Dossier : la consultation philosophique

Co-explicitation d'une expérience de consultation philosophique

Christine Pierrisnard, maîtresse de Conférence, Université de Nantes, Membre du CREN

La consultation philosophique répond à un besoin. Un consulté s'adresse à un consultant pour être accompagné dans une approche philosophique des questions qu'il se pose, c'est-à-dire pour formuler clairement ses préoccupations, définir, dialoguer, questionner, clarifier. On a recours à la consultation philosophique pour "solliciter l'intelligence de l'autre pour comprendre la situation qu'on est en train de vivre (...) pour mieux agir et vivre dès demain."1. Le consultant utilise la méthode philosophique pour questionner la "réalité professionnelle et l'expérience existentielle" du consulté avec une exigence d'intelligibilité des processus ou des situations et une attitude éthique.

Michel Tozzi et René Guichardan lors d'une consultation philosophique dans le cadre du séminaire sur les Nouvelles Pratiques Philosophiques de juillet 2014 à Sorèze s'intéressent à la situation de discussion philosophique entre adultes des cafés philo.

Tous deux animent régulièrement des cafés philo et sont confrontés aux difficultés que cette pratique soulève. Mais ici c'est Michel qui est philosophe consultant à la demande de René, consulté. Comment Michel conduit-il la consultation pour répondre aux attentes de René ? Que savait-il déjà et qu'apprend-il de cette consultation ? Quelles sont les attentes de René et quels sont ses acquis à l'issue de la consultation ? Comment l'analyse extérieure d'une chercheure, attachée à la question de la dimension temporelle dans les apprentissages, à l'analyse de l'activité et à la didactique professionnelle, peut-elle éclairer l'analyse réflexive des participants ? Que peut-on apprendre de cette collaboration et que peut-on théoriser ?

La consultation est enregistrée au dictaphone et retranscrite dans un premier temps. A partir de la retranscription, chacun produit une analyse de cette séance selon sa propre grille de lecture et la soumet aux autres qui réagissent en critiquant, en complétant, en approuvant, voire en intégrant dans leur texte définitif les points de vue fournis dans les échanges écrits. La méthode est inspirée de l'entretien de co-explicitation élaboré par Isabelle Vinatier2 qui permet au chercheur de comprendre les situations professionnelles du point de vue du praticien et de l'accompagner dans un travail de théorisation de ses savoirs d'expérience.

Dans sa contribution, Michel Tozzi, après avoir rappelé les fondements de la consultation philosophique et la définition actuelle qu'il en donne, précise sa démarche et les outils intellectuels qu'il utilise dans sa pratique et dans son analyse réflexive. Son éclairage dans l'analyse de co-explicitation est essentiellement philosophique. Il insiste sur sa posture d'accompagnateur d'une visée philosophique de la réflexion et sur la dimension co-constructive de la démarche. Pour lui, chaque consultation est une aventure singulière entre deux interlocuteurs qui s'engagent, avec leurs motivations et leurs compétences, dans l'approfondissement d'une question qui leur importe, sans savoir ce qui va advenir. La consultation s'effectue pourtant selon des gestes professionnels éprouvés et soulignés dans l'analyse, mais qui s'adaptent et se développent à chaque situation nouvelle pour maintenir l'exigence philosophique et une attitude éthique.

L'analyse de René Guichardan rejoint celle de Michel mais propose un point de vue moins théorique et moins philosophique, plus proche du vécu de son auteur. René témoigne avec précision et une remarquable honnêteté des effets que les gestes professionnels identifiés par Michel ont eu sur son propre cheminement dans la consultation. Il pointe en particulier les gestes critiques, c'est-à-dire ceux qui selon lui ont déclenché l'avancée de sa réflexion et lui ont permis d'affiner sa recherche.

Ces analyses permettent de conforter et d'approfondir l'approche par la dimension temporelle que nous proposons dans notre contribution. Dans un premier temps, les catégories d'analyse de la temporalité que nous avons élaborées dans l'étude des situations de Discussion à Visée Démocratique et Philosophique avec des enfants nous ont permis d'appréhender les processus de conceptualisation des aspects temporels de la situation de consultation philosophique. Mais en retour, le travail de co-explicitation mené avec René Guichardan et Michel Tozzi nous a permis d'affiner ce socle théorique. L'analyse des gestes professionnels du consultant et l'identification des concepts temporels sur lesquels ils reposent contribuent à la réflexion sur cette nouvelle pratique philosophique dans une approche de didactique professionnelle.


(1) Vegleris, E. (2007). Mon expérience de la consultation philosophique en entreprise. Diotime, n°34 (07/2007).

(2) Vinatier, I., (2013). Fondements paradigmatiques d'une recherche collaborative avec des formateurs de terrain. Notes du Centre de Recherche en Education de Nantes (CREN) n°13 (Février 2013).
En lignehttp://www.cren.univ-nantes.fr

Diotime, n°69 (07/2016)

Diotime - Co-explicitation d'une expérience de consultation philosophique