Les cahiers EPS, n°42 (10/2010)

Gagner du temps : quelles démarches ?

Les TICE au service de la rentabilité du temps moteur

Delphine Evain

L'usage des TICE (techniques d'information et de communication pour l'enseignement) dans le cadre de l'enseignement d'EPS reste une orientation de l'évolution du métier bien difficile à accepter pour un certain nombre de professeurs tant son efficacité semble relative. Le présent article avance l'idée que les TICE ne pourront jamais remplacer le temps moteur de pratique effective en classe nécessaire aux apprentissages des élèves. Cependant, elles ont la faculté d'augmenter le temps moteur en réduisant d'autres temps de la leçon qui ne sont pas des temps de pratique physique : gestion administrative, transmission d'informations diverses, gestion de pratiques, par exemple. Cette première approche, même si elle paraît incontournable, reste superficielle car l'usage envisagé est entendu dans le cadre de la leçon et selon une manipulation par l'élève. La pertinence des TICE vient essentiellement de leur capacité à rentabiliser le temps moteur par une action au coeur de l'apprentissage. C'est ce que propose de développer le texte qui suit en s'appuyant sur les principes mêmes de la transformation motrice chez l'élève.

De la différenciation à l'individualisation

Élargir le répertoire moteur des élèves

Tout enseignant a conscience du parcours moteur individuel de chacun des élèves lors des temps où il en a la responsabilité éducative. Par son observation, il détermine des groupes, des niveaux, identifie des obstacles ou des facilités afin de proposer des leçons composées de situations différenciées. Cependant, il est parfois difficile de mener de front plusieurs chemins d'apprentissage et la différenciation n'est pas toujours suffisante au regard de la grande diversité des profils moteurs des élèves.

Les TICE sont en mesure de répondre à ces deux difficultés par une démultiplication de la gestion des parcours et de l'offre de situations. En gymnastique ou cirque par exemple, à l'aide d'un ordinateur portable par atelier, contenant une batterie de situations classées par thèmes de travail, chargé de modélisations variées (schémas, images, vidéo, 3D...) et enrichi de consignes (réalisation, réussite, contenus...), les élèves peuvent individuellement, d'une part, faire le choix des exercices qu'ils pensent pouvoir réaliser et, d'autre part, sélectionner le type d'information dont ils ont besoin.

Une telle organisation du travail répond aux possibilités d'un élève d'apprendre à partir de réalisations proches de son patrimoine moteur, de répondre à ses questions sur le quoi et le comment, voire de revisiter les informations en cas d'incompréhension ou d'échec. Le professeur intervient davantage autour de la gestion de l'utilisation du matériel et des protocoles afin que l'élève retire et utilise les bonnes informations pour faire évoluer son capital moteur. L'élève ne perd pas son temps à tenter des actions qui ne sont pas en adéquation avec le niveau d'évolution de sa motricité. En échec, l'élève se démotive et réduit sa quantité et sa qualité d'engagement moteur. En trop grande réussite, son travail n'apporte aucune plus-value motrice.

Guider dans la résolution de problème

De la même manière, l'usage des TICE, en classe et par l'élève, permet de répondre aux problèmes que chacun rencontre selon une diversité de situations de remédiation attenantes aux propositions de situations originelles. Au-delà de chaque situation tentée, des freins apparaissent selon une arborescence que seules les TICE peuvent gérer tant elle devient large et étendue.

Par ailleurs, chaque élève utilise un temps d'apprentissage qui lui est propre. L'utilisation des TICE offre la possibilité d'individualisation de la gestion de la vitesse des progrès réalisés. De nouveau, les réponses apportées aux élèves se rapprochent au plus près et au mieux de leurs particularités motrices. Le professeur se concentre essentiellement sur la détection des problèmes qui font obstacle aux élèves pour les guider ensuite vers le sous-thème de travail qui leur permettra de les résoudre. L'élève met rapidement en oeuvre des solutions de résolution qui correspondent à ses besoins et qui lui permettent de poursuivre ses apprentissages sans se perdre dans une voie sans issue.

Les TICE, dès lors que des logiciels adaptés et ad hoc sont construits, permettent de créer les conditions pour enseigner à partir du patrimoine moteur existant de chacun des élèves, d'élargir cette motricité individuellement et de planifier les variables d'apprentissages multiples qui en découlent. Dans ces conditions, l'élève fait bon usage du temps d'apprentissage qui lui est donné car il est adapté à ses particularités.

De l'enseignement à l'apprentissage

La motivation par le sens

Les TICE, par l'offre de situations diversifiées et différenciées, ouvrent la possibilité aux élèves de faire le choix de l'entrée dans l'activité qu'ils souhaitent, artistique ou acrobatique en gymnastique, par exemple. Elles leur permettent ensuite de se projeter dans l'avenir, sous forme d'un projet personnalisé ; l'élève décide du niveau qu'il pense pouvoir atteindre ou veut atteindre, par le chemin qui lui semble le plus attrayant et/ou réaliste. Enfin, la révision du projet est toujours possible par une adaptation permanente à partir d'autres situations disponibles, source de la construction d'un nouveau parcours d'apprentissage.

Le professeur gère la construction des parcours de ses élèves en orientant les choix, faisant des propositions, expliquant l'intérêt du travail envisagé dans le cadre de la formation de l'élève en EPS, les raccrochant aux compétences propres, méthodologiques et sociales des programmes.

Il n'y a pas d'apprentissage sans motivation, de même qu'il n'y a pas de rentabilité du temps moteur sans un sens donné aux efforts. Les TICE créent les conditions favorables au déclenchement et à l'entretien des efforts cognitifs, moteurs, affectifs et/ou sociaux indispensables à la transformation motrice suffisante et durable, source de progrès pour l'élève, par la qualité et la quantité de travail moteur consenti. Le temps souvent accordé aux incitations, encouragements, orientations et réorientations des efforts est réduit, ainsi que les temps de mise en route, de relance entre deux situations ; gain notable qui résonne comme une vitesse d'apprentissage accrue.

Le guidage optimal

Par la particularité des TICE à pouvoir manipuler l'image (vidéo, enregistrement, décomposition, identification, comparaison, observation...), l'élève éduque son oeil à la détection des éléments clés du mouvement qui identifient l'obstacle, expliquent le progrès, et il appréhende mieux les mécanismes moteurs ou stratégiques. Par la compréhension qu'il a du mouvement, il réalise de meilleures corrections et il se prépare des réalisations de plus haut niveau de maîtrise.

Le professeur accompagne l'élève dans la lecture du mouvement qu'il entreprend. L'identification des obstacles ou des points forts est facilitée, mais également traduite en mots, ce qui permet d'instaurer un même langage entre l'élève et le professeur puis de construire l'action à venir à partir des observations faites. Les temps de compréhension et de mise en oeuvre sont compressés ou bien, s'ils restent à l'identique, c'est avec davantage d'informations et/ou plus de pertinence, ce qui accélère l'apprentissage in fine.

Le guidage optimal est obtenu à partir d'une analyse juste du mouvement et rendu possible grâce à la lecture et la compréhension de ses propres mécanismes, ainsi que d'une verbalisation définie comme le lien entre l'observation et sa description. Ce qui contribue à l'instauration d'un langage commun élève-professeur, pré-requis de l'anticipation de l'action, source d'une rentabilité des efforts entrepris. Le guidage optimal, aidé par les TICE, est au coeur de la mise en oeuvre du passage de l'enseignement à l'apprentissage, rentabilisant le système éducatif actuel par un meilleur usage du temps moteur.

De l'apprentissage à l'autodidactie

Se connaître

Par l'analyse de sa propre évolution mise en relation avec les caractéristiques des attentes de l'action, de la connaissance des mécanismes moteurs et stratégiques sous-jacents à l'action, l'élève apprend à gérer les différentes contraintes qui se posent à lui. De cette gestion, se développe l'adaptabilité à la variété des tâches-supports lors d'apprentissages nouveaux.

Le professeur gère les contraintes et les ressources afin d'opposer à l'élève les obstacles qui, par leur dépassement, contribuent à construire les compétences attendues.

Les TICE représentent un outil de mise en relation de la prestation de l'élève et de l'idéal attendu présenté par un support qui peut être une démonstration, une comparaison, une explication, une correction ou encore un cheminement progressif défini par des sous-objectifs. Le développement de cette relation engage l'élève à mieux connaître et gérer son potentiel au regard des contraintes/ressources des tâches identifiées et ainsi de fournir la meilleure réponse motrice à la situation, garante d'un apprentissage accru. Le temps moteur est également rentabilisé par des actions favorables aux transformations car en cohérence avec les attendus.

La méthodologie

Enfin, toute cette "gymnastique" intellectuelle (reconnaissance de situation, remédiation, constitution de projet, gestion de chemins d'apprentissage, identification des points forts et faibles, compréhension des mécanismes moteurs et stratégiques de l'action, gestion de la relation contraintes-ressources) que l'usage des TICE en classe permet, constitue une méthode qui sollicite l'autonomie, rend l'élève acteur et concepteur de son propre apprentissage. Les TICE représentent à elles seules une technique de formation à apprendre, reconductible dans d'autres contextes. Le temps d'explication, d'aménagement, de gestion des groupes ou des individus est réduit au seul profit du temps moteur, d'expérience et de répétition nécessaire aux apprentissages et à leur stabilisation.

Le professeur accompagne les élèves dans l'élaboration de leur démarche d'apprentissage, notamment en les amenant à multiplier les démarches possibles par l'exercice d'usage dans différentes APSA, puis à les manipuler lorsqu'elles deviennent multiples, choisissant celle qui paraît la plus appropriée à chaque contexte qui se présente. Ces démarches, une fois acquises par les élèves, ne nécessitent plus de la part du professeur d'être reprises à chaque apprentissage. Ce dernier se concentre alors sur l'acte moteur et non plus sa transmission, ce qui représente, à ce niveau, un nouveau gain de temps de pratique.

Ainsi, conjointement à la variété des chemins d'apprentissage, les TICE permettent la variété des démarches d'apprentissage. Cette ouverture vers des manières d'apprendre différenciées facilite la compréhension et la vitesse d'acquisition des compétences attendues, en gagnant en qualité prospective de l'éducation dispensée.

Conclusion

Les TICE rentabilisent l'apprentissage par un meilleur usage du temps moteur en ce qu'elles ont la possibilité de démultiplier l'action de l'enseignant (situation, variable, connaissance du résultat), d'orienter les efforts nécessaires à l'apprentissage (projet, sens, qualité et quantité du travail consenti), de présenter les contenus de manière plus fine (visualisation, verbalisation, anticipation), de construire le lien entre les contraintes de la tâches et les ressources de l'élève, et enfin de constituer à elles seules des situations d'exercice de l'autonomie, de l'activité cognitive et de la prise d'initiative de l'élève au cours de l'apprentissage moteur (développement des méthodes de travail et de leur usage).

Les cahiers EPS - Les TICE au service de la rentabilité du temps moteur