques, notre travail entre dans un cadre philosophiquement phénoménologique, nous permettant de focaliser nos efforts sur trois volets :

  • Le premier est la reconnaissance de la pensée philosophique en tant que telle, et surtout la réconciliation avec elle. Nous nous engageons à corriger les préjugés qui marginalisent et rejettent la philosophie. Nous pensons que si les gens apprennent à penser par eux-mêmes librement, logiquement, ils comprendront que philosopher est, en réalité, un exercice de réflexion qui peut procurer énormément de plaisir et d'intérêt, parce que son cheminement est spirituel. On pense pour mieux agir sa vie.
  • Le second est de ramener les gens, notamment des groupes ciblés, à saisir que la philosophie ne menace aucunement leurs croyances religieuses. Ils peuvent au contraire se l'approprier en tant que méthode et outil didactique de développement personnel.
  • Le troisième est de bannir l'idée que la philosophie est inutile. A travers un ancrage d'ateliers avec les groupes, les personnes prennent conscience de l'importance de la philosophie dans le processus de la vie. Ils finissent par en faire une lanterne, du moment que vivre en philosophant, c'est harmoniser la pensée avec les actes.

Parmi nos objectifs :

  • Renforcer les compétences de la pensée libre et critique (Sponville).
  • Développer nos capacités d'écoute.
  • Encourager le plaisir de la lecture.
  • Améliorer nos interactions communicationnelles non-violentes, en respectant l'éthique de la discussion, pour rendre nos dialogues productifs et rationnels (Habermas...).
  • Apprendre à coopérer, à civiliser nos comportements en vue d'enraciner la culture du vivre ensemble (Levinas...).
  • Rationnaliser nos passions afin d'humaniser nos émotions et nos affections. (Spinoza...).
  • Apprendre à apprendre (Eric Fromm...).
  • Apprendre à philosopher, à développer les compétences du questionnement, de la conceptualisation, de l'argumentation et de la réflexion (Michel Tozzi...)".

Complément (par Danièle Dupin)

Au Maroc, nous avons la chance de trouver sur Marrakech un noyau dur dynamique et très complémentaire. Saïd est professeur de philosophie et formateur, il a déjà au sein de FOSE avec l'aide d'Abdelaziz une séance hebdomadaire de réflexion philosophique, exigeante et de très bonne tenue, avec ses collègues professeurs de philosophie, enseignants de différents niveaux ou volontaires divers. Les outils expérimentés d'Arp-Philo sont arrivés à point...

Une session internationale de pratique et de formation est prévue début février , les européens peuvent s'inscrire (Il n'y a que 15 places) auprès de Daniele Dupin.

C- En Algérie

Mrs Zouidi, Bouhouia, Ammar et Hamid, inspecteurs de l'Education Nationale Algérienne présentent le projet algérien :

"Objectifs et enjeux :

Projet algérien - Action diligentée par le Ministère de l'Education Nationale Algérienne, en liaison et partenariat avec l'Ambassade de France en Algérie, visant la formation citoyenne des jeunes recommandée par l'UNESCO avec la promotion de l'expression libre argumentée, de l'écoute empathique et d'une culture de la paix, l'opération s'appuyant explicitement sur les ateliers de réfléxion partagée à visée philosophique découverts sur le terrain à partir d'une formation Arp-Philo.

Pourquoi un tel projet ?

L'entrée choisie par le Ministère est ''La Médiation en milieu scolaire''.

Devant la montée de l'individualisme, de l'intolérance et de la violence dans les établissements, devant les difficultés actuelles de la transmission de la culture, devant les problèmes de communication entre personnes et groupes de personnes, devant les dysfonctionnements fréquents de l'exercice du pouvoir dans le système scolaire (trop souvent ou laxiste ou autoritariste), il parait urgent de repenser l'acte éducatif comme médiation à long terme (travail de jardinierpour l'éducateur !) et l'action des responsables en cas de crise comme médiation d'autorité (travail de pompier éclairé !). De nouvelles pratiques susceptibles de développer une éducation citoyenne doivent voir le jour. Il s'agit d'apprendre à Vivre Ensemble plutôt qu'à mourir ensemble ou à se contenter d'éliminer des ''brebis galeuses''! Le rapport à l'autre et à la loi est à repenser sans peur dans de nouveaux espaces de parole coopératifs, comme nos ateliers de réflexion partagée à visée philosophique et comme les différents ''conseils '' où se responsabiliseront les acteurs du système !

L'objectif général vise la promotion de la médiation comme outil privilégié d'éducation et de gestion des conflits générateurs de violence destructrice en milieu scolaire. La formation des formateurs à l'animation et la mise en place d'ateliers de réflexion partagée à visée philosophique depuis l'école primaire jusqu'à l'université s'impose comme expérience d'une confrontation pacifique et féconde à la différence !

Cette nouvelle approche s'articule sur des choix méthodologiques en rapport avec des thèmes porteurs comme : "l'écoute", "la créativité", "la différence", "la communication non violente - CNV", "le respect de l'autre", "le respect et l'élaboration de la loi" ,"sanction- réparation-punition"... La métacognition joue un rôle prépondérant pour permettre à chacun de porter sa réflexion sur le processus engagé, amenant des prises de conscience utiles pour le réinvestissement souhaité. Ce qui est visé en priorité, c'est un changement profond de "regard" sur soi , sur l'autre et sur la vie en groupe. Il s'agit de travailler à développer la confiance en soi, l'intérêt pour l'autre et la responsabilité citoyenne.

Trois sessions de formation sont conduites et animées par Madame Danièle Dupin de Saint Cyr, expert international assistée de formateurs locaux qui ont animé deux intersessions à Boumerdès en arabe au profit d'une quarantaine d'inspecteurs formateurs de formateurs de diverses filières venant des différentes wilayas du pays. Une démultiplication est prévue, pour faire bénéficier de cette formation le plus grand nombre possible de cadres de l'éducation et permettre une application sur le terrain de cette nouvelle approche.

Première session de cinq journées de formation à Alger du 09 au 14 janvier 2016 : état des lieux, premiers outils (expérimentés aussitôt), vidéos (Unesco Tozzi etc.), atelier d'enfants animé par l'expert devant les stagiaires, installation des protocoles et métacognition, jeux de rôles sur la problématique de la médiation et la coopération à l'école...

Des documents d'accompagnement sont mis à disposition pour permettre de concevoir une formation à la médiation à tous les niveaux !

Les Inspecteurs qui bénéficient de cette formation découvrent avec ravissement que ces ateliers de réflexion partagée (Arp-Philo) permettent de mettre au service de l'enfant des moyens pratiques et efficaces qui lui donnent la possibilité de mieux gérer son monde intérieur, ses sentiments, ses pensées et son vécu. Des moyens qui visent également à développer les capacités d'expression, de reformulation, d'attention, de concentration, et de maîtrise de soi pour mieux s'exprimer et contrôler ses émotions en vue d'apprendre à vivre ensemble dans une paix juste.

Les travaux d'intersession destinés à consolider les acquis des sessions révèlent tout l'intérêt des stagiaires pour la formation. La plupart d'entre eux ont utilisé les outils à partir des documents remis (DESC, ARP, GAP), qu'ils ont pu adapter avec succès dans leurs circonscriptions.

La 2ème session, également à Alger, du 12 au 17 mars 2016 a repris les concepts et outils, à partir des nouvelles questions remontées du terrain avec approfondissement. et illustrations.

Au programme :

  • La distinction entre "Outils jardinier" (CNV- ARP- COOP) et "outils pompiers" (protocole du médiateur, DESC-GAP-OSBD).
  • Ateliers sur Recettes/repères, Attitudes/réflexes, Education/dressage...
  • L'Atelier Documenté ou ''classique''(avec texte sur l'écoute notamment) est privilégié pour outiller sur la relance à partir de problèmes ou de questions posées en ''atelier court''.
  • L'empathie dans l'écoute et la relation d'aide, la Grille de Porter appliquée à un cas.
  • L'Outil Communication Non violente-CNV (attitude girafe ou chacal).
  • Le Choix du protocole.
  • L'animation, l'observation, le questionnement.

La deuxième intersession à Boumerdès fut tout aussi fructueuse que la première. De nombreux outils conçus par les stagiaires furent présentés à leurs collègues. Par ailleurs les formateurs locaux se sont attachés à arabiser tous les documents et outils remis par l'expert international.

La 3ème et dernière sessionà Blida du 07 au 14 mai 2016 eut pour objectif de rendre les stagiaires opérationnels, productifs et capables d'analyser des pratiques.

Un guide élaboré par l'expert et analysé en travaux de groupe est approprié et complété par les stagiaires sur les stratégies de formation.

En conclusion, les stagiaires prennent conscience que la philosophie avec les enfants n'est pas une approche anticipée de l'enseignement classique de ''terminale'' en philosophie. On n'est pas dans l'extérieur et le frontal. On ne présente pas une galerie de philosophes, avec explication de leurs oeuvres. Au contraire, la philosophie pour les enfants incarne un nouveau paradigme éducatif qui veut partir de l'expérience, de la réflexion partagée stimulée par l'animateur. On part des conceptions des enfants pour leur apprendre à penser par une pratique où ils sont amenés à découvrir par eux-mêmes en se confrontant aux autres, comment écouter mieux, raisonner, illustrer d'exemples, se montrer critique dans le respect de la personne de l'autre et devenir de vrais ambassadeurs de la paix travaillant au bien commun !".

Complément (par D. Dupin)

Méthodologie adoptée dans nos formations au Maghreb : après une présentation générale rapide de la problématique des NPP ( à l'aide du film de Michel Tozzi à l'Unesco, et d'un diaporama), le lien avec le thème du stage est établi.

Nos options de formation (par la pratique et la métacognition) sont précisées et mises en pratique immédiatement : un atelier court puis un atelier documenté fonctionnent avec rotation de groupes de 12 à 15 personnes, ce qui permet de jouer sur le désir de participer à l'action soit en ''philosophes'', si on se sent prêt, soit en observateurs, puis éventuellement s'il y a la place de ''redoubler''!

La réflexion sur la pratique permet de dégager les spécificités et avantages respectifs des protocoles.

Un ciné-débat l'après-midi à partir des films de Michel Sasseville ou d'autres comme Ce n'est qu'un début permettent aux stagiaires de se représenter le processus, ses modalités, et le bénéfice évident que les enfants en tirent.

Ce qui est renforcé par le constat de visu d'un groupe d'enfants mis en atelier sur place. Au cours de chaque session, en effet, un atelier - enfants ou adolescents - est organisé, les stagiaires sont observateurs ou acteurs-animateurs. Les apports théoriques sont faits à partir de questions ''débroussaillées '' par un atelier''court''.

Les animateurs locaux travaillent en intersessions et continuent à mettre en place des ateliers et à recueillir les questions que nous approfondissons ensemble ensuite.

Conclusion

C'est un grand succès pour cette opération, quel que soit le pays où elle est menée. Nos correspondants locaux, acteurs de terrain, y sont engagés avec enthousiasme, persuadés qu'ils sont d'oeuvrer pour le bien de leurs jeunes et par eux de leurs pays. La formation, même si elle fut dans un premier temps assurée par Arp-Philo France, est vite devenue partagée, avec la mutualisation d'outils et de méthodes, qui nous enrichit tous à chaque fois...


(1) Mme Dupin était venue dans le cadre d'une action solidaire avec la Faculté des Lettres, qui passait alors par des moments très difficiles, suite à la mainmise d'un groupe de salafistes sur l'espace universitaire.

(2) A la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités (Université de Manouba), siège de l'AMPC, l'atelier de réflexion partagée est ouvert aux participants une fois par semaine, pour deux heures. Un deuxième noyau a été créé dans le Sud, à l'Institut des Langues de Gafsa, et il fonctionne depuis deux ans, avec le même rythme.

(3) Les intervenants sont des enseignants (instituteurs, professeurs d'enseignement secondaire ou universitaires), didacticiens ou formateurs agréés.

(4) Tous ces thèmes ont été traités, selon le besoin et le contexte national ou international.

(5) Les participants réguliers (étudiants et élèves des classes supérieures) sont désormais capables d'animer les ateliers, avec les mêmes protocoles.

(6) L'intervention a été assurée par Mme Danièle Dupin, Présidente d' Arp.philo et moi-même. Elle a été retenue par Michel Tozzi pour publication dans la revue Diotime.

Diotime, n°70 (10/2016)

Diotime - International - Maghreb : ARP-PHILO continue son chemin au Maghreb