Les cahiers EPS, n°39 (06/2009)

"e-programme" 2008 et savoirs fondamentaux

L'informatique, une aide à la formalisation des projets de classe

Pascal Delas

L'outil informatique est un moyen efficace pour gérer des données et, en ce sens, il peut participer pleinement à la mise en forme d'un projet de formation écrit à l'intention d'un public particulier : les élèves.
Dans l'optique de la mise en oeuvre prochaine des nouveaux programmes d'EPS, il est apparu intéressant de concevoir un outil qui pose à la fois une problématique générale centrée sur l'apprentissage des connaissances fondamentales et la possibilité offerte à tout utilisateur de pouvoir personnaliser ses choix de contenus de formation en fonction de son contexte d'enseignement.

Une problématique bien identifiée

Tout projet d'enseignement, quelle que soit sa nature et quel que soit son niveau (du projet pédagogique au projet d'évaluation), doit être pensé à l'intersection de deux axes essentiels : l'axe éducatif et l'axe formatif (ou disciplinaire). Leur complémentarité est nécessaire mais plus encore leur interaction.

Dans le programme 2008, ces axes font explicitement référence aux compétences méthodologiques et sociales (axe éducatif) et aux compétences propres (axe formatif). Pour envisager leur maîtrise, il est nécessaire que l'élève fasse l'acquisition de connaissances qui, mobilisées dans un contexte donné, rendent intelligible leur activité.

Mais à quelles fins ? Le renforcement des ressources existantes et le développement de ressources nouvelles, l'appropriation d'une culture commune par la pratique des APSA, l'éducation à la santé et à la gestion de la vie physique et sociale...

Gérer les données utiles à la réalisation de son projet pédagogique de classe

Le fichier "Projet pédagogique de classe" proposé sous Excel (http://www.crdp-nantes.fr/edition/eps/complements/ch41_5eA_projet_pedagogique_EPS.xls) et validé dans ses versions 2003 et 2007, a pour but d'accompagner la réflexion des enseignants en leur permettant, à tout moment, de faire le lien entre leurs objectifs de formation et les contenus qu'ils se proposent d'enseigner.

Modalités d'accès

Si rien ne se passe lors de l'ouverture du fichier, c'est que la sécurité concernant l'utilisation des macro-commandes est trop élevée.

Vous devez modifier les paramètres de sécurité des macros.

Sous Excel 2003

Sous le menu Outils, choisir Macro puis Sécurité. Activer l'option "Niveau de sécurité moyen".

Sous Excel 2007

  • Sous l'onglet Développeur, dans le groupe Code, cliquez sur Sécurité des macros.
    Remarque : Si l'onglet Développeur n'est pas affiché, cliquez sur le bouton Microsoft Office, cliquez sur Options Excel, puis dans la catégorie Standard, sous Meilleures options pour travailler avec Excel, cliquez sur Afficher l'onglet Développeur dans le Ruban.
  • Dans la catégorie Paramètres des macros, sous Paramètres des macros, sélectionnez l'option "Activer toutes les macros".
  • Fermer Excel et rouvrir le fichier.

Un processus en trois temps

Le fichier (consultable sur une configuration minimale d'écran de 1024 x 768 pixels) se présente en trois onglets : "Connaissances fondamentales" ; "Programmation annuelle" et "Projet de cycle". Avant d'engager la mise en forme du projet, il faut identifier le niveau et nommer sa classe par son attribut de référence.

Premier temps : les choix fondamentaux issus de l'onglet "Connaissances fondamentales"

Avoir la pleine connaissance des ressources à développer prioritairement

En se projetant dans un contexte d'enseignement, pour un âge ou un niveau de classe donné, l'enseignant doit s'interroger sur les ressources et choisir celles dont le développement apparaît prioritaire pour viser l'acquisition des compétences propre, méthodologique ou sociale qui apparaissent en contrepoint des APSA qui organisent la programmation.

Cliquer sur le bouton "Les priorités..." donne accès à une fenêtre qui présente la liste des ressources classées par catégorie. Un commentaire est proposé pour chacune d'elles (accessible depuis le bouton à option).

Cocher les ressources qui sont désignées comme prioritaires puis valider les choix réalisés permet de pouvoir disposer de ces informations lors des second et troisième temps.

Choisir les thèmes d'étude relevant des compétences méthodologiques et sociales

Au regard des caractéristiques des élèves de l'établissement, et conformément aux attendus de programme, le questionnement doit porter sur les catégories dont l'étude est déclarée prioritaire.

Quatre onglets (correspondant aux quatre compétences méthodologiques et sociales) existent, chacun faisant la proposition d'axes de travail qu'il est possible de modifier en écrivant directement dans les cellules.

Cocher tout ou partie des axes de travail, c'est faire des choix. "Enregistrer les CMS" revient à mémoriser ces choix pour mieux y revenir dans le cadre de la déclaration des contenus d'enseignement (troisième temps : "Projet de cycle").

Faire le choix des connaissances fondamentales

Les compétences propres proposées par le programme 2009 caractérisent différents types d'expériences. Ces dernières, pour être conduites telles que le prévoit le législateur, suggèrent l'apprentissage de connaissances fondamentales issues de trois grandes catégories :

  • Les principes de gestion (communs aux quatre compétences propres, leur maîtrise permet à l'élève de gérer ses actions de manière optimale) ;
  • Les principes de méthodes (potentiellement transversaux, leur maîtrise permet à l'élève d'apprendre au mieux les actions motrices) ;
  • Les principes d'action (spécifiques à un type d'expérience ou un groupe d'activités donné, la maîtrise des principes d'action aide l'élève à mieux construire ses actions motrices).

Les choix à envisager à l'intérieur de chaque catégorie sont de la responsabilité de l'enseignant, orienté en cela par les instructions du programme et leur contexte de mise en oeuvre.

Tout comme les ressources, une information est proposée pour chaque notion qui explicite son contenu. Le bouton "enregistrement" indexe les données choisies par l'enseignant à l'intérieur d'une base qui pourra être appelée ultérieurement (second et troisième temps de la mise en forme du projet de classe).

Faire le choix des APSA, vecteurs des apprentissages

Dans la problématique ici proposée, les APSA font l'objet d'un questionnement qui intègre les contraintes liées aux contingences matérielles et le projet de transformation envisagé. C'est sur cette base que seront choisies les différentes APSA proposées par les listes nationale, académique ou locale.

En définitive, le choix des APSA fait par l'équipe de l'établissement orientera l'ensemble des expériences motrices qui seront proposées aux élèves, chacune d'elles contribuant à la maîtrise des connaissances fondamentales par l'acquisition des contenus d'apprentissages (leur déclinaison sera envisagée dans un troisième temps, celui du "Projet de cycle").

Les APSA sont classées par catégorie. Leur sélection doit être envisagée en une seule fois avant validation (cliquer sur le bouton "Enregistrer les APSA"). Pour y parvenir, il suffit de cliquer sur n'importe quelle activité de n'importe quelle colonne en maintenant la touche Ctrl enfoncée jusqu'au terme de la procédure.

Second temps : la mise en forme logique de la programmation des APSA

La programmation doit être pensée comme l'aboutissement d'un processus qui affine une mise en oeuvre locale du programme et la mise en oeuvre d'unités d'enseignement donnant tout leur sens aux apprentissages des élèves.

En effet, peut-on encore imaginer programmer deux APSA différentes au cours de la même leçon sans envisager les éléments de leur convergence ?

Est-il possible d'ordonner les APSA dans le cadre d'une mise en forme de la programmation sans s'interroger sur les bénéfices, avantages ou inconvénients que cela peut avoir sur le contenu des leçons et ce, tant du point de vue synchronique (deux leçons au cours de la même semaine) que du point de vue diachronique (l'enchaînement des leçons pendant un cycle de dix séances) ?

Est-il imaginable de programmer les APSA sans se questionner sur la durée des cycles et, plus encore, le temps potentiel des apprentissages ?

C'est pour s'obliger à se poser ces questions importantes que l'onglet "Programmation Annuelle" a été pensé. C'est pour envisager une réponse satisfaisante au regard de ces enjeux que les choix opérés en amont ont été rappelés...

Ainsi est-il possible de choisir le nombre de leçons prévues pour une période donnée et de préciser le temps effectif des leçons.

La ou les APSA ayant été choisie(s) après avoir activé la liste déroulante, un bandeau s'affiche qui informe sur le temps potentiel de la leçon et le temps potentiel de l'activité de l'élève (80 à 85 % du temps de la leçon selon sa durée).

À propos de ce dernier point, notons que les instructions focalisent l'attention des enseignants sur le fait qu'une évaluation de niveau 1 n'est possible qu'à partir du moment où le temps des apprentissages est supérieur à dix heures effectives. Concernant les apprentissages de niveau 2, il sera nécessaire d'organiser leur suivi dans le décours du temps scolaire pour maîtriser le temps de l'évaluation (vingt heures de pratique effective).

Un bouton "Remise à zéro" permet d'effacer toutes les données qui relèvent de la mise en forme de la programmation. Son usage doit être circonstancié...

Troisième temps : la déclaration des contenus d'enseignement

Rappel sur les ressources et les connaissances fondamentales

Cocher l'une des quatre rubriques suivantes permet d'accéder aux différentes données la concernant qui ont fait l'objet d'un archivage.

Appeler une APSA programmée

En activant la liste déroulante, il est possible d'afficher l'une des APSA retenue dans la programmation. Toutes les informations de programmes la concernant sont affichées : le groupe d'appartenance, la nature de l'expérience qu'elle permet d'envisager (compétence propre) ainsi que l'intitulé de la compétence attendue.

Cette dernière précise le contexte dans lequel la situation d'évaluation doit être envisagée et appelle à s'interroger sur les connaissances que l'élève doit mobiliser pour la réaliser au mieux (ce qui relève de la motricité, ce qui relève des méthodes, ce qui relève des attitudes).

Choisir les thèmes à étudier

Les principes opérationnels (point de convergence des principes de gestion, de méthode et d'action) sont un ensemble d'éléments structurants qui organisent la pratique des activités physiques et sportives.

Ils s'expriment en contrepoint de l'étude d'un certain nombre de thèmes dont la nature dépend, pour l'essentiel, de l'âge des élèves et, par incidence, du niveau de la classe.

Pour les consulter ou les ré-exprimer, il suffit de double-cliquer dans la cellule placée au-dessous du bandeau "Thèmes à étudier...".

Notons que, dans la fenêtre qui s'affiche alors, les principes de gestion, de méthode et d'action sont rappelés.

Écrire les contenus d'enseignement et d'apprentissage

C'est la dernière étape... Tous les éléments de choix étant arrêtés, le projet d'intervention de l'enseignant prend sens.

À ce moment de la réflexion, une chose essentielle demeure : la déclaration des contenus à enseigner. Dans la logique de problématique proposée, il s'agira de les exprimer à l'intersection des compétences méthodologiques et sociales et des connaissances ou capacités ou attitudes qui relèvent de la compétence attendue des programmes.

Cette manière de procéder a déjà été expérimentée concernant les programmes de lycée ("L'EPS en classe de seconde :du programme à la mise en oeuvre", Les cahiers EPS, hors-série, octobre 2002.

Pour les besoins de la publication, un petit nombre d'exemples a été proposé qui suffit à fonder une logique d'écriture. D'autres exemples viendront... Ils viendront enrichir le contenu du prochain numéro des Cahiers EPS de l'académie de Nantes.

Conclusion

Les éléments du programme 2008 d'EPS ont été organisés sous la forme d'une base de données que l'utilisateur peut faire évoluer en permanence du fait de l'interactivité qui prévaut à la construction du fichier. Ainsi, l'enseignant qui formalise son projet de classe peut-il prendre en compte l'évolution des ressources de ces élèves pour actualiser autant qu'il le veut les données qui l'organisent.

C'est la raison pour laquelle il a été prévu une automatisation de l'enregistrement sous une forme qui prend en compte la classe, le jour et l'heure de l'enregistrement. Le fichier est ensuite stocké automatiquement dans le répertoire d'où est issu le document d'origine. Les possibilités d'impression sont réduites à ce jour à un traitement des fenêtres actives dans un fichier de traitement de texte ; il suffit de procéder par une utilisation simultanée des touches Alt + Imprécr avant de coller l'image obtenue par le raccourci Ctrl + V.

Cet outil est encore perfectible et, sans nul doute, il sera appelé à évoluer au gré des critiques ou des besoins. Mais au-delà de ces contingences d'ordre technique, une vérité demeure : la volonté de vouloir asseoir une problématique qui fait du choix la pierre angulaire de toute problématique d'enseignement.

Les cahiers EPS - L'informatique, une aide à la formalisation des projets de classe