Dossier : Des jeux en classe, c'est sérieux ? (II) / 3. D'autres supports ludiques et interactifs pour apprendre

On s'amuse aussi avec la télévision éducative

Julien Llanas, Chargé de mission, Pôle numérique, CRDP de Créteil

La télévision éducative est devenue incontournable dans les salles de classe, quel que soit le niveau d'enseignement. Mais les élèves disposent désormais de nouveaux outils d'apprentissage, et le petit écran ne diffuse plus seulement des cours magistraux.

Même s'il a fallu un demi-siècle, la longévité des programmes comme C'est pas sorcier et le développement de services innovants comme lesite.tv montrent que la demande concernant la télévision éducative est toujours forte, bien qu'elle évolue du fait des progrès technologiques qui bouleversent le secteur tout entier.

La délinéarisation

Les enseignants et les élèves ont tendance à ne plus consommer les programmes éducatifs télévisuels comme ils pouvaient le faire par le passé. L'offre proposée n'est plus linéaire et la communauté éducative ne s'adapte plus forcément à une grille des programmes dont elle s'échinait à pallier les contraintes, grâce à des enregistrements sur VHS, puis DVD ou clé USB. Depuis la généralisation des services comme lesite.tv ou l'Ina.fr, la télévision éducative a fait sienne la liberté de programmation apportée par la notion de "vidéo à la demande" (VOD). C'est l'utilisateur qui choisit son programme, le moment où il souhaite le visionner, le terminal sur lequel il veut le faire, et il peut s'arrêter en cours de lecture ou caler l'extrait qui lui convient le mieux. La VOD n'est pas le seul concept révolutionnaire dont la communauté éducative pourra jouir prochainement ; la "télévision de rattrapage", ou "catch-up TV", est également en fort développement. Les services de type "replay" permettent à des enseignants ou des élèves d'accéder à une offre de programmes selon des modalités comparables à la VOD, mais durant des temps plus courts. Ces services, accessibles directement via Internet, permettent aux chaînes de télévision de s'étendre sur la Toile et de relever le gant face à la concurrence des web-TV alternatives qui ne diffusent plus en continu.

Le service lesite.tv ou l'Ina.fr.
(c) Tous droits réservés.

Pour l'enseignant, la délinéarisation permet de scénariser plus facilement ses séquences pédagogiques. Il retrouve son statut d'auteur en déterminant l'unité de lieu - visionnage en classe ou à la maison sur différents terminaux -, l'unité de temps - le moment et la durée de ce visionnage - et l'unité d'action - en sélectionnant l'extrait qu'il souhaite partager avec ses élèves. Pour les diffuseurs, le paradigme de la grille a été remplacé par celui de la curation, puisqu'il s'agit désormais, dans la multitude des programmes libérés de leurs grilles, d'adresser ceux qui conviennent le mieux à des publics cibles qui apparaissent de moins en moins uniformes et de plus en plus exigeants.

Le transmédia

La délinéarisation n'est pas la seule révolution en cours ; le transmédia est également un nouveau front pionnier que les acteurs de la télévision éducative ne cessent de repousser. Les ressources transmédia se caractérisent par le déroulement d'un même fil diégétique sur plusieurs types de médias. On peut citer, par exemple, l'univers de La Kolok1, mis en place par la société Le Vent Tourne en coproduction avec l'association le Temps Presse. Il s'agit d'une web-série interactive qui propose au "spect-acteur" un concept du même type que les fameux "livres dont vous êtes le héros" - plus connus sous le nom de gamebooks, ou CYOA pour "Choose Your Own Adventure". Mais l'intrigue principale qui est dévoilée dans la série se trouve complétée grâce aux profils des personnages sur les réseaux sociaux, par le biais d'un jeu de plateau, grâce à la visite de l'immeuble des colocs en 3D sur Internet, ou encore par un jeu en réalité alternée. D'autres informations peuvent même être délivrées par les scénaristes sur une plateforme communautaire en ligne.

La web- série interactive La Kolok.
(c) Tous droits réservés.

Pour l'enseignant, il s'agit à nouveau d'un progrès. Si l'on transpose la définition du "théâtre total" d'Antonin Arthaud dans ce nouvel univers du transmédia, on peut exiger aujourd'hui une "télévision éducative totale", où le réalisateur, le producteur, le diffuseur et l'enseignant mettraient au point une mise en scène pédagogique, immersive et motivante, en mobilisant un maximum de sens et d'émotions pour que la télé ne fasse plus écran à l'apprentissage.

La télévision connectée

Cette expérience transmédia trouve tout son sens lorsqu'on la met en perspective avec les progrès rapides de la télévision connectée. Prochainement, les programmes des télévisions éducatives seront complétés par des services additionnels qui apporteront des informations ciblées ou des possibilités d'actions nouvelles : l'apport d'informations actualisées en lien avec un documentaire permettront à un élève d'approfondir une notion durant le visionnage ; une connexion avec ses identités numériques2 lui permettrait d'accéder à une offre personnalisée de ressources, de capitaliser les données créées lors de son visionnage, ou encore de réagir en direct avec ses camarades ou son professeur grâce au microblogging3 ou à une messagerie instantanée.

Le service social Miso.
(c) Tous droits réservés.

Malgré l'absence de télévision connectée dans certains foyers, on constate que des habitudes de consommation de la télévision "en étant connecté" progressent. Face à un média qui, aux yeux des nouvelles générations, manque d'interactivité, le smartphone ou la tablette permettent de partager en direct ses impressions avec ses amis tout en regardant une émission. Il n'est d'ailleurs pas rare de voir des présentateurs demander aux spectateurs de réagir en utilisant Twitter lors de la diffusion d'un programme, et parfois même si ce programme a été enregistré plusieurs jours auparavant. Des services sociaux comme TV Check ou Miso4 ciblent ces nouveaux usages en favorisant l'échange autour des programmes télé. Qu'est-ce qui empêcherait aujourd'hui l'enseignant qui le souhaiterait d'échanger à distance avec ses élèves, pour souligner les apports pédagogiques d'un programme de télévision dont il aurait recommandé le visionnage en dehors du temps de cours ?

L'interactivité

En effet, l'interactivité est également une avancée importante pour la télévision éducative. Si la web-série La Kolok transforme le spectateur en spect-acteur pour l'introduire aux enjeux de la sécurité routière, de l'alimentation ou du développement durable, d'autres offres, encore plus intégrées, poussent plus loin l'interactivité. C'est le cas du service télévisuel sur "set-top-box" (boîtier décodeur), proposé par SFR et Nathan avec le concours de la chaîne Gulli et du studio Ouat Entertainment : des programmes comme The Rich Morning Show complètent le visionnage d'une séquence vidéo en anglais d'un questionnaire interactif, permettant au spectateur de vérifier s'il maîtrise bien le vocabulaire qu'il vient de découvrir. Pour l'apprentissage de la lecture, Dokéo-TV5 propose Mes histoires avec une fonction karaoké, des puzzles, jeux de mémoire, jeux d'observation et de chronologie. SFR et Nathan ne sont pas les seuls à offrir ce type de service, et la frontière devient de plus en plus poreuse entre la web-TV, les chaînes interactives proposées par le biais d'une set-top-box ou d'une télé connectée.

Quoi qu'il en soit, les élèves disposent désormais de nouveaux outils d'apprentissage et le petit écran ne diffuse plus seulement des cours magistraux : même si la convergence est parfois difficile entre les programmes proposés par la télévision éducative et les pratiques pédagogiques ou les programmes scolaires, les enseignants sauront tirer le meilleur parti d'une offre nouvelle encore en structuration.

(1) La Kolok :http://www.la-kolok.com

(2) L'identité numérique d'un individu est la somme des informations personnelles et traces d'activités pouvant se référer à sa personne qui sont présentes sur Internet : http://fr.wikipedia.org/wiki/Identité_numérique_(Internet)

(3) Le microblogging est un service de communication ou de partage d'informations constitué d'échanges de textes courts (140 caractères dans le cas de Twitter), parfois apparenté à des réseaux sociaux.

(4) Miso :http://www.gomiso.com/

(5) Dokéo-TV :http://www.dokeotv.net/

Argos, n°50, page 52 (12/2012)
Argos - On s'amuse aussi avec la télévision éducative