Les cahiers EPS, n°34, page 33 (06/2006)

Innover : des formes au fond

Un brevet et un baccalauréat associatifs : réconcilier l'AS et l'UNSS par une formation élargie des élèves

Delphine Evain

Des divergences existent entre les promoteurs d'une association sportive (AS) et ceux de l'Union nationale du sport scolaire (UNSS), les premiers plébiscitent une animation centrée sur leur établissement, tandis que les seconds ne peuvent concevoir l'AS sans implication dans les manifestations sportives organisées par l'UNSS.
Au-delà des opinions des uns et des autres, le Groupe action-innovation des AS soutient l'hypothèse selon laquelle le mode de fonctionnement des AS est en corrélation avec le profil des enseignants qui les mènent.
La thèse de Thérèse Roux-Pérez (2001) constitue un socle d'analyse pour le groupe de réflexion qui mène à la constitution d'un système réunissant quatre pôles : les programmes d'EPS, l'organisation de l'UNSS, le fonctionnement des AS et les profils des enseignants, dont le produit unificateur aboutit à la création d'un brevet associatif au collège, ainsi que d'un bac associatif au lycée.

Un système à quatre pôles

Le Groupe action-innovation des AS réunit des protagonistes issus de différents milieux autour d'un même thème de réflexion : les AS

Ce comité de réflexion, né au premier trimestre de l'année 2006, regroupe un collectif de onze personnes issues de l'inspection pédagogique régionale, de l'UNSS, des lycées et collèges et reçoit par ailleurs le soutien scientifique de T. Roux-Pérez.

La réflexion des membres de ce groupe met en évidence la composition de quatre pôles distincts, mais à coordonner :

  1. Les directives nationales mises en oeuvre par les programmes d'EPS, compétences à développer avec le soutien des inspecteurs pédagogiques régionaux d'éducation physique et sportive (IPR-EPS).
  2. La politique de l'UNSS mise en oeuvre par le programme de rencontres sportives organisées par les responsables nationaux, régionaux et départementaux.
  3. Le fonctionnement des AS animées par les enseignants.
  4. Les profils des enseignants mis en évidence par la thèse de T. Roux-Pérez.

L'articulation des quatre pôles identifiés conduit à la constitution d'un système

La notion de système se caractérise par l'interdépendance des éléments qui le composent. De ce fait, toute modification apportée à l'un de ses éléments est génératrice d'effets sur les autres.

Le schéma (page 35) reprend ces quatre pôles en présentant les quatre types de liens qui les unissent deux à deux.

==> Les enseignants, quel que soit leur profil, ont pour mission de mettre en oeuvre les transformations des élèves selon les compétences à développer.

Lorsque ces dernières sont modifiées, les actions des enseignants s'en trouvent également modifiées pour répondre aux nouvelles attentes nationales.

==> L'AS, qui fait partie du projet d'établissement et dont les décisions prises en assemblée générale sont votées au conseil d'administration. L'AS se positionne alors comme un outil complémentaire de formation au service des élèves. Son organisation favorise l'apprentissage au regard des compétences visées, en fonction du contexte local.

Si ce contexte vient à évoluer, alors l'AS adapte son fonctionnement aux nouvelles conditions d'exercice.

==> L'UNSS est une organisation à statut propre, dont l'objet est la réunion des membres des AS, soit à travers le thème de la compétition et de l'animation sportive, soit à travers l'organisation et l'arbitrage de ces mêmes regroupements. Elle est au service des AS en proposant un programme annuel qui permet la concrétisation des actions de formation menées en leurs seins.

Si les AS adaptent leur fonctionnement aux nouvelles conditions d'exercice locales, alors l'UNSS doit proposer des programmes compatibles. En l'absence de telles propositions, les AS prennent, de facto, leurs distances.

==> La thèse de T. Roux-Pérez fait la démonstration d'un enseignement de l'EPS et de l'animation de l'AS différenciés en fonction des profils d'enseignants identifiés, de sorte que cette différenciation varie en nature et intensité.

Si les programmes de l'UNSS liés à l'organisation de l'AS - elle-même attachée aux projets de formation - ne sont pas cohérents avec l'action des enseignants, alors l'implication de ces derniers est moindre, de même que le profil de l'enseignant tend à déterminer le degré d'adhésion de l'AS à l'UNSS.

Vers une organisation des AS qui réponde aux besoins de formation et au profil des enseignants

En fonction des profils des enseignants, des engagements professionnels sont identifiables

T. Roux-Pérez (2001, 2003) observe plusieurs identités professionnelles et des modes d'implication correspondants chez les enseignants d'EPS que l'on peut regrouper en trois profils principaux :

1. Le groupe des enseignants entraîneurs et compétiteurs privilégie la dimension motrice de l'apprentissage. Les premiers recherchent la performance, tandis que les seconds s'orientent davantage vers la diversité des activités et leur pratique raisonnée. Ils sont tous deux centrés sur l'enseignement des activités physiques sportives et artistiques (APSA).

2. Le groupe des enseignants éducateurs et des acteurs institutionnels valorise l'apprentissage des élèves. Les premiers les considèrent en tant que personnes dans leurs dimensions motrices, cognitives, affectives et relationnelles. Les seconds s'attachent au processus enseigner - apprendre et à la réussite de tous. Ils sont tous deux centrés sur les notions de projets et accordent une place importance aux dimensions didactiques et pédagogiques de l'enseignement.

3. Le groupe des enseignants critiques ne montre aucune forme d'implication particulière, si ce n'est celle de chercher à s'adapter au contexte local, afin de préserver au mieux le temps " libre " de l'AS.

Chaque enseignant s'investit pleinement dans l'AS, dès lors que son intervention est cohérente avec son type d'implication en EPS

L'existence des trois principaux profils d'enseignants offre la possibilité d'ouvrir des champs d'implication pour tous au service de l'AS. Leur présence offre une pluralité d'investissements au service de la formation des élèves.

1. Les enseignants entraîneurs et compétiteurs accentuent leurs efforts auprès de jeunes très impliqués sportivement, soit par l'entremise de la compétition, soit par l'intermédiaire des rencontres amicales pluri-sportives. Le travail d'efficience sportive apportée aux compétiteurs peut être, au-delà, enrichi par une formation de jeunes entraîneurs, voie éducative sportive spécifique à l'UNSS concrétisant ainsi la sensibilisation à la responsabilité en EPS.

2. Les enseignants éducateurs et acteurs institutionnels organisent leurs interventions, principalement en direction des débutants et du plus grand nombre. Leur objectif majeur est d'amener les élèves à la découverte et l'accès au monde sportif. La pratique sportive polyvalente en AS est considérée comme un outil complémentaire du renforcement des compétences d'ordres motrice, cognitif, affectif et relationnel développées en EPS. La formation de jeunes arbitres représente une voie supplémentaire d'accès à la compréhension d'une activité, d'une part, et d'une forme de pratique, la compétition, d'autre part.

3. Bien que les enseignants critiques ne souhaitent pas " perdre de temps " les mercredis après-midi dans les déplacements compétitifs, ils n'en demeurent pas moins des professionnels soucieux de faire le travail qui leur incombe. La formation de jeunes organisateurs et animateurs de l'AS invite les élèves à la prise d'initiative, à la responsabilité et à l'autonomie, objet de l'EPS. Il s'agit d'un investissement régulier sur des temps informels, qui va de la gestion administrative jusqu'au projet d'organisation ponctuelle, de manifestations sportives ou de rencontres amicales, toutes essentielles à la vie de l'AS.

Bien évidemment, il convient de relativiser cette répartition schématique, puisqu'un enseignant ne répond pas exclusivement aux critères de l'un ou de l'autre des groupes observés. Le partage des tâches entre les collègues, au regard de leur orientation professionnelle, doit favoriser une implication efficace et motivée de tous, au profit d'une offre de formation élargie de l'AS.

Vers un programme de l'UNSS qui réponde aux besoins des AS

La division des rôles entre les enseignants accroît l'offre de formation de l'AS au profit des élèves

L'élargissement de l'offre de formation de l'AS permet d'attirer des sensibilités différentes au monde associatif sportif. Pratiquants (débrouillés ou débutants) et non-sportifs, tous désireux de connaître mieux les APSA, constituent un potentiel d'entraîneurs, d'animateurs, d'organisateurs, de dirigeants et d'informaticiens. Chaque élève doit être à même de percevoir l'AS à l'image d'une petite entreprise à but non lucratif, dans laquelle plusieurs " métiers " sont accessibles, dont l'accès n'est pas restreint qu'aux seuls sportifs accomplis.

Au-delà d'une pratique compétitive, il s'agit d'inviter les élèves à appréhender le fonctionnement et l'organisation de l'AS dans sa globalité. Cette nouvelle représentation de l'AS permet à chacun d'y adhérer en s'y impliquant autrement qu'en tant que compétiteur, et d'évoluer au sein de celle-ci en passant d'une fonction à une autre.

Un élève qui s'inscrit pour un championnat, parce qu'il se sait de bon niveau peut prendre des responsabilités en tant qu'entraîneur pour apprendre à transmettre ses compétences et ses savoirs. Il peut, ensuite, envisager d'organiser une rencontre amicale dans l'activité qu'il connaît bien puis, pourquoi pas, dans une autre activité qu'il aura découverte à travers sa nouvelle fonction d'animateur et d'organisateur. De même, un élève qui se sait peu sportif sera valorisé dans ses capacités à assumer des tâches administratives. Reconnu, il prend confiance en lui et se fait admettre au sein d'une équipe sportive comme jeune officiel, ce qui lui permet d'apprendre et de comprendre les règles ainsi que le déroulement des épreuves. Fort de ce nouvel apprentissage, il lui appartient de prendre l'initiative de s'essayer comme jeune organisateur et/ou pratiquant débutant.

Ainsi, la force de l'AS est bien d'être une association, avec la coexistence de multiples fonctions. L'enrichissement des enfants ne vient pas de leur adhésion dans cette association, mais plutôt de leur capacité à évoluer en son sein pour s'ouvrir à de nouvelles tâches qui complètent leurs connaissances et compétences tout en favorisant leur épanouissement personnel. La création d'un brevet associatif (BrA) et d'un bac associatif (BA) témoigne de cette évolution. Ces diplômes valident les progrès réalisés au sein des AS, petit à petit au cours de la scolarité en collège, puis en lycée (quel que soit le moment de l'adhésion, l'intensité de l'investissement ou l'existence d'interruptions dans les parcours scolaires). Un livret de formation répertorie et garde trace des participations, missions et fonctions. L'obtention du BrA en année de troisième et/ou du BA à l'issue de la classe de terminale consacre une implication polyvalente de son détenteur. Ils représentent la reconnaissance de compétences élargies, valorisant le profil de l'élève qui s'engage à long terme, par la voie d'une appréciation sur le bulletin scolaire et/ou d'une remise de diplôme par exemple.

La notion de système requiert que l'UNSS évolue en cohérence avec les AS pour répondre à leurs besoins

L'UNSS ne peut rester en marge de l'évolution des AS et doit évoluer si ces dernières se transforment.

Schéma : L'UNSS au service du brevet et du bac associatif

Dans le cadre de sa mission, l'UNSS doit aider l'AS à mettre les élèves en situation de responsabilité, de prises d'initiative ou d'autonomie.

1. Dans cette perspective, les compétitions deviennent ouvertes tant aux non-sportifs qu'aux sportifs, elles impliquent que leur organisation tienne compte de ces deux catégories, tout en proposant autant de champ d'action pour les uns que pour les autres. Attribuer de réelles responsabilités aux jeunes officiels, entraîneurs, animateurs ou organisateurs, c'est reconnaître leur existence et leur valeur, considérer l'intérêt de leur démarche et ainsi les encourager à poursuivre et à progresser.

2. Dès lors, les non-sportifs doivent bénéficier de l'organisation d'un programme annuel qui débute au niveau district et s'étend au niveau national. Leur accès à l'échelon supérieur est sanctionné par la validation des acquis ouvrant sur des sélections, à l'image des compétiteurs mais de façon indépendante. La perspective d'un progrès sur l'année, ou les années à venir, favorise l'engagement des élèves dans une démarche durable de projets de formation, voire, ultérieurement, à l'âge adulte, une implication en association.

Comment expliquer qu'un élève participe, en tant que jeune officiel, à des championnats de France grâce à la qualification d'une équipe de son établissement, alors même qu'il n'est pas nécessairement compétent à ce niveau d'exercice ? A contrario, comment justifier l'interdiction faite aux jeunes officiels d'accéder au niveau national et de valider une compétence du même rang simplement parce que l'équipe sportive de son établissement n'est pas sélectionnée ? N'y a-t-il pas ici une injustice entre celui qui s'investit " sportivement " et celui qui s'investit " non sportivement " ? Au-delà de cette observation, doit-on considérer qu'il faut être un bon enseignant entraîneur avant de pouvoir exercer son rôle d'éducateur ?

Conclusion

L'environnement de l'AS et de l'UNSS est parsemé de difficultés. De plus en plus de professeurs se détachent de la culture sportive pour se préoccuper d'éducation et de formation, notamment par le vieillissement des enseignants issus de la période sportive des années soixante, par la fin du recrutement des étudiants destinés à l'enseignement sur la base de leur implication sportive, par la faible sensibilisation à l'AS en Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM). L'UNSS subit d'âpres critiques au sujet de sa proximité avec le monde fédéral alors qu'elle doit être au service des AS, lesquelles appartiennent aux projets d'établissement.

L'EPS évolue, les AS aussi, mais vraisemblablement pas suffisamment pour répondre aux besoins de formation. L'UNSS, de son côté, se questionne, revendiquant son attachement à la mission scolaire.

La thèse du présent article consiste à soutenir que, pour dépasser ces difficultés, il doit être tenu compte des différents profils des enseignants pour qu'ils s'investissent pleinement dans l'AS. L'évolution de ces derniers et de la discipline scolaire - l'EPS - place l'AS comme un support supplémentaire d'apprentissage pour les élèves, à la condition qu'une organisation - l'UNSS - tenant compte de ses nouveaux paramètres soit mise en place. Le brevet et le bac associatifs représentent des outils valorisant l'implication associative et formative à la fois des sportifs de tous niveaux mais également des non-sportifs, et surtout leur transfert d'une catégorie à l'autre. Le suivi et l'évolution des élèves permettent à tous les types d'enseignants de s'impliquer, quel que soit leur profil. L'attention et l'écoute des responsables de l'UNSS par l'entremise d'un programme adapté et par ce nouveau fonctionnement des AS ne pourraient que contribuer au progrès des élèves et faire reconnaître largement les bienfaits de l'existence des AS et de l'UNSS.

Membres du Groupe action-innovation des AS : Pommier Guy, inspecteur pédagogique régionale, académie de Nantes ; Guillou Yvonic, directeur régional UNSS, académie de Nantes ; Delaporte Françoise, directrice régionale adjointe UNSS, académie de Nantes ; Le Roy Jean-Pierre, adjoint au service régional UNSS, académie de Nantes ; Vandewoestyne Guy, service départemental UNSS, 44 ouest ; Evain Delphine, PRAG, collège J.-Renard, Laval (53) ; Peschard Yann, professeur EPS, lycée Réaumur, Laval (53) ; Trémoureux Rémy, PRAG EPS, lycée Vial, Nantes (44) ; Véquaud James, professeur EPS lycée Bel Air, Fontenay-Le-Comte (85) ; Bescond Yann, professeur EPS, collège Peltier, Changé (72) ; Fleuriault Patricia, professeur EPS collège Volney, Craon (53).

  • Thérèse Roux-Pérez, maître de conférence à l'IUFM de Nantes (PRAG), Centre de recherche en éducation de Nantes (CREN).
  • Des processus de construction de l'identité professionnelle des enseignants d'EPS : entre appartenance au groupe, expériences professionnelles singulières et recompositions identitaires à l'échelle du temps. Thèse de 3e cycle en sciences de l'éducation non publiée, Université de Nantes, 2001.
  • " Identité professionnelle et mode d'implication privilégiés chez les enseignants d'éducation physique et sportive " in Les sciences de l'éducation pour l'ère nouvelle, vol. 36, n° 4, 2003.
Les cahiers EPS - Un brevet et un baccalauréat associatifs : réconcilier l'AS et l'UNSS par une formation élargie des élèves