Les cahiers EPS, n°41 (04/2010)

Réussir, comprendre, réinvestir : des intentions aux pratiques pédagogiques

La prise d'initiative : traduction d'un objectif d'établissement en EPS

Ewa Derimay

La construction d'un projet d'établissement est un travail d'équipe. Ce n'est pas uniquement l'affaire de la direction. C'est pourquoi le projet pédagogique EPS, qui n'est pas l'affaire du seul coordonnateur EPS, ne peut négliger les enjeux forts dégagés par la politique de l'établissement.
Dans le collège Claude-Debussy, deux axes-objectifs attirent l'attention : la responsabilité de l'élève en tant qu'acteur de ses apprentissages et la volonté de donner du sens à ces derniers pour qu'ils apparaissent comme vivants et fondamentaux.
La direction a souhaité que chaque membre de l'équipe puisse s'exprimer sur la traduction possible de ces objectifs. Les réponses sont diverses : du respect des locaux à la tâche du travail personnel, d'une attitude scolaire à un esprit créatif, comment peut se situer l'EPS ? Quelle part, à la fois singulière et fondamentale, peut-elle prendre pour concourir à cet objectif d'élève acteur et responsable, intention non moins affirmée par les programmes qui la gouvernent ?

La déclinaison des objectifs du projet d'établissement en EPS

Un appui sur les instructions officielles et le programme d'EPS

Afin de ne pas s'écarter des injonctions institutionnelles, il convient tout d'abord de se référer au socle commun de compétences et connaissances, texte qui a été à l'initiative, entre autres, de la reformulation du projet d'établissement.

À propos de l'élève acteur, la septième compétence du socle commun fait référence à l'autonomie et à l'initiative des élèves. Le texte définit l'esprit d'initiative comme la capacité à concevoir, mettre en oeuvre et réaliser des projets individuels ou collectifs.

Les programmes EPS du collège visent la construction d'un élève plus autonome, plus responsable et capable de prendre des initiatives. L'élève apprend à concevoir et à mener des projets jusqu'à leur terme, à travailler en équipe et respecter des échéances.

À travers les compétences méthodologiques, les programmes souhaitent que la discipline conduise l'élève à assumer des rôles sociaux, des responsabilités et à se mettre en projet.

Un mot revient régulièrement : l'esprit d'initiative. L'intérêt de cette traduction possible, c'est le caractère dynamique de cette notion, l'idée que l'enseignant permette à l'élève de faire, le premier, certaines propositions, d'être, comme le mot l'indique, à l'initiative de ses actions.

Néanmoins, pour que l'élève ne soit pas seulement acteur ou initiateur mais aussi lucide et cultivé, il est nécessaire que le professeur transmette des contenus, moyens nécessaires pour s'engager avec pertinence.

Une définition de l'élève acteur qui encourage la prise d'initiative, en lien avec les compétences méthodologiques du projet pédagogique EPS

Dans le projet EPS du collège, des compétences méthodologiques en lien avec les caractéristiques des élèves s'accordent déjà à encourager la prise d'initiative.

L'observation et la reconnaissance des principaux indicateurs de l'apprentissage, la mise en oeuvre de procédures pour mieux se connaître ou encore la mobilisation de connaissances dans des contextes différents permet à l'élève de prendre peu à peu des initiatives sensées. L'acquisition de ces compétences nécessite un effort didactique d'adaptation au niveau de l'élève et une évolution dans la complexification des paramètres utilisés.

L'exemple qui suit propose d'illustrer ces différents niveaux de complexification.

La mise en jeu de l'esprit d'initiative à travers une compétence propre du programme EPS

La compétence retenue dans cette démonstration est : conduire et maîtriser un affrontement individuel ou collectif

Types d'initiative et programmation des activités supports

Les activités censées permettre à l'élève de construire cette compétence propre doivent faire l'objet d'interrogations autour de notre nouvel objectif : quel type d'initiative souhaite-t-on favoriser pour chaque niveau ? Quel degré de liberté (ou "droit") laisse-t-on aux élèves dans l'initiative de leurs apprentissages ?

La programmation suivante, proposant une complexification du niveau d'initiative, peut alors être envisagée.

Programmation des activités et types d'initiative associés

Document (format PDF) : Programmation des activités et types d'initiative associés

La complexification de la prise d'initiative de l'élève implique forcément des démarches d'investigation et la transmission de contenus.

L'élève analyse tout d'abord sa prise d'initiative et juge, avec l'ensemble du groupe-classe, si elle est pertinente, faute de quoi il paraîtrait inopportun de reconduire ces choix spontanés. Par l'apport de connaissances et l'identification de critères d'efficacité, la prise d'initiative devient alors de plus en plus lucide et argumentée. Elle dépasse la simple intuition spontanée pour résulter d'un véritable choix. Elle subit à la fois la pression de la réflexion collective et celle de la sensibilité personnelle.

La démarche d'enseignement opère alors le plus souvent en deux temps : le professeur met d'abord en place des tâches suffisamment ouvertes pour permettre des réponses nouvelles et variées. Il guide ensuite les élèves, à travers la transmission de contenus, à s'interroger sur la pertinence et l'efficacité des choix opérés.

Le tableau annexé propose, pour chaque niveau, des contenus allant en ce sens.

Le professeur aide les élèves à assumer leur prise d'initiative pour ensuite s'approprier de manière sensée les contenus liés à la compétence enseignée.

Programmation des contenus par niveau de type d'initiative

Document (format PDF) : Programmation des contenus par niveau de type d'initiative

Conclusion

La prise d'initiative est donc, à la fois, un objectif et un moyen d'apprentissage. Elle permet de rendre l'élève acteur de ses actions pour le rendre ensuite maître de ses décisions. Elle concourt à la fois aux intentions communes institutionnelles et aux objectifs singuliers d'un projet d'établissement.

C'est une prise d'initiative argumentée qui évolue par la construction des contenus d'enseignement programmés par le professeur. Celui-ci s'adapte au niveau de l'élève en lui faisant prendre part à une composante de plus en plus complexe de ses apprentissages. Cette intention est rendue possible par l'augmentation progressive des capacités de l'élève, de ses connaissances et par l'encouragement à l'adoption d'une attitude qui tend vers la curiosité, l'audace et la prise de risque. Cette démarche ainsi que les méthodes apprises lors de ces investigations de plus en plus poussées servent ainsi l'élève dans la construction de connaissances et compétences aussi bien ciblées disciplinairement que plus larges, telles que celles contenues dans le socle commun.

Les cahiers EPS - La prise d'initiative : traduction d'un objectif d'établissement en EPS