Les cahiers EPS, n°37 (01/2008)

Le respect comme attitude

La leçon d'EPS, lieu du respect réciproque

Maurice Plays

Respect de soi, des autres, de l'environnement, des consignes, du règlement... la notion de respect se décline dans beaucoup de champs à l'école. À l'âge où l'adolescent peut rejeter cette valeur pour s'affirmer et se construire, l'école a pour objectif d'éduquer les élèves dans ce domaine : compétences sociales et civiques (socle commun des connaissances et des compétences), environnement et développement durable (thèmes de convergences)...
L'EPS se trouve être la discipline sans doute la plus porteuse de cette notion de respect. Par les contenus qu'elle propose et les lieux d'intervention dans lesquels elle s'exerce, l'EPS place l'élève, en interaction avec l'enseignant et les autres élèves, dans des situations où le respect est indispensable.
L'objet de cet article est de montrer comment la leçon d'EPS, par sa structure même, les contenus abordés, mais aussi la nécessaire réciprocité enseignant - élèves, contribue pleinement au développement du respect.

La leçon d'EPS, source de respect pour l'élève...

La leçon et les objets de respect

Toute leçon d'EPS fonctionne par le respect de règles.

Certaines sont communes aux autres disciplines : règles concernant la prise de parole, la discipline en classe, l'assiduité, le travail en classe, toutes ces règles figurant dans le règlement intérieur. Chaque enseignant peut y rajouter des règles de gestion personnelles selon sa sensibilité et ses convictions. Elles ont évidemment pour but d'assurer le bon déroulement du cours afin que chacun puisse tirer profit de l'enseignement du professeur.

D'autres règles sont liées à la spécificité de la discipline. Ces règles, très pragmatiques, poursuivent tantôt des objectifs d'hygiène (la tenue adaptée, le fait de ne pas manger de chewing-gum), tantôt des objectifs de sécurité (retirer les bijoux, boucler ses lacets, mettre en place, manipuler, et ranger le matériel...).

En s'interrogeant sur chacune de ces règles, il apparaît qu'elles n'ont de sens que dans la mesure où elles protègent l'intégrité de l'individu, sa liberté et celle des autres. Toutes n'ont de raison d'exister que parce qu'elles sont en lien direct avec la personne (sécurité, hygiène, respect moral, liberté de pensée, d'agir...). On pourrait même affirmer que toute règle qui ne poursuit pas ce but n'a pas lieu d'être, est inutile, voire relève d'une certaine forme de dictature.

Ainsi, le respect des règles n'est pas une fin en soi (ce qui serait de l'ordre de l'obéissance aveugle) mais une étape, une condition nécessaire au respect des autres et de soi (ce qui permet de comprendre et de défendre ces règles). Si ce lien entre la règle et le respect de soi ou des autres n'est pas mis en évidence, il y a de fortes chances pour que la règle non comprise ne soit pas ou mal appliquée.

Respecter l'autre

L'autre, c'est " d'abord " le professeur. Comme ailleurs, le respect du professeur passe par l'écoute et le respect des consignes qu'il donne, la participation aux situations d'apprentissage qu'il met en place. Respecter le professeur, c'est, d'une part, reconnaître la fonction qu'il occupe (la personne qui est là pour transmettre des connaissances mais aussi des valeurs pour le développement personnel des élèves) et, d'autre part, reconnaître le travail effectué pour faire vivre la leçon.

Les autres, ce sont les camarades de la classe. Respecter son camarade, c'est le reconnaître et l'accepter. C'est lui permettre d'écouter les consignes de l'enseignant, l'écouter lorsqu'il s'exprime et ne pas l'en empêcher, l'intégrer dans l'activité quel que soit son niveau, être attentif à lui, l'aider lorsqu'il en a besoin et garantir son intégrité physique. Lorsque les élèves s'approprient le rôle de pareur dans l'activité gymnastique, d'assureur en escalade et, à un degré moindre, d'arbitre dans des situations de sport collectif ou de combat, ils ont pour mission de veiller à l'intégrité physique de leurs camarades.

Les situations d'interaction sont très nombreuses dans la leçon d'EPS, quelle que soit l'activité support, même lorsqu'il s'agit d'une activité individuelle. Les situations de contact, d'échanges, de confrontations, sont si nombreuses que la notion de respect vis-à-vis de ses camarades est omniprésente dans les leçons d'EPS, beaucoup plus que dans les autres disciplines.

Un autre, ce peut être aussi l'environnement. Respecter la nature n'a de sens que pour permettre à autrui d'en bénéficier pleinement et garantir aux générations futures la chance de la vivre et d'y vivre. Cet autre (la nature), dans les activités physiques de pleine nature, c'est donc ce qu'on exploite / utilise en le préservant, avec et pour d'autres personnes qu'on ne connaît pas.

Tableau : Le respect de l'élève dans la leçon

Se respecter soi-même

Mais pour respecter les autres, il faut avant tout se respecter soi-même.

C'est sans aucun doute cet aspect qui fait la singularité de l'EPS. En effet, l'EPS mettant en action le corps dans sa totalité, dans des situations diverses et variées et dans des milieux très différents, amène l'enfant à connaître ce corps, à se l'approprier, à le respecter. Ceci en se gardant du danger de tomber dans le dualisme où un esprit piloterait un corps.

Le respect du corps, expression de la personne toute entière, passe en premier lieu par des actes qui ont pour vocation de le protéger. Les exemples de la tenue, du chewing-gum, des lacets, de la bonne utilisation du matériel, ont déjà été évoqués. L'échauffement contribue aussi de façon importante à la poursuite de cet objectif. Faire comprendre aux enfants la nécessité de cette phase pour préparer le corps aux efforts à venir et limiter les risques de blessures est un enjeu prioritaire dans la leçon d'EPS. C'est une phase privilégiée où l'enfant découvre son fonctionnement organique, ses limites articulaires et musculaires et où il peut ressentir les effets de l'activité sur le corps. C'est également le cas dans la phase d'étirements et de récupération après l'effort.

Ce souci se retrouve dans les situations d'apprentissage, notamment celles où le risque objectif est important. L'élève, qui a pris conscience du risque, vérifie son matériel et s'assure de sa sécurité (escalade), attend que les pareurs soient prêts (gymnastique), ne s'engage dans l'action qu'après avoir mis en oeuvre les moyens pour ne pas se mettre en danger.

Mais le respect du corps passe également par des considérations plus psychologiques. Outre le fait de le protéger, un des enjeux de l'EPS est d'amener l'enfant à accepter ce corps et à l'apprécier. C'est une étape essentielle dans la culture d'une image positive de soi. Cet enjeu est d'autant plus grand dans la phase d'adolescence où le corps se transforme plus rapidement. Un des objectifs de l'enseignant est alors de mettre en place les conditions nécessaires pour que chacun puisse s'investir dans le cadre de ses possibilités et, ainsi, contribuer à l'entretien de l'estime de soi. Grandir c'est être conscient d'avoir à repousser chaque jour les limites du précédent, de vaincre ses peurs et augmenter ses pouvoirs d'actions. Pouvoir le faire, même difficilement, contribue à une fierté personnelle qui valorise la personne au plus profond d'elle-même.

Respecter son corps, c'est-à-dire soi-même, implique enfin, de la part de l'élève, qu'il se prépare, qu'il soit réceptif aux messages de l'enseignant, qu'il soit à l'écoute des informations corporelles et qu'il participe activement à l'appropriation des contenus d'apprentissage. Cela passe notamment par une attention importante à soi dans la phase de prise en main, par un effort d'analyse au cours des situations pédagogiques, et par un souci de rétrospection dans la phase de bilan.

Le tableau ci-après retrace, en fonction de la structure de la leçon, les différents types de respect que l'élève doit s'approprier pour contribuer à son développement personnel et son adaptation dans la société.

Cette éducation du respect du corps, c'est-à-dire de soi dans l'action motrice, fait de l'EPS la discipline privilégiée dans ce domaine. Aucune autre matière ne met en action le corps de cette façon. Aucune autre matière n'utilise des cadres et des champs d'intervention aussi divers et variés que l'EPS. Les enseignants d'EPS ont donc, à ce titre, une responsabilité à assumer dans le domaine éducatif.

... et source de respect pour l'enseignant

De la même façon que pour les élèves, chaque partie de la leçon d'EPS est l'occasion pour l'enseignant de faire ressentir le respect qu'il porte aux élèves.

L'enseignant est lui aussi soumis à des règles qu'il doit respecter. Des règles institutionnelles (nombre d'heures, mission de l'enseignant, programmes...), des règles " professionnelles " (organisation de la leçon d'EPS en différentes phases, règles sur l'apprentissage...) et des règles " éthiques " (apporter des connaissances et des savoir-faire pour le développement personnel de tous les élèves). Et, au même titre que pour les élèves, le fait de suivre ces règles n'a de sens que pour se respecter soi-même et respecter les élèves.

Se respecter, pour l'enseignant, signifie fournir, au sein de la classe ou de l'établissement, un travail suffisant pour développer une image de soi positive dans cette fonction. L'enseignant qui ne met pas tout en oeuvre pour poursuivre sa mission ne peut se sentir à l'aise ni entretenir une estime de soi importante.

La reconnaissance des collègues et, dans une plus grande mesure encore, celle des élèves, passe inévitablement par un travail sérieux et régulier, un engagement authentique. Or, la reconnaissance des autres (être respecté parce que compétent) joue un rôle important dans l'estime de soi, source vitale de motivation.

De même, la satisfaction de voir les élèves progresser et s'épanouir, grâce aux actions de l'enseignant, contribue à alimenter l'image positive de soi. Or, dans ce domaine, il n'est pas possible de sauter la première étape du respect des élèves : leur proposer des contenus cohérents et pertinents, en prenant en compte leurs caractéristiques, qui les feront progresser et se développer.

C'est aussi et surtout à travers les relations humaines de l'enseignant que s'exprime le respect des élèves au cours de la leçon : être à leur écoute lors des phases de prise en main et de bilan de leçon, leur accorder du temps pour récupérer, prendre en compte leurs aspirations, leurs aptitudes, leur apporter des solutions adaptées, qu'ils soient bons ou " nuls " (cf. n° 35 des Cahiers EPS)...

Tableau : Le respect de l'enseignant dans la leçon

... à condition qu'ils soient réciproques

L'adolescent ne s'inscrira dans cette démarche de respect que s'il sent, au départ ou en retour, notamment de la part de l'enseignant, un respect vis-à-vis de sa personne et de ce qu'il fait. L'enseignant a donc sa part de responsabilité dans le respect éprouvé par les élèves. Parallèlement, l'action de l'enseignant sera renforcée si les élèves optent pour la réciprocité des attitudes en la matière.

Le comportement des élèves et celui du professeur sont donc en interaction permanente. Le respect de l'élève ne peut être présent que lorsque le respect de l'enseignant est reconnu. Inversement, le respect de l'enseignant est renforcé quand le respect des élèves est présent. Cette interaction peut être représentée par les deux cercles perpétuels suivants :

Pour l'élève, s'apercevoir que l'enseignant s'impose des règles, voire respecte les mêmes que lui, peut l'amener plus facilement à les respecter lui-même. Lorsqu'il ressent la considération de l'enseignant pour sa personne, il lui accorde, en retour, plus facilement du respect. L'enthousiasme et l'investissement de l'enseignant peuvent aussi l'aider à adhérer à son projet.

Les mêmes réciprocités valent pour l'enseignant qui ressent un enthousiasme chez les élèves. Il s'en trouve d'autant plus motivé pour rechercher des situations innovantes et originales et respecter ainsi sa mission.

Tant que les chaînes sont construites et ne sont pas rompues, les choses se passent pour le mieux. Dès que l'un des acteurs rompt la chaîne, alors les relations deviennent difficiles. Cet équilibre fragile peut être remis en cause à tout moment. C'est pourquoi, il demande à chacun des efforts, des vigilances régulières et une considération de l'autre permanente.

Schéma : Le respect réciproque

Pour conclure

Toutes les activités supports d'enseignement (APSA notamment), en favorisant la communication, le contact, l'interactivité entre les élèves et la mise en action du corps dans différents milieux, offrent à la leçon d'EPS une multitude de situations pour se respecter.

Chaque moment de la leçon d'EPS est l'occasion d'une forme de respect. Qu'il concerne l'enseignant ou les élèves, quelle que soit sa forme, le respect peut contribuer au développement de la personne et à son adaptation au monde.

Pour autant, cette intention n'aura une portée éducative que si l'enseignant s'inclut dans la démarche pour que l'élève ressente une réciprocité. L'élève ne respecte les autres et lui-même que s'il est, à sa mesure et pour lui-même, respecté par un enseignant respectable. Pour l'enseignant aussi, le respect appelle le respect.

Les cahiers EPS - La leçon d'EPS, lieu du respect réciproque