Dossier : Lire avec les nouvelles technologies / 1. Nouveaux espaces de travail

Lecture et technologies numériques

Isabelle Mazel, secrétaire générale de l'Observatoire national de la lecture

L'Observatoire national de la lecture a publié en 2007 un ouvrage intitulé " Lecture et technologies numériques1. " La réflexion proposée aux lecteurs de cette étude s'articule autour de trois questionnements.

Partant du constat de l'arrivée massive des outils informatiques, que ce soit au travail, dans les familles mais aussi à l'école, cet ouvrage s'interroge sur la manière dont la lecture, dans ses dimensions perceptives et cognitives, est influencée par les nouveaux supports numériques de l'écrit.

Les pratiques de lecture sur écran, l'utilisation d'Internet augmentent. Même si celles-ci sont encore inégalement réparties, touchant prioritairement les milieux favorisés et, dans le monde scolaire, plutôt certains établissement que d'autres, cette adoption généralisée de l'outil informatique comme support de lecture questionne tous ceux qui sont concernés par les questions d'éducation.

L'Observatoire national de la lecture avait déjà, en 1997, proposé une réflexion sur ces questions et publié un rapport intitulé Lecture informatique et nouveaux média2, mais l'environnement technologique, comme les usages, s'étant considérablement répandus et modifiés depuis dix ans, une nouvelle analyse des rapports entre lecture et technologies numériques s'avérait nécessaire.

Cet ouvrage, qui s'adresse aux enseignants de plus en plus confrontés à ces usages technologiques nouveaux, n'est pas centré sur l'utilisation des ordinateurs dans les classes - de nombreuses analyses de ces pratiques existent - mais propose plutôt de s'appuyer sur des démarches et des expérimentations scientifiques, pour mesurer l'impact des technologies numériques sur les pratiques de lecture et sur l'enseignement de cette compétence fondamentale.

Les enseignants qui utilisent ces nouvelles technologies ne peuvent éviter de s'interroger sur leurs effets sur l'enseignement de l'écrit ; il ne suffit pas de décréter que l'introduction de l'outil informatique est positif, il faut pouvoir avoir un regard critique sur ces nouveaux apports, pouvoir repérer les problèmes qu'ils posent.

C'est pourquoi la réflexion proposée aux lecteurs de cet ouvrage s'articule autour de trois questionnements :

  • quel est l'impact de l'écran pour les processus perceptifs et cognitifs en jeu dans la lecture ? Existe-t-il des différences de lisibilité entre l'imprimé et l'écran ? Lire sur écran peut-il entrainer des difficultés particulières ?
  • les nouveaux types de textes et de documents générés par les technologies numériques donnent-ils naissance à de nouveaux modes de lecture ? Si oui, comment les apprend-on ?
  • l'ordinateur, quand il est utilisé - à l'aide de logiciels - comme outil d'aide à l'apprentissage et au perfectionnement de la lecture, est-il un outil efficace ?

Dans cet ouvrage, la définition adoptée des technologies numériques inclut aussi bien les classiques écrans d'ordinateurs que des innovations plus spécifiques comme les livres électroniques. L'ouvrage est organisé en quatre parties :

La première partie répond au premier questionnement : comment la lecture, dans ses dimensions perceptives et cognitives, est-elle influencée par les nouveaux supports numériques ?

En s'appuyant sur les travaux de l'ONL, présentant les notions fondamentales concernant la lecture et la compréhension des textes, Jean-François Rouet 3 s'interroge sur les conséquences de la " révolution numérique " pour la lecture et la compréhension. Il propose une définition très large de la maîtrise de l'écrit qui prend en compte la diversité des types de textes, des activités et des contextes dans lesquels s'inscrit la lecture. Cette compétence de " lecteur expert " ne s'acquiert que progressivement et s'exerce sur des écrits multiples ; comment s'opère alors le transfert sur des documents numériques ?

L'écran numérique peut-il être comparé au livre, au magazine, au tableau... et est-il adapté aux besoins d'un écolier ? Se pose aussi la question du mobilier et du matériel informatique utilisés dans les écoles, de " l'utilisabilité des postes informatiques ", de la lisibilité des écrans numériques, toutes questions auxquelles Jean-François Rouet est d'avis " [...] qu'en l'état actuel des technologies, l'ordinateur se présente comme le parent pauvre du papier pour ce qui concerne la présentation des textes continus. [...] ".

Les technologies évoluant rapidement, on ne peut pronostiquer de l'avenir des pratiques de lecture sur écran. Les travaux sur la manière dont les enfants lisent sur écran sont encore très rares, ils sont réalisés auprès d'adultes, étudiants, plutôt bons lecteurs, capables de compenser les problèmes liés au mode de présentation des informations sur écran, ce qui n'est pas le cas de jeunes lecteurs, non encore experts. D'où, pour notre auteur, la nécessité " de garder une attitude prudente quant à l'impact des technologies numériques sur la lecture et la compréhension de documents complexes " pour les publics scolaires.

Jérôme Dinet 4 propose un regard ergonomique sur la lecture à l'écran, se basant sur de nombreux résultats obtenus lors d'expérimentations. L'auteur s'interroge sur les différents facteurs ergonomiques susceptibles d'influencer des activités de lecture. Il s'intéresse aussi à la vitesse et à la qualité de lecture à l'écran, au style et à la taille des polices, à la couleur...

Il s'interroge sur la mémorisation et la compréhension des documents présentés sur écran en analysant la longueur des textes et leur présentation. Quels impacts cela peut-il avoir sur la compréhension du lecteur ? Les nombreux liens hypertextuels insérés dans des corps de textes, leur positionnement, leurs couleurs ont également des effets sur la compréhension et la mémorisation.

Des études mesurant l'impact de ces données existent mais, les matériels informatiques évoluant très rapidement, il convient de poursuivre ces travaux.

Claire Bélisle 5 s'intéresse, quant à elle, au livre électronique. Elle analyse les déboires rencontrés par les différentes versions de cet outil et s'interroge sur l'avenir du livre électronique. Elle met en avant l'intérêt que pourrait avoir un tel outil, les atouts et les potentialités qui pourraient être développés par un nouveau modèle technologique et économique qui prendrait en compte, entre autres, les préoccupations du lecteur.

La seconde partie traite des nouveaux types de textes créés par les technologies numériques.

Jean-François Rouet 6, dans son chapitre, fait le point sur les différentes techniques de présentation interactive et hypertextuelle, et sur leurs conséquences pour la lecture, la compréhension et l'accès à l'information.

L'interactivité, utilisée pour présenter des compléments d'informations sur écran, permet d'aider le lecteur dans sa relation au texte. Jean-François Rouet explicite ici les différents types d'aides que l'on peut trouver et qui ont fait l'objet d'expérimentations afin de savoir comment, et dans quelles conditions, ceux-ci favorisent la compréhension des textes électroniques.

Quant à la navigation hypertextuelle, principale innovation issue des progrès de l'informatique, et surtout développée avec l'Internet, peu de recherches se sont intéressées à ce modèle de lecture non linéaire, aux problèmes d'orientation et de surcharge cognitive que cela peut générer chez les lecteurs, surtout chez les plus jeunes.

Ces nouvelles technologies de présentation des textes sur écran, ainsi que les parcours hypertextuels, proposent au lecteur de nombreuses possibilités d'accès à l'information, encore faut-il que celui-ci sache les maîtriser : l'apprentissage reste un préalable à la bonne utilisation de ces nouveaux outils.

Dans les deux chapitres suivants, Éric Jamet 7, Jean-Michel Boucheix et Jean-François Rouet 8 s'intéressent aux documents multimédia associant aux textes des images et des sons, et des animations graphiques qui connaissent une vague croissante par rapport à des documents statiques.

La question est de savoir si ce type de présentation est susceptible d'améliorer ou non la compréhension. Cette interrogation intéresse non seulement les concepteurs de documents mais aussi, pour ce qui nous concerne, les enseignants lorsqu'ils ont à choisir un document de ce type, dans une situation pédagogique. Si ces documents permettent en effet de présenter de manière concrète des phénomènes complexes, ils imposent de multiples opérations cognitives.

S'appuyant sur de nombreux exemples et les résultats de travaux issus de la psychologie cognitive et de l'ergonomie, les auteurs dressent la liste des dimensions critiques de " l'intégration multimédia " et de leurs conséquences pour la lecture et la compréhension.

Dans la troisième partie, sont abordées les questions des relations entre technologies numériques et apprentissage de la lecture.

Relations décrites comme " ambiguës " par Jean-François Rouet 9 qui souligne que, si ces nouvelles technologies sont perçues comme pouvant enrichir les environnements de l'apprentissage, elles ne sont pas particulièrement faciles à comprendre et à utiliser, et doivent faire l'objet elles-mêmes d'apprentissages spécifiques et explicites : " pas plus que la lecture de textes imprimés ne s'apprend par immersion, la lecture électronique ne saurait se satisfaire d'une simple " mise en contact " des élèves et des ordinateurs ".

L'usage d'Internet requiert des habiletés complexes pour rechercher, lire, utiliser les textes et également identifier et valider leurs sources, celles-ci doivent faire l'objet d'un enseignement adapté.

L'ordinateur peut donc être utilisé pour favoriser les habilités de lecture, aider les élèves qui éprouvent des difficultés d'apprentissage.

Bruno Germain 10 propose une revue critique des principaux logiciels d'entraînement à la lecture utilisés dans les écoles. Á partir d'une grille d'analyse fine et précise, il examine les activités proposées par ces logiciels au regard des objectifs pédagogiques de l'enseignement de la lecture. Ces logiciels sont très divers et le maître qui les utilise doit connaître leur contenu pour orienter son choix, en fonction des besoins qu'il a repérés pour ses élèves ; c'est lui le seul médiateur compétent.

Puis Christine Ros et Jean-François Rouet 11 présentent une analyse ergonomique de quelques logiciels, testant leur " utilisabilité ". Cette analyse, faite à partir d'une grille de critères, examine de façon critique les interfaces de ces logiciels d'apprentissage de la lecture. Cette méthode nécessite une certaine expertise, mais elle permet de porter un regard analytique et objectif sur les qualités et les défauts de ces logiciels, cette approche permettant de réfléchir à l'usage qu'un enseignant peut faire des TICE dans sa classe.

Bruno de Cara et Monique Plaza 12, quant à eux, proposent une synthèse des travaux qui ont cherché à valider les outils informatisés de remédiation des difficultés d'apprentissage et des troubles de la lecture. Ces validations demandent une méthodologie lourde, les outils proposant souvent un entraînement composite sollicitant plusieurs processus, auxquels s'ajoute la motivation de l'enfant face à cette remédiation.

Dans la quatrième et dernière partie, Mônica Macedo-Rouet 13 présente les centres et les programmes de recherches, en France et à l'étranger, engagés dans une réflexion sur l'usage pédagogique des technologies numériques. Ce chapitre, qui recense également un certain nombre de sites web, est un outil pour tous ceux qui souhaitent approfondir leur réflexion dans ce domaine.

Enfin, l'ouvrage propose une synthèse des contributions sous forme d'un certain nombre de recommandations.

Les technologies numériques se répandent rapidement, entraînant une modification dans les pratiques éditoriales et un changement dans les activités de lecture. Les points de vue à ce sujet sont multiples, souvent contradictoires. L'objectif de cet ouvrage est " d'apporter un éclairage scientifique sur les transformations de la lecture et des usages de l'écrit qui découlent du passage de l'imprimerie au numérique " 14.

Les conclusions rassemblées dans cet ouvrage sont assorties de recommandations explicitées et présentées de façon synthétique dans un tableau.

Chacune de ces conclusions, si l'on considère les aspects et les enjeux traités dans cet ouvrage, - ergonomie de la lecture sur écran, nouveaux types de textes et de documents, usage des TICE pour la maîtrise de la lecture -, donne lieu à des recommandations qui s'adressent, d'une part à ceux qui conçoivent et prescrivent ces technologies et, d'autre part à ceux qui les utilisent, notamment dans le cadre de l'éducation et de la formation. Elles peuvent par ailleurs intéresser tous ceux qui pratiquent la lecture sur écran.

Les technologies numériques sont en évolution constante, les nouvelles générations de technologies seront porteuses, comme celles d'aujourd'hui, de progrès et de risques, c'est pourquoi il conviendra de les analyser avant d'en prescrire l'usage, comme les auteurs de cet ouvrage le font pour celles de la génération actuelle.

(1) Lecture et technologies numériques. Enjeux et défis des technologies numériques pour l'enseignement et les pratiques de lecture, coordonné par Jean-François Rouet, Bruno Germain, Isabelle Mazel, CNDP / Savoir Livre diffusion, Scérén, 2006.

(2) Lecture informatique et nouveaux média, ONL (1997), coordonné par Jean Mesnager, épuisé. Disponible sur le site de l'ONL : http://onl.inrp.fr

(3) Jean-François Rouet, " De Gutenberg au SMS : promesses et défis des technologies du texte ".

(4) Jérome Dinet, " Comprendre, mémoriser, rechercher avec les documents électroniques ".

(5) Claire Bélisle, " Le livre électronique : vers une lecture instrumentée ".

(6) Jean-François Rouet, " La lecture textuelle ".

(7) Eric Jamet, " Concevoir des documents multimédias pour favoriser la compréhension ".

(8) Jean-Michel Boucheix, Jean-François Rouet, " Les animations graphiques interactives sont-elles vraiment bénéfiques à la compréhension ? "

(9) Jean-François Rouet, " Enseigner la lecture par ou pour l'ordinateur ? "

(10) Bruno Germain, " Les didacticiels de lecture dans les classes primaires ".

(11) Christine Ros, Jean-François Rouet, " L'ergonomie des logiciels de lecture : un savoir-faire en émergence ".

(12) Bruno de Cara, Monique Plaza, " Aider l'apprentissage de la lecture au moyen d'exercices informatisés. Quelles activités pour quels résultats ? "

(13) Mônica Macedo-Rouet, " Acteurs et orientations de la recherche sur les technologies de la lecture ".

(14) Jean-François Rouet, " Pour un développement maîtrisé des technologies numériques en éducation. Synthèse et recommandations ".

Argos, n°44, page 26 (12/2008)
Argos - Lecture et technologies numériques