Les cahiers EPS, n°35, page 59 (01/2007)

Lutter contre les discriminations éducatives en EPS, quelques pratiques pédagogiques

Un livret d'évaluation diagnostique construit et partagé par tous

James Robichon

On peut concevoir des apprentissages en EPS avec l'idée que tous, " les nuls, les champions, et les autres ", apprennent et progressent. Comment et avec quoi peut-on permettre cet apprentissage pour les élèves ? Le problème rencontré par le professeur est de gérer le rapport antagoniste qui existe entre le fait d'enseigner à tous, tout en cherchant à s'adresser à chacun. Ou, comment s'adresser à chacun en faisant fonctionner le groupe classe ? Afin de répondre à ces questions, nous attribuerons à l'élève un rôle de constructeur de ses apprentissages, il devient alors acteur de l'EPS. Il s'agit de proposer un outil d'évaluation diagnostique, construit et partagé par l'élève et le professeur, pour penser les apprentissages et construire un projet personnel qui donne du sens pour l'élève et qu'il peut faire évoluer dans les différents temps de l'EPS (la séance, le cycle, l'année). Le terme diagnostique doit être compris ici comme un processus intégré à l'apprentissage et non comme la première étape de l'élaboration d'un contenu d'enseignement.
Cet article propose la construction d'un outil " le livret diagnostique construit et partagé " (LEDCP) au niveau du collège. Après une définition de la démarche et des différentes caractéristiques qui permettent la construction de ce support, un exemple illustre le fonctionnement de cet outil.

Le processus de construction

La mise en oeuvre d'une EPS s'adressant à tous les élèves à travers un livret de savoirs doit passer par les étapes de construction et de création propres à chaque établissement, classe et élève.

Il s'agit de voir ici les caractéristiques qui entrent en jeu dans la construction du " livret d'évaluation diagnostique construit et partagé " (LEDCP), afin de tracer les profils des élèves de mon établissement et de répondre aux questions : qui sont-ils ? quels sont leurs points forts et leurs points faibles ? et de prendre en compte leurs différences et leurs possibilités.

La démarche utilisée pour ce processus est celle que l'on effectue classiquement en EPS pour déterminer des contenus d'enseignements pour les classes dans une APSA.

  • Dans un premier temps, la démarche consiste à examiner le contexte scolaire dans lequel évolue l'élève. Une telle opération amène l'enseignant à déterminer les grandes lignes ou les objectifs qu'il se fixe avec ses élèves.
  • Ensuite, ce sont les caractéristiques générales des élèves de la classe qui entrent en jeu. Il s'agit de faire un état des lieux des acquisitions et des manques.
  • Enfin, le dernier des observables à prendre en compte concerne les caractéristiques des élèves dans l'APSA support.

À la fin de ces trois temps, l'enseignant d'EPS propose des contenus d'enseignement qui servent de bases au LEDCP. C'est à partir de ces données qui prennent en compte tous les élèves que le livret se construit, fonctionne et prend sa pleine mesure. Cet outil va permettre à l'élève d'exister autrement en EPS que par le regard performatif. La distinction " les champions, les nuls et les autres " n'existe que par un référentiel unique qui les classe comparativement (modèle sportif). Si l'on change ce référentiel ou, encore mieux, si on l'adapte à chaque individu, ces étiquetages de classement disparaissent. Chacun existe intrinsèquement avec ses propres forces et faiblesses. D'où l'idée d'aider chaque élève à créer un référentiel personnel et adapté dans le LEDCP, sur la base des contenus d'enseignement déterminés plus haut. Ce nouveau référentiel permet l'élaboration du projet personnel de l'élève et vise à :

  • s'étudier et se comprendre ;
  • accepter d'être soi-même ;
  • accéder à une performance : " chacun à son niveau est capable d'accomplir une performance " ;
  • permettre à chacun d'avoir sa place.

Document (format PDF) : La création du livret d'évaluation diagnostique dans l'établissement.

Son utilisation

Apprendre, ce n'est pas seulement progresser mais c'est aussi être déstabilisé par les nouveautés à acquérir ou être capable de se " mettre en danger " pour sortir de la répétition de l'existant. D'où l'idée que, pour apprendre, l'élève doit s'évaluer et voir ses difficultés et ses ressources mais aussi les envisager dans une perspective de temps.

Le fonctionnement du livret dans la durée

Les quatre différents moments d'utilisation de ce livret doivent permettre à l'élève de créer un habitus de travail et l'aider à construire un projet personnel d'apprentissage :

  1. Évaluation diagnostique des compétences et connaissances de l'élève de façon autonome puis complétée par le professeur.
  2. Son utilisation lors de chaque séance (ritualiser ce livret afin de se l'approprier et de s'en servir pour évoluer).
  3. Son utilisation lors de la fin d'un cycle (critérier son évolution, ses progrès pour aller jusqu'à évaluation).
  4. Son utilisation sur l'année et la scolarité au collège (assurer le suivi sur les quatre ans des projets de l'élève).

On se pose moins ou pas la question de l'intérêt du livret pour les " nuls ". Mais à l'inverse, pour les champions et les autres, en quoi cela permet-il de progresser ? Le livret doit être vu comme une possibilité donnée à l'élève de se construire selon un projet personnel. Il lui permet de s'identifier dans l'ensemble de ses caractéristiques et, ainsi, il peut se situer dans toute sa dimension personnelle et non seulement face au référentiel sportif. La majorité des élèves peuvent effectuer la prise de conscience d'un niveau de départ et du parcours qu'il leur reste à faire pour progresser vers les objectifs qui sont arrêtés. Pour les " champions ", le LEDCP permet de passer au-delà de l'aspect sportif afin de s'intéresser aux critères qui en font des élèves en EPS : la santé, l'autonomie, la responsabilité...

Exemple d'un LEDCP en classe de 5e

Caractéristiques des élèves de 5e au collège Jean-Cocteau

Données statistiques

Six classes de 5e de 24 à 25 élèves.

Milieux sociaux : dans une grande majorité, de moyens à élevés.

Durée moyenne de trajet entre le domicile et l'établissement : 5 à 30 min.

Emploi du temps chargé : 31 heures pour les élèves et 33 heures avec l'option latin.

Données relatives aux représentations scolaires

Ponctualité et assiduité des élèves.

Élèves peu autonomes, voire pas du tout pour certains.

Élèves motivés par la pratique (dans l'action).

Tous les élèves souhaitent continuer leur scolarité.

Données relatives à l'EPS

La plupart aiment venir en EPS et plus de la moitié pratique du sport en dehors de l'école.

Pour eux, EPS veut dire : " défoulement, course, sport... ", une vision principalement sportive de la discipline.

Pas de tabagisme.

Caractéristiques en EPS

Au niveau moteur

  • La puissance caractérise l'activité des garçons.
  • Aisance cardio-respiratoire.
  • Motricité fine.
  • Problèmes de coordination.
  • L'influence du poids du corps est minimisée. Autre possibilité : individualiser à partir de tests VMA. Pas d'exercices en anaérobie lactique.
  • Barèmes G / F différenciés en performance et maîtrise.
  • Valoriser maîtrises d'exécution / performance ; processus / produit ; majorer la part de l'identifier ; apprécier et organiser ; gérer / réaliser.

Au niveau affectif

  • Rapport élève / corps positif, acceptation de soi.
  • Rapport élève / élève positif.
  • Instaurer un climat motivationnel propice au sentiment de compétence.

Au niveau cognitif

  • Capable d'analyses et de critiques.
  • La fin de l'étape 2 (20 h) doit correspondre à l'atteinte de compétences dans des tâches où la charge perceptive et décisionnelle est plus grande.
  • Les espaces de recherche et d'observation sont nombreux.

Ce que l'on retient

==> Peuvent se poser :

  • des problèmes d'hétérogénéité, notamment la différence garçon et filles ;
  • des problèmes de gestion de classe ;
  • les élèves sont motivés par l'EPS ;
  • des problèmes d'autonomie et de fonctionnement (dans l'approche d'une nouvelle discipline) ;
  • des problèmes de gestions de classe lors des premières séances de l'EPS (tenue, etc.).

==> Les élèves doivent et ont besoin de se dépenser, il s'agit pour eux de rompre avec les formes statiques des autres disciplines du collège.

==> Le travail moteur reste objectif (affinement de la motricité).

==> Le travail en groupe, la communication entre les élèves, l'affirmation des opinions, les prestations devant le public... ne poseront probablement pas de problèmes.

==> Impliquer les élèves dans la structuration des situations d'apprentissage.

Ce qui doit être développé pour cette classe de 5e
Axes de développement
Les savoirs fondamentaux retenus pour cette classe de 5e dans l'APSA hand-ball
Sur le plan des ressources- Apprécier et réguler ses possibilités et ses ressources au regard des actions à entreprendre.- Utiliser les alternatives simples (partenaires, adversaires, choix passe - tir - dribble) de jeux permettant d'atteindre la cible.
- Effectuer une action en fonction du jeu en cours et de mes ressources.
Sur le plan des méthodes- Identifier les effets de la motricité et de l'effort physique sur le corps.
- Élaborer en commun des stratégies d'actions collectives et des procédures d'entraînement dans l'apprentissage.
- Situer son action en tant qu'échec ou réussite (choix judicieux) par rapport à la réalisation de l'action.
- Reconnaître son statut et celui des autres (attaquant - défenseur).
Sur le plan de la maîtrise de la langue française- Décrire et commenter ses actions et celles d'autrui.- Décrire ce que l'on fait et ce que font les autres.
- Communiquer avec les autres par des termes appropriés (arbitrage).
Sur le plan de la santé- Identifier les effets de l'action motrice et de l'effort physique sur le corps et en tenir compte.- Connaître les spécificités de l'échauffement par rapport à l'APSA pratiquée et savoir les mettre en place.
- Préserver l'intégrité physique des autres.
Sur le plan de la citoyenneté- Construire et appliquer des règles individuelles et collectives.- Connaître et faire appliquer les règles essentielles du sport.
- Perdre et gagner loyalement.
- Maîtriser ses émotions.
- Accepter différents rôles et responsabilités au sein d'un groupe (arbitre, juge, entraîneur...).
Sur le plan de la sécurité- Organiser individuellement et en groupe les apprentissages dans des conditions optimales de sécurité.- Reconnaître les phases de jeux dangereux et s'y engager en connaissance de cause.
- Mettre en place la sécurité passive et active autour de la surface de jeu.

Afin de rendre ces savoirs fondamentaux utilisables par tous et plus particulièrement par les élèves, il faut effectuer une traduction de cette notion en langage élève. Cette traduction doit permettre de rendre les thèmes clairs et compréhensibles pour tout le monde. Cela donne la possibilité au livret de vivre dans les mains de tous ses acteurs à travers un langage commun, clair et précis. Cette phase est indispensable pour le bon fonctionnement de l'outil.

Il est évident aussi qu'il est nécessaire d'effectuer des choix sur les contenus que l'on souhaite mettre dans le livret. Un nombre trop important de thèmes ne permet pas à l'élève de progresser. À l'inverse, il se perd ou zappe de savoirs en savoirs sans se concentrer sur la véritable transformation souhaitée : la construction de ses progrès par son projet personnel (cf. tableau page suivante).

L'évaluation

Le livret d'évaluation diagnostique construit et partagé possède un double avantage. Il permet à la fois au professeur de s'adresser à tous avec une vue d'ensemble claire et précise des progrès de chacun et, en même temps, il permet de mettre en place une évaluation intégrée. Cette forme d'évaluation se caractérise par une succession d'évaluations diagnostiques (au sens traditionnel), formatives et sommatives, qui donnent à l'élève la possibilité de se situer. On peut alors la définir comme partie intégrante du processus d'apprentissage et de suivi.

C'est pourquoi il semble intéressant que cet outil devienne la base de l'évaluation qualitative de tous les élèves. En retour, elle renforce ainsi le sens donné au livret avec une véritable reconnaissance scolaire (la note). L'évaluation est basée sur la différence entre l'état initial de l'élève lors de l'évaluation diagnostique et son état final. Il s'agit ici de vérifier et de valoriser le progrès à travers une note.

La répartition des points proposés reste au plus proche des textes du DNB, dans un souci d'articuler les programmes en vigueur au collège et l'examen terminal.

Proposition d'évaluation

Performance : 5 pointsMaîtrise d'exécution et connaissances : 15 points
Évaluer à chaque leçon à travers les différents matchs
à thèmes (en relation avec ce qui vient d'être appris).
Évaluer avec le LEDCP les transformations effectuées sur 10 points.
Évaluer les progrès : différence que l'on relève entre le niveau de départ de cycle et l'état final du cycle.
- 2 pt pour chaque axe de développement.
Évaluer la maîtrise des différents savoirs : 5 points.
Évaluer le niveau de savoir atteint par les élèves.
- Savoir non acquis : 0 pt.
- Savoir en cours d'acquisition : 0,5 pt.
- Savoir acquis : 1 pt.

Document (format PDF) : Illustration sur deux axes de développement (parmi les six) du LEDCP pour une classe de 5e dans l'activité hand-ball

Conclusion

S'adresser à tous les élèves dans leur complexité, leurs différences, leurs faiblesses ou encore leurs points forts, reste et restera toujours très difficile pour tous les enseignants d'EPS. Néanmoins, l'outil proposé ici permet de franchir quelques obstacles et de mettre sur les rails une démarche de construction personnelle de ses savoirs par l'élève.

Pour répondre au cursus scolaire de chaque élève au collège et accentuer le sens que l'on peut donner à ce livret, il devient intéressant de prolonger notre réflexion en prenant en compte sa mise en place par l'ensemble de l'équipe pédagogique et, surtout, sur l'ensemble de la scolarité de l'élève au collège. Chaque élève devrait avoir son livret d'EPS qui le suivrait de la sixième à la troisième et concrétiserait sa progression au sein du cursus scolaire.

Les cahiers EPS - Un livret d'évaluation diagnostique construit et partagé par tous