Les cahiers EPS, n°39 (06/2009)

Mise en oeuvre EPS du programme

Comment passer d'une leçon centrée sur l'APSA à une leçon d'EPS ?

Delphine Evain,
Dominique Boschet.

L'analyse d'une préparation de leçon d'EPS, portant notamment sur les démarches éducative, didactique et pédagogique, le vocabulaire utilisé... permet d'identifier la logique implicite d'enseignement du professeur. Il suffit parfois de peu de chose pour basculer d'une leçon d'EPS à une leçon d'APSA et vice versa.
Le présent article tente d'illustrer cette idée.

Présentation de la leçon support d'analyse

Description générale

Le tableau présente, de façon décontextualisée, le corps d'une leçon d'apprentissage n° 4 en lutte pour le niveau 5e.

Elle s'articule autour d'une double problématique :

  • éducative sur la dimension "cohésion du groupe" par l'intégration et la reconnaissance de tous ;
  • motrice sur le travail du lieu debout - au sol par la continuité des actions en lutte.

Document (format PDF) : Leçon d'apprentissage n° 4 en lutte pour le niveau 5e

Description avancée

Cette leçon présente les compétences et connaissances à apprendre selon une répartition séquentielle en échauffement, situations "initiale, différenciée puis de réinvestissement".

À chaque étape, il est proposé un descriptif de la réalisation et des consignes de sécurité, un état des contenus d'enseignement proprement dit, ainsi qu'une précision sur les critères de réussite et les variables de complexification.

Avertissement

Cette leçon ne constitue aucunement une référence et elle a été choisie au hasard dans un ensemble de leçons disponibles.

Les différents niveaux d'analyse : suggestions et propositions

La structure du cadre d'écriture de la leçon

Cette leçon ne présente pas d'unité car les élèves, selon leurs difficultés, n'apprennent pas les mêmes contenus d'enseignement. Pour les uns, l'apprentissage relève de la dimension affective (vaincre la peur de la chute), pour les autres, essentiellement de la dimension motrice (accompagnement au sol de l'adversaire).

Cette unité n'existe qu'à travers l'APSA puisque tout ce qui est demandé répond à une plus grande efficacité dans l'activité. La démarche s'appuie davantage sur une pédagogie du manque que sur une véritable pédagogie différenciée.

En effet, selon P. Meirieu, "la pédagogie différenciée est la mise en place de situations permettant l'acquisition d'objectifs communs". Dans le cas présent, chaque élève dispose d'une situation destinée à répondre à un problème personnel différent.

Une leçon d'EPS garantit l'unité du travail sur des compétences et des connaissances fixées pour tous les élèves.

Les dimensions de l'identification, de la transmission et de l'adaptation relèvent du champ de l'EPS alors que celles de l'application et de la répétition relèvent de l'APSA. Cette leçon propose un mélange des genres qui ne permet pas de la ranger dans l'une ou l'autre des catégories.

Toutefois, avec une attention particulière portée à ces dimensions, cette leçon peut facilement devenir une véritable leçon d'EPS.

Le contenu de la leçon

L'échauffement n'est pas seulement un temps de préparation du corps, mais également un moment privilégié pour éclaircir des liens entre l'élève et les connaissances. Il existe une mise en tension des termes, du vocabulaire, qui induit les actes à venir, mais également des actions physiques spécifiques et plus générales.

La dimension du lien social, tel qu'il est décrit dans la leçon (constitution de groupes avec meneur) reste de faible portée alors que le comportement adaptatif d'ordre affectif (lors du travail de la chute) et social (lors du travail du contact aux autres) semble davantage répondre au caractère EPS.

Le thème central repose sur le déséquilibre, avec un certain nombre de règles d'action contribuant à sa compréhension motrice. L'EPS vise avant tout des savoirs fondamentaux, tel que l'équilibre. C'est donc cette notion qu'il convient de travailler et d'expliciter, le déséquilibre relevant du caractère APSA.

La pédagogie de la différenciation ne se confond pas avec celle du manque, telle qu'elle existe dans la leçon présentée. La différentiation s'exerce sur des niveaux de complexité dans une action (d'un travail en collaboration à une opposition raisonnée puis réelle, d'une action connue, permettant l'anticipation, à une action inattendue) et/ou ensuite dans la combinaison de plusieurs actions.

La gestion des variables de situation s'apparente à cette même logique de complexification.

Enfin, l'accentuation du rôle de l'observation permet le travail sur le comportement adaptatif cognitif par l'identification des connaissances. De même, l'intervention auprès des autres (co-évaluation, évaluation formative, régulation...) sollicite le comportement adaptatif social. Cette prise en compte confère à la leçon son caractère EPS.

La formulation du contenu de la leçon

Chaque situation propose un travail particulier spécifique à l'APSA :

  • situation 1 : la chute
  • situation 2 : la rééquilibration
  • situation 3 : la mise en oeuvre cognitive dans le cadre d'un combat.

L'EPS vise le développement du comportement adaptatif ; de fait, le travail effectivement réalisé selon cette logique serait :

  • situation 1 : adaptation affective
  • situation 2 : adaptation cognitive
  • situation 3 : adaptation motrice et sociale.

L'approche selon une distinction défenseur / attaquant émane également d'une référence à l'APSA alors que ce qu'il faut faire pour être défenseur et/ou attaquant efficace, décliné en connaissances, compétences attendues, capacités et attitudes, relève d'une démarche de la logique EPS.

Ces connaissances et compétences représentent les leviers d'un savoir fondamental, observable lors d'un comportement adaptatif cognitif. Traduits en contenus d'enseignement, dans le cadre de cette leçon précise, ils sont relatifs au déplacement du centre de gravité, à la gestion des appuis au sol...

Conclusion

Malgré la volonté réelle de produire une leçon d'EPS, la référence fédérale est toujours présente comme système d'analyse de l'activité des élèves. Elle est d'autant plus présente que l'enseignant domine peu son sujet didactique ou pédagogique.

Donner un caractère EPS à la leçon, c'est avoir à disposition des savoirs fondamentaux comme système de référence, c'est analyser les actions des élèves en termes de comportements adaptatifs, sources de didactisation des connaissances et des compétences nécessaires à l'écriture de la leçon et de ses contenus d'enseignement.

Les cahiers EPS - Comment passer d'une leçon centrée sur l'APSA à une leçon d'EPS ?