Les cahiers EPS, n°41 (04/2010)

Travail en équipe

La réussite du socle commun passe par un travail en équipe. Travailler en équipe, c'est, selon D. Hameline, "collaborer, coopérer, se concerter, se répartir les tâches et composer avec ses collègues ou autres acteurs éducatifs".

Collaborer

Collaborer, c'est accepter de travailler avec les autres, accepter le travail des autres au sein de la même entreprise. Ici, l'entreprise est à envisager au sens large puisqu'il s'agit d'inclure d'autres personnes que les personnels comme, par exemple, les parents.

La collaboration passe par la reconnaissance de chacun dans son rôle, dans ses missions. Elle nécessite la connaissance des autres. La communication en est le vecteur essentiel : communications parents - professeurs, professeurs du primaire - professeur du secondaire, et entre enseignants de différentes disciplines. En réalité, il s'agit plus d'intégrer le socle commun aux différents temps d'échanges que de créer de nouveaux temps de communication.

Coopérer

C'est aller plus loin que la collaboration car, au fait de travailler dans la même "maison", s'ajoute une volonté de chacun de contribuer au projet collectif dans le but d'obtenir, au final, une meilleure production. La coopération prend appui sur les différents projets : projet d'établissement, projet de cycle, projet disciplinaire... Elle se concentre sur la mise en oeuvre effective du socle commun et son évaluation.

Se concerter

La concertation est indispensable à différents moments du projet. Elle permet de préciser les objectifs partagés à partir de l'énoncé du socle. C'est un temps pour arrêter les moyens qui seront mis en oeuvre et réguler les actions, notamment en prenant en compte les évaluations. Elle permet aussi de se répartir les actions entre acteurs éducatifs. Cette concertation est d'autant plus importante que le socle commun concerne un nombre important d'acteurs et mobilise plusieurs entités éducatives.

Se répartir

La répartition des rôles, des tâches, dans la mise en oeuvre du socle, est une phase indispensable. En effet, si toutes les disciplines doivent contribuer à sa mise en oeuvre, tout ne peut être réalisé par tout le monde. Se distribuer les contenus et les évaluations permet à la fois de savoir qui fait quoi, qui est responsable de quoi, qui est allégé de quoi. Elle institue le rôle de chaque discipline dans la prise en charge des enseignements partagés. Cette mise en cohérence globale des enseignements évite les redondances inutiles et précise celles qui sont indispensables.

Composer

Il peut sembler anodin de conseiller de composer avec les autres en faisant des concessions. Mais en réalité, c'est essentiel pour éviter qu'une équipe ou un projet n'explose. Il faut composer car nul n'est parfait et, dans la difficulté, ce sont souvent les défauts plus que les qualités qui sont montrées du doigt. Composer aussi avec le texte du socle commun qui comporte des erreurs sémantiques. Par exemple, concevoir, mettre en oeuvre et réaliser un projet est une compétence classée dans les connaissances1. Composer, avec les collègues qui n'ont pas la même vision d'une discipline (c'est souvent le cas en EPS) en conservant surtout les convergences ou points de recoupement. Composer enfin avec les personnes non professionnelles (parent, élèves...) pour qui le socle n'apporte pas toujours un éclairage suffisant.

Les cahiers EPS - Travail en équipe