Les cahiers EPS, n°37 (01/2008)

Le respect comme concept

Une notion à facettes multiples qui explique en partie les pédagogies actuelles

Delphine Evain

Le respect est une notion qui provoque de multiples échos. Parent, enseignant ou élève, chacun possède sa représentation et son explication de la notion. La diversité des réponses apportées traduit néanmoins la complexité du sujet. Celle-ci s'explique par la multiplicité des points de vue possibles et des regards posés, des réciprocités envisagées, des champs d'application supports, des conjonctures et environnements explorés.
Face à cette multiplicité, l'article propose un traitement de la notion de respect qui structure sa définition et ses champs d'exercice. La modélisation finale a pour objet de se mettre au service de l'enseignant d'EPS, tant dans la perspective de ses interventions auprès des élèves que dans celle de sa mise en oeuvre et sa gestion des contenus d'apprentissages.

Proximités et différences de la notion de respect selon ses champs d'exercice

Différentes " cibles " du respect

(dû) " À autrui " : issu de " respectus " qui signifie " regarder en arrière ", le respect prend le sens de considérer, honorer, vénérer, accorder un sentiment ou une admiration, au regard d'une valeur que le sujet reconnaît en son interlocuteur.

(dû) " À la société ", qui représente l'ensemble des convenances, des conventions, des formes inhérentes aux particularités culturelles de celle-ci.

" De la part d'autrui " : le respect est reçu par le sujet, sous la forme d'une estime, d'une honorabilité, d'un mérite ou encore d'une crédibilité.

(dû) " À soi-même " : le respect s'applique au sujet lui-même, sous la forme d'une dignité, d'un amour-propre, d'une estime de soi, d'une fierté personnelle ou encore d'une réputation à préserver.

Conséquences du respect

" Les effets du respect " construisent une barrière protectrice ou une distance vis-à-vis d'autrui.

" Le comportement respectueux " s'observe par une conduite réservée, une retenue selon une contrainte acceptée, une attitude modeste, non choquante, une abstention, un souci de ne pas porter atteinte.

" Les fonctions du respect " apportent une quiétude, une gestion organisée, une structuration ou une construction optimisée de l'environnement. Ce thème est développé dans l'article de G. Harent dans ce même numéro.

Perturbations du respect

Des perturbations extérieures peuvent influencer les comportements, sans pour autant remettre en question l'existence du respect. Elles sont de deux natures :

  • "Les perturbations affectives" proviennent du sujet, de son for intérieur et de sa sensibilité. " L'irrespect ponctuel " se substitue à l'expression du respect. Le sujet ne peut pas, à l'instant " T " faire preuve de respect en raison d'une emprise supérieure de ses affects sur sa capacité à les contrôler.
    Par exemple, en danse, l'attitude de l'adolescent qui se rebelle de façon " surprenante " s'explique par l'accumulation d'une exposition importante de sa personnalité à la fatigue du travail scolaire et à ses modifications hormonales structurales, somme d'affects supérieur à sa capacité à exprimer le respect dont il fait preuve habituellement. Ici le comportement irrespectueux ne démontre pas l'irrespect. Le respect est une valeur intériorisée dont l'expression est plurielle. Le comportement n'en est qu'une forme.
  • "Les perturbations sociales" émanent des contraintes exercées par le regard des autres, ou par l'attitude expectée d'autrui par le sujet à son égard. " L'inhibition ou l'esquive " se substitue à l'expression du respect. Le sujet ne peut à l'instant " T " faire preuve de respect du fait d'une forme de blocage de ses intentions originelles issue d'une forme de crainte liée à son environnement.
    Par exemple, l'adolescent tente de ne pas se faire remarquer, de feindre l'innocence ou de rejeter la responsabilité de ses actes sur autrui dès lors qu'il craint les réprimandes. En l'absence de ce sentiment, il présente spontanément, intelligemment et respectueusement ses excuses. Cette situation reflète un comportement non assumé dû à la difficulté à supporter les conséquences engendrées. Cet adolescent, dans d'autres circonstances, fait preuve de respect. De fait, l'absence d'un comportement respectueux ne signifie pas l'irrespect.
    L'affinement de la signification du respect à travers l'approfondissement de ses champs d'application renseigne sur les formes comportementales observables et révélatrices du respect. Elles représentent autant d'indices soumis à la lecture de l'enseignant en action, qui permettent d'orienter son intervention.

Schéma : Champs d'application de la notion de respect

Catégorisation du respect et démarches de respect et d'irrespect

Trois catégories de respect en tenant compte des champs qu'il recouvre

" Le respect statutaire " (ou d'obéissance) est pré-établi, en lien avec une position sociale et un code que les deux parties reconnaissent et mettent en pratique.

" Le respect objectif " est élaboré au regard de la valeur estimée d'une partie envers l'autre.

" Le respect subjectif " est construit en relation avec la nature du lien affectif qui existe entre les deux parties.

Dans chacune de ces trois catégories, une démarche existe pour devenir respectueux

Le respect statutaire exige d'apprendre, d'accepter et d'appliquer les règles de hiérarchie sociale, de politesse et de savoir-vivre.

Le respect objectif nécessite une représentation et une appréciation du degré de compétence d'autrui. Pour ce faire, il est utile d'avoir soi-même des savoirs et des connaissances suffisantes pour permettre le jugement.

Le respect subjectif est bâti à partir de l'intérêt que le sujet porte à autrui, de la proximité et de la relation affective (attirance ou crainte) qui en découle.

À l'inverse, dans chacune de ces trois catégories, il est possible de décrire le comportement non respectueux

L'attitude non respectueuse, dans le cas du respect statutaire (obéissance), résulte d'une éducation à un système de valeur différent ou d'une adaptation à ce dernier chassant alors celui en vigueur dans le lieu de vie présent.

Dans le cas du respect objectif, un manque de savoirs et de connaissances interdit l'appropriation d'un nouvel environnement, culturel, scientifique ou encore social.

Enfin dans le cas du respect subjectif le comportement non respectueux s'apparente à celui d'un sujet égocentrique, incapable de s'ouvrir ou de lier avec autrui.

La catégorisation du respect ouvre les voies de démarches à adopter pour devenir respectueux. Pour l'enseignant, " l'éducation au respect " peut alors être envisagée.

Schéma : Catégorisation du respect et descriptif comportemental

Dans une éducation au respect, l'élaboration de niveaux d'appropriation représente un outil pour l'enseignant

Une première échelle de niveau dite " verticale " détermine l'accès au " respect absolu "

" L'échelle verticale " décrit le niveau progressif d'appropriation des valeurs et conduites qui révèlent le respect. Elle est dite " verticale " ou qualitative. Elle est composée de quatre stades qui, gravis les uns après les autres, permettent l'accès au " respect absolu ", c'est-à-dire le comportement idéal significatif du respect. À l'inverse, une attitude partielle ou irrégulière détermine un " respect relatif ".

Les quatre stades s'organisent comme suit :

  • " La reconnaissance " décrit la capacité du sujet à observer et à extraire de la situation ou de l'environnement ce qui relève du respect.
  • " L'explication ", au-delà d'une observation, montre la compétence du sujet à justifier pourquoi et comment les éléments retenus relèvent du respect.
  • " La compréhension ", plus approfondie que la justification, permet au sujet de faire le lien avec l'origine, l'histoire et la logique qui construit le respect et sa traduction concrète observable.
  • " L'intégration " est une intériorisation personnalisée de toutes les valeurs qui composent le respect. Ce quatrième stade correspond à un état de " respect absolu ", à la différence des trois premiers qui représentent des niveaux de respect relatifs.

Une deuxième échelle de niveau dite " horizontale " détermine l'accès au " respect absolu généralisé "

L'échelle horizontale " détermine le nombre de champs d'application au sein desquels le sujet est capable de faire preuve de respect. Elle est dite " horizontale " ou quantitative. Elle est constituée de trois champs d'application qui contribuent à la définition de la notion de respect tel que décrit en première partie de cet article :

  • le respect envers (ou dû à) autrui,
  • le respect envers (ou dû à) la société,
  • le respect envers (ou dû à) soi-même.

En croisant les deux échelles on obtient deux nouveaux types de respect

" Le respect absolu généralisé " correspond au stade d'intégration observé dans chacun des trois champs d'application qui composent l'échelle horizontale. Dans le cas où le respect relatif est observé dans au moins un des trois champs, alors le respect absolu généralisé laisse la place au " respect partiel généralisé ".

L'observation, la compréhension puis l'analyse par l'enseignant des formes de respect manifestées par les élèves orientent le travail de celui-ci

La caractérisation du respect, ainsi que les échelles de niveau, forment un filtre d'analyse et de connaissance des particularités des élèves. L'étude de chaque élève, dans sa singularité, permet la différenciation de l'enseignement. La somme de ces études à l'échelle de la classe permet de dresser un profil de classe.

De cette étude, des forces et des faiblesses apparaissent, au regard des finalités nationales de formation des élèves. Un projet annuel de classe, un projet de cycle ou encore une leçon peuvent ainsi s'accorder avec une éducation au respect.

Conclusion

Le fait de décortiquer la notion de respect pour en extraire des champs d'application et des formes d'expression permet de les caractériser pour mieux les observer et les comprendre.

Au-delà de cette caractérisation, une évaluation de leur existence est possible. Cette dernière sert, d'une part, de filtre pour identifier les particularités d'une classe et des élèves qui la composent et, d'autre part, de point d'appui pour la conception des projets de classe, de cycle et les leçons.

Cet article rend compte de l'existence d'une éducation au respect enseignable à travers la discipline d'enseignement qu'est l'Éducation physique et sportive.

Les cahiers EPS - Une notion à facettes multiples qui explique en partie les pédagogies actuelles