Dossier Philoformation : Enseignement de la philosophie dans le secondaire

Présentation du dossier

Nathalie Frieden, maîtresse d'enseignement et de recherche à l'Université de Fribourg (Suisse)

Lors des Nouvelles rencontres sur les Pratiques Philosophiques organisées au siège de l'UNESCO à Paris, en novembre 2013, le chantier Philoformation a proposé plusieurs moments. Tout d'abord des démarches pratiques permettant aux participants de cet atelier de vivre, expérimenter et analyser des moments de formation donnés par des formateurs connus, en l'occurrence Isabelle Millon, Mathieu Gagnon, Jean-Charles Royer et Ollivier Pourriol. Vous trouverez les articles de M. Gagnon et de J.-C. Royer ci-après.

Ollivier Pourriol a fait travailler les participants à partir de distinctions philosophiques, saisies et comprises grâce à des morceaux de films analysés. Il a mis en valeur certaines distinctions conceptuelles provenant de l'apport fondamental de philosophes, et leur importance pour la compréhension des théories et des idées. Il nous a présenté son approche avec des films comme support didactique. Ce travail sera développé dans son prochain livre.

Par ailleurs, nous avons organisé deux tables rondes : une sur les utilisations possibles des nouvelles technologies dans la formation philosophique (publiée dans le dernier numéro de Diotime n° 60) ; l'autre sur les progrès de l'enseignement de la philosophie dans le secondaire II (lycée), publiée dans ce numéro.

A travers tous ces apports se dessine un accompagnement formateur presque tout au long du parcours, des élèves jeunes aux plus vieux, des étudiants en philosophie en formation initiale, des professeurs dans leur co-construction à leur travail en classe, à l'animateur en formation continue.

Des supports différents sont proposés, présentant une grande variété : les films, l'informatique, les sites internet, les outils de travail collaboratif en ligne, la littérature, l'audio, le graphisme et l'affiche, la créativité de l'écrit, etc.

Quelques points communs sont à relever. Pour tous, la philosophie s'est démocratisée. Le "droit à la philosophie" est désormais reconnu, et donc les cours se construisent de façon à s'adresser à tous. Ceci a comme corollaire que la didactique prend de l'importance : comment former les enseignants (Nathalie Frieden) ; comment travailler entre professeurs pour co-construire nos cours et nos supports (Nicole Grataloup) ; comment développer simultanément des compétences philosophiques et des habiletés informatiques, permettant de rendre les cours plus ludiques et plus motivants (François Jourde, voir Diotime 60) ; comment faire de l'apprentissage de l'esprit critique une créativité et une liberté (Sébastien Charbonnier) ; comment développer avant tout enseignement philosophique, les compétences nécessaires à la pensée (Isabelle Millon) etc. Plusieurs enseignent à des "décrocheurs", et apprennent de cette expérience comment approcher le plus grand nombre, et l'accrocher à la pensée (Sébastien Sueur).

De ces approches, il ressort une vraie espérance de changement et de plus grande satisfaction dans le travail, et donc la naissance d'un nouveau visage pour l'enseignement de la philosophie.

Diotime, n°62 (10/2014)

Diotime - Présentation du dossier