Dossier : Lire avec les nouvelles technologies / 3. Vers de nouveaux usages

Orthevielle, à l'heure des podcasts

Annie Girard, directrice de l'école Orthevielle

Associer les termes " lecture " et " réussite scolaire " est un enjeu pédagogique. Comment y parvenir ?

L'école d'Orthevielle regroupe, cette année, cinq niveaux de classes : petite et moyenne sections, grande section, CP et CE1. Elle fait partie d'un regroupement pédagogique intercommunal de deux écoles sur trois sites différents, au sud du département des Landes.

Le projet pédagogique de l'école se concentre sur la mise en place de projets citoyens innovants sur toute une année : la prise de conscience du corps, l'image et le son, les images animées, etc. Dans ce cadre, les élèves ont pu aborder les contes africains, l'art du cirque, la peinture murale, la création d'instruments de musique... et chaque expérience donne lieu à un scénario, un nouveau film ou un DVD.

Plus qu'un simple retour d'expérience, le travail réalisé dans cette école peut être considéré comme la mère des expériences de podcasting (baladodiffusion). La démarche est tout autant technologique que pédagogique.

Un podcast permet de s'abonner à un contenu audio ou vidéo gratuit. On peut ensuite visionner les podcasts à tout moment sur un ordinateur ou sur un baladeur type iPod. Il permet de diffuser une présentation numérique, notamment faite avec des élèves vers des supports variés : Internet, baladeur... Un podcast peut comprendre autant d'épisodes que l'on veut. Il faut donc structurer ses contenus. Annie Girard, directrice de cette école des Landes, insiste sur certains aspects de la baladodiffusion pédagogique :

  • elle maintient et développe un lien social gratuit entre école / élèves / familles ;
  • elle facilite la compréhension par les parents de ce qui se fait en classe ;
  • elle permet la production de ressources en ligne : podcasts vidéo d'élèves (révisions, manipulations et expériences) ;
  • elle permet la diffusion d'une radio d'école ;
  • elle pousse les parents à se connecter (phénomène en augmentation spectaculaire dans le mileu rural).

La formule de la baladodiffusion présente de gros avantages : la liberté d'écoute des parents - où et quand ils veulent, sur différents types d'appareil...) -, le simple abonnement sur une page podcast du site de l'école, l'adaptation du podcast selon les niveaux, etc. Mais elle présente aussi quelques contraintes : un podcast doit rester court (deux à cinq minutes), le lien continu avec les familles suppose une régularité de sortie, et l'équipement informatique de ces familles.

Les enjeux pédagogiques sont multiples : contribution à la maîtrise oral / écrit, à l'expression ; construction d'une coéducation, à travers un projet collaboratif dans lequel les élèves s'améliorent " en réseau " ; prise d'assurance et d'autonomie vis-à-vis des TICE ; et partage des connaissances autrement, puisque l'enfant peut " passer " ses connaisances à sa famille. Annie Girard présente ici le résultat de son expérience en matière de podcasting.

Des pistes de travail

Le premier constat qui peut être fait est celui de la difficulté de lire. L'acte d'apprendre à lire est une souffrance pour certains élèves. Quand l'écrit n'existe pas dans le milieu social ou n'est pas valorisé, l'élève ne se sent pas concerné, pas motivé. Beaucoup de raisons peuvent expliquer les difficultés que rencontrent les élèves à apprendre à lire, avant même celui du choix de la méthode de lecture.

Confronté à cette souffrance dès les premiers mois de classe, l'enseignant ne peut rester insensible. Rapidement, la différenciation s'impose. En premier lieu, il faut identifier les lacunes : connaissance des lettres, des sons associés, confusion... Ensuite, il est nécessaire d'organiser le travail de la classe pour permettre à chacun de progresser. Lorsque tout cela est énoncé, il reste à le développer et à expliquer réellement quelles sont les solutions proposées pour suivre la voie de la réussite.

Dans la classe de l'école Orthevielle, les premiers élèves concernés ont été les enfants du voyage. Pour eux, l'écrit n'a pas une utilité évidente. Leur mode de communication principal est l'oral. C'est pour cela que la première différenciation a été de leur proposer d'enregistrer leur lecture hebdomadaire. Un baladeur numérique leur a été confié pour leur donner le temps de la lecture. Il faut bien le reconnaître, le moment matinal où l'on vérifie que les enfants ont lu le soir leur texte est un moment où les enfants en difficulté sont sous le regard des autres. Mais ce moment peut devenir un moment " magique ". La maîtresse récupère la bande-son et la fait écouter sur les enceintes de la classe. Cette lecture, qui a pu être faite chez soi avec l'aide des parents, se transforme en lecture partagée et valorisée.

Partagée, car les enfants du voyage ont leur méthode de lecture, celle éditée par l'inspection académique de Vendée. C'est une méthode où ils retrouvent leurs références sociales, leur vie, où ils peuvent s'identifier et donc qui les intéresse.

Valorisée, car ils utilisent des moyens de communication, le baladeur numérique, que les enfants de cet âge ne possèdent en général pas encore. On leur fait confiance, à eux et à leur famille. Les relations changent. Valorisé aussi, leur mode de vie ; les autres élèves attendent avec impatience la suite de leur histoire et découvrent leur vie.

Le troisième aspect de ce prêt de matériel est qu'il permet de réduire la fracture numérique. Les enfants du voyage ont ainsi accès aux podcasts qui sont enregistrés par les élèves, eux y compris, dans la classe. Ils peuvent les visualiser dans leur caravane, sans liaison Internet.

Enfin, la dernière conséquence de la dynamique de cette différenciation est que ces élèves entrent dans la production d'écrit. Les textes des élèves sont basés sur leur " lecture nomade ". Ils utilisent les images, des étiquettes et construisent une autre histoire, qu'ils tapent et mettent en page sur un logiciel de BD.

La prise en compte de la différence dans la classe a conduit à une valorisation de leur travail et donc a donné l'envie aux autres de les imiter. Ainsi, il a été facile de mettre en place d'autres adaptations. Par exemple, une seconde méthode de lecture pour les élèves qui arrivaient dans cette classe sans connaître les lettres et leurs différentes valeurs. C'est ainsi que : le lundi, deux élèves enregistrent la lecture du groupe-classe (18 élèves) ; le mardi, deux enfants du voyage de CP, une de CE1 et une élève sans difficulté de CE1 ; et le jeudi, deux élèves de CP en difficulté, enregistrent leurs lectures adaptées. Le groupe-classe et les CE1 ont souhaité par la suite enregistrer les livres qu'ils lisent chez eux pour les partager avec la classe. La classe a à sa disposition quatre baladeurs numériques vidéos, la " lecture nomade " partagée est devenue un besoin, la lecture un plaisir.

Quatre niveaux, quatre méthodes différentes

L'organisation de la classe est celle d'une classe maternelle, le travail s'y fait par atelier, par contrat sur la semaine. Les deux premiers mois de l'année sont consacrés à donner aux enfants une autonomie dans leur travail, une habitude aussi de collaboration, où les élèves s'entraident et se corrigent mutuellement. Les résultats des premières évaluations ont montré que ce mode de fonctionnement était efficace. Lorsque la majorité des élèves travaille en autonomie, il est plus facile de différencier, d'apporter son soutien aux élèves en réelle difficulté.

Le site d'Orthevielle

Le site de l'école, dans lequel on retrouve le journal de l'école, rassemble aussi tous les numéros des BN du JT, ainsi que des extraits des DVD réalisés : http://ecole.orthevielle.free.fr

Ce sont aussi les ordinateurs qui ont facilité la différenciation et l'ont même décuplée. La classe a été dotée d'une classe mobile en 2005, par la municipalité d'Orthevielle : un coffre monté sur roulettes, comprenant des ordinateurs portables, une liaison Internet wifi, un scanner et une imprimante laser couleur, ce qui permet de travailler hors les murs de la classe. Le tableau numérique interactif est utilisé pour enregistrer les retours sur apprentissage. Deux fois par semaine, les élèves expliquent ce qu'ils ont appris. Les destinataires de ces podcasts sont eux-mêmes et leurs parents. Cela demande aux élèves de réfléchir à leur vocabulaire, à leur méthode de travail et de les énoncer de manière claire, articulée pour être compréhensible.

Mais c'est surtout une pédagogie de projet qui a permis une évolution positive vers la lecture et l'écriture. Toutes les deux sont au coeur de la dynamique de la classe. Préparer des JT, une radio, des Crayons X, des lasc'arts, c'est dire, écrire et lire... avec du sens. Il y a un vrai public qui commente, critique les productions, donc une exigence de qualité. Pour les " Bonnes nouvelles " du JT, la classe est répartie en groupes de quatre élèves qui réalisent une émission par semaine. Un groupe de techniciens, un autre de journalistes. Tous les élèves de CE1 passent, ce qui laisse le temps à chacun de peaufiner son intervention et de noter les critiques. À chaque prise, les élèves corrigent les erreurs. Côté technique, on fait avec les moyens disponibles : enregistrement avec une camera numérique, montage sur ordinateur portable, et diffusion sur le site Internet de l'école. Les BN sont aussi proposées en version podcast et sont devenues une référence en la matière sur différents moteurs de recherche. C'est le journal d'école papier qui a été à l'origine de tout cela, il s'appelait : Allô la terre, ici les Portheviellanais. Les élèves écrivaient leurs articles à la maison et les saisissaient et corrigeaient sur les ordinateurs.

Une réussite ?

Cette expérience a démontré l'étendue des possibilités offertes par l'informatique. Après étude financière et technique du projet, l'investissement de la mairie a permis l'acquisition du matériel : classe mobile, appareils photos numériques, palette graphique, disque dur externe pour le stockage des vidéos. Il serait ambitieux de dire " c'est gagné ", mais le constat est positif. Les deux élèves de CP qui avaient une méthode différente vont réintégrer, dans la prochaine période, la méthode du groupe classe. Les enfants du voyage sont entrés dans l'écrit. Mais tout cela reste fragile et doit être consolidé.

Argos, n°44, page 52 (12/2008)
Argos - Orthevielle, à l'heure des podcasts