Dossier : Comprendre, ça s'apprend ? / 3. Comprendre, des dispositifs d'enseignement-apprentissage

Travailler la compréhension en CP

Nadine Benbelkacem, classe de CP, école élémentaire, Paris 12e

La pratique d'ateliers de questionnement à partir d'images séquentielles permet d'aborder la question de la compréhension avec un groupe d'élèves en difficulté, au cours préparatoire.

La démarche de l'atelier de questionnement d'images (AQI)

L'usage d'images séquentielles constitue un support pertinent au service de la compréhension par le questionnement sur le sens et la construction de la trame narrative. En situation d'entrainement, organisés en ateliers réunissant un petit groupe d'élèves en difficulté, les questionnements d'images (AQI) permettent de consolider la construction du sens, impliquant la prise de parole ainsi que le travail sur le lexique et la syntaxe.

La démarche de l'AQI amène progressivement les élèves de l'oral vers l'écrit. Le projet d'écriture qui termine l'atelier - la réalisation d'un recueil des différentes histoires inventées - donne du sens au travail d'entrainement mené dans les ateliers.

Ce travail présenté concerne un groupe de six élèves en difficulté, regroupés trois fois par semaine, en séances de quarante minutes.

Structure de l'activité

Le déroulement de l'AQI a lieu en trois temps et se prolonge par une phase de production d'écrits.

La lecture silencieuse

Présentation d'une planche d'images séquentielles placées dans l'ordre chronologique, au cours de laquelle les élèves découvrent l'histoire et construisent une première représentation. La mémoire est fortement sollicitée : les élèves doivent mémoriser les détails importants des images. Ils doivent également faire appel à leurs connaissances personnelles pour mettre en oeuvre la compréhension.

L'échange oral

Les images sont cachées, donc absentes. Oralement, les élèves explicitent ce qu'ils ont compris ou cru comprendre, en prenant appui sur quatre constituants de l'organisation du sens - les personnages, les lieux, les moments, les évènements.

L'enseignant porte au tableau les propositions des élèves en prenant en compte et en matérialisant les consensus et les controverses, grâce à l'utilisation de couleurs différentes. Les élèves, mis en confiance, se sentent écoutés puisque tout ce qui est dit à l'oral est consigné au tableau.

La vérification

Retour aux images proposées afin de barrer les éléments erronés et d'entourer ceux qui sont exacts. Des réactions se produisent dès les premières images vues. L'enseignant reprend les images en version agrandie et les présente les unes après les autres. Les élèves revoient les éléments du tableau et recherchent dans les images agrandies la vérification des points discutés ou la solution aux questions restées en suspens.

L'objectif est de montrer aux élèves en difficulté l'importance de la mise en oeuvre d'une stratégie de retour en arrière quand on ne comprend pas tout d'un seul coup. Il s'agit aussi de donner une place privilégiée à l'erreur, puisqu'on apprend à comprendre en faisant des erreurs.

Un AQI se termine par une phase de production d'écrits sous forme de dictée à l'adulte. Les élèves dictent plusieurs phrases pour restituer l'histoire dans sa globalité. Lors de ce travail, l'enseignant sollicite des reformulations pour veiller à la correction des phrases et à la cohérence. Puis il copie le texte dicté sur une grande feuille blanche.

C'est un moment privilégié pour travailler et développer avec les élèves l'acquisition de compétences qui contribuent à l'émergence de stratégies de construction du sens :

  • en construisant des phrases syntaxiquement correctes ;
  • en enchainant les phrases dans l'ordre logique du déroulement de l'histoire en images ;
  • en utilisant des connecteurs temporels et chronologiques pour structurer le récit ;
  • en faisant des hypothèses d'anticipation sur ce qui s'est déjà passé ou sur ce qui va arriver et faire le lien entre deux images ;
  • en incitant au recours à l'utilisation des pronoms et des anaphores pour assurer la reprise des personnages.

À la fin d'une séance, les élèves se mettent d'accord sur le choix d'un titre pour leur récit. L'enseignant peut terminer l'activité par une lecture orale du texte produit qui sera affiché dans la classe.

L'ensemble des différentes histoires inventées donnent lieu à un recueil. Ce véritable projet d'écriture donne tout son sens à ces AQI et valorise le travail réalisé par ces élèves en difficulté. Ces histoires pourront être lues à une autre classe - de CP ou de grande section de maternelle -, permettant ainsi un renforcement de la liaison grande section / CP.

Bilan des apprentissages

À l'issue de l'AQI, les mots nouveaux rencontrés - cinq à huit - sont écrits, puis illustrés par les élèves. Ils resteront affichés dans la classe. On travaille ainsi de façon méthodique le lexique actif en situation réelle ; on affiche au long des séances un glossaire illustré. De même, les connecteurs rencontrés font l'objet d'un affichage systématique sous la forme de mots-étiquettes qui seront utilisés lors des AQI ultérieurs. Ces affichages constituent une trace écrite collective de la classe. Ce sont de véritables outils d'aide à la référence et des repères construits par les élèves, qu'ils pourront utiliser en fonction de leurs besoins.

Planche de six images séquentielles : "À la piscine".

Les AQI permettent de montrer à un groupe d'élèves en difficulté comment on comprend la lecture d'images séquentielles. Ils préparent ainsi à la lecture ultérieure de texte lus en autonomie. Ils montrent également comment on construit du sens, en s'appuyant sur les erreurs de compréhension ou d'interprétation lors des interactions avec les autres élèves du groupe.

Le support des images séquentielles permet à l'enseignant de jouer sur diverses variables en fonction de l'objectif visé - nombre d'images, nombre de personnages...

Les difficultés rencontrées au début de la mise en place de ces AQI concernent essentiellement l'hésitation lors de la prise de parole des élèves bloqués à l'oral. Mais, au fil des séances, des déblocages s'opèrent progressivement : la répétition des espaces de langage offert par les AQI génère des situations vraies de mise en confiance.

Planche de six images séquentielles : "Une grosse bêtise".

La pratique régulière de ces AQI entraine les élèves dans l'acquisition des opérations mentales nécessaires à la compréhension et leur donne l'occasion de les réinvestir lors des séances.

Séances d'AQI

Ci-contre et ci-dessus, deux exemples de planches d'images séquentielles et de textes produits sous la dictée à l'adulte par les élèves de la classe de CP de Nadine Benbelkacem, lors de la phase de prolongement de l'AQI.

Argos, n°48, page 55 (07/2011)
Argos - Travailler la compréhension en CP