Partenaires

"Venez prendre l'art" au musée d'art contemporain du Val-de-Marne

Daniel Matin, CRDP de l'académie de Créteil

Le MAC/VAL, un musée d'art contemporain du Val-de-Marne, situé aux portes de Paris, à Vitry, a ouvert ses portes au grand public en novembre 2005.

Le musée d'art contemporain du Val-de-Marne, le MAC/VAL, à la suite des MAC de Lyon, Marseille, Saint-Étienne et Villeneuve d'Ascq, du MAMAC de Nice et des musées d'art de Strasbourg et Dunkerque, s'inscrit dans la poursuite d'une politique culturelle visant à offrir au public, à travers toute la France, des institutions dédiées à l'art contemporain. Implanté à Vitry-sur-Seine, surplombé par la colossale Chaufferie avec cheminée de Dubuffet, entouré d'un immense jardin public de sculptures, ce musée a été financé par le conseil général du Val-de-Marne, le ministère de la Culture et de la Communicaton et la région Île- de-France. Symbole d'une politique culturelle départementale forte et innovante, l'ouverture d'un musée d'art contemporain labellisé "Musée de France" en banlieue parisienne a constitué un événement culturel majeur à vocation nationale et internationale. Le MAC/VAL est devenu un lieu de vie, d'échanges, de rencontres et de partage, mettant en évidence que l'art contemporain, au même titre que la culture et la connaissance, peut devenir un moyen d'émancipation. Visiter un musée peut prendre différentes formes, mais l'expérience doit être libre, en mouvement et en action. L'équipe du musée a donc imaginé un programme qui propose différents modes de visite et horaires: visites fixes des collections et des expositions temporaires, fabriques d'art qui permettent une rencontre privilégiée avec un artiste et sa pratique dans le cadre d'ateliers, visites "inventées" qui donnent carte blanche à un invité accompagnant les visiteurs dans un parcours personnel et réinventé, rencontres informelles autour d'un verre avec un artiste ou un auteur en lien avec les expositions temporaires, visites-ateliers pour les enseignants et leurs élèves, ateliers et rencontres à domicile pour les publics "empêchés" (détenus en maison d'arrêt, personnes hospitalisées, personnes âgées en foyer...), etc.

Le MAC/VAL réunit également des équipements complémentaires aux espaces muséographiques: un auditorium, une librairie, un restaurant, un centre de documentation multimédia et deux ateliers-logements pour les artistes en résidence.

Ce musée présente une collection permanente de plus d'un millier d'oeuvres, reflétant l'art contemporain en France, des années 50 à nos jours. Une partie de la collection propose une découverte thématique qui interroge la question de l'humain dans le monde: "Lumière!", "Action!", "Les murs", "Paysages", "Exister", "Vie moderne" et "Face au monde" sont les grands axes qui guident le visiteur et l'invitent à une promenade muséale et architecturale où de jeunes artistes dialoguent avec les figures plus historiques de la scène artistique française. Parallèlement, le MAC/VAL s'est engagé dans une politique d'expositions temporaires: "Détour", de Jacques Monory, qui s'emparait de motifs issus de la culture populaire (musique, cinéma, roman policier) et mettait en scène des scénarios fictionnels et autobiographiques, a fait l'ouverture inaugurale du musée, suivi de l'exposition de Claude Lévêque "Le grand sommeil", qui proposait une installation in situ inédite.

Comme le dit Alexia Fabre, conservateur en chef, "un an après son ouverture, le musée offre un autre regard sur la scène artistique en France [...]. Il s'agit de prolonger le premier accrochage en situant toujours le visiteur au coeur des oeuvres et de leur apparition, mais [...] dans un face-à-face avec des oeuvres qui traitent du corps, de sa présence au monde, de sa représentation, du regard, donc. Le musée résonne avec ce territoire de banlieue composé de villes en devenir, de populations en mouvement qui reflètent leurs origines et cultures diverses." Le cycle de 21 expositions monographiques de cette année, "ZPC: Zones de productivités concertées", s'est déclinée en trois volets, du 13 octobre 2006 au 19 août 2007, et se proposait d'interroger autrement la question de l'activité, signe de l'humanité, de la production et de l'échange. Ce projet avait pour originalité de déplacer la perspective et de réunir des univers artistiques qui, à un moment de leur processus, mettaient en oeuvre des questionnements économiques: le travail, l'échange, la production, le stock, l'activité, la fonction, les flux, l'atelier, etc. Ce n'est pas tant à des développements thématiques que le visiteur était convié, mais à une analyse décalée. L'économie y était envisagée comme un filtre critique de certaines pratiques artistiques contemporaines. Le choc des images et des objets bouscule pas à pas notre mode culturel de consommation. Ce que souhaite Alexia Fabre, c'est "donner un point de vue qui n'est qu'une ouverture, un accompagnement qui permet d'aller plus loin. C'est une histoire en devenir que celle de l'art, comme celle d'un musée et de sa relation à l'autre, à inventer."

Pour plus d'informations

    MAC/VAL : Place de la Libération-BP 147-94404 Vitry-sur-Seine cédex- tél.: 0143916420
    contactmusee@macval.fr - www.macval.fr

Argos, n°42, page 17 (06/2007)
Argos - "Venez prendre l'art" au musée d'art contemporain du Val-de-Marne