Dossier : Développer les relations Nord/Sud / 3. Et dans le domaine artistique

Wamdé-théâtre, un centre d'éducation artistique et technique

Marie-Françoise Courel, présidente et fondatrice de l'association Wamdé-France, directrice du département sciences humaines et sociales au CNRS

Lorsqu'une école veut redonner du tonus à une Afrique souvent présentée comme miséreuse ou cruelle, en revalorisant la tradition africaine par les chants, les danses, les contes et les fables à travers le théâtre.

L'histoire du "Wamdé"

Le mot "wamdé" signifie "calebasse" en langue moore. C'est le fruit d'une plante qui devient à la fois instrument de musique ou récipient pour offrir "l'eau de bienvenue", symbole du partage. Ce nom a été donné à une école d'éducation artistique et technique qui accueille des enfants défavorisés, souvent orphelins et livrés à eux-même. Cette école, située à la périphérie de Ouagadougou, capitale du Burkina-Faso, a été fondée en mars 1988 par madame Moussognouma Kouyaté. Celle-ci a une riche formation de comédienne, dramaturge et chorégraphe, et elle est membre fondateur du Festival Panafricain du Cinéma (FESPACO) et de différents organismes culturels au Burkina-Faso. Mama Kouyaté, comme tous l'appellent familièrement, produisait au début des spectacles pour enfants. Puis elle a voulu se consacrer aux enfants des milieux défavorisés qui venaient à elle pour leur apporter un savoir-faire, une aide matérielle et surtout, elle a entrepris de transmettre aux enfants délaissés leur propre culture - c'est sa passion, et elle a vu que cela les passionnait - pour que la culture africaine soit vivifiée et transmise à travers le monde. Elle raconte : "Les enfants du quartier ont commencé à venir chez moi parce qu'ils s'y sentaient bien. Je leur récitais des contes. Un jour, j'ai dit : "Maintenant, c'est vous qui allez conter aux autres". Le mercredi, chacun devait se lever et dire une fable. Petit à petit, on a animé des fêtes dans le quartier autour des mythes." Et encore : "Chez nous, tout est dansé, même la mort. Grand-père a dit : "Danser pour danser n'existe pas." Danser est toujours l'expression de quelque chose dans la vie. La danse est un art collectif, fonctionnel, à mission multiple : éthique, éducative, thérapeutique. La danse, c'est la vie." Mama Kouyaté veut redonner du tonus à son Afrique, souvent présentée comme miséreuse ou cruelle. Elle voudrait préserver la vraie richesse de l'Afrique : une énergie débordante, un réservoir de sagesse et de créativité qui sont souvent négligés par l'école et l'aide au développement, mais qui restent intacts chez les jeunes enfants. Mais elle sait qu'elle doit faire vite car les traditions se perdent, la danse, la musique, les légendes évoluent : "L'essence même doit subsister, c'est-à-dire le contact avec la terre, avec les anciens, avec le spirituel".

Depuis 1988, où Mama Kouyaté a créé la troupe Wamdé avec les jeunes enfants (3 à 17 ans) de son pays, elle a voulu leur donner un cadre de rencontre et d'expression. L'école leur permet de revaloriser la tradition africaine par les chants, les danses, et aussi les contes et les fables qui sont mimés avec des masques d'animaux. Parallèlement, les enfants s'initient à la fabrication de petits objets d'art, et des ateliers d'apprentissage ont été peu à peu installés (menuiserie, couture, soudure, tissage, fabrication des instruments de musique...) pour que les jeunes qui ne deviennent pas artistes puissent avoir un métier à leur sortie. Petit à petit, elle a regroupé autour d'elle quelques personnes qui encadrent les enfants dans les activités. Les premières aides à l'école ont été apportées par des organisations comme l'Unicef, Air-Afrique, Air-France et d'autres. Cela a permis à la petite compagnie de faire des tournées en Afrique puis en Europe (Suisse, France, Espagne, Danemark, Grande-Bretagne...).

Et maintenant...

En grandissant, les enfants du Wamdé sont devenus eux-mêmes les animateurs des ateliers qu'ils présentent aux enfants et adolescents des écoles, collèges et lycées au cours de leurs tournées, réalisant ainsi le souhait de Mama que les enfants africains établissent un vrai dialogue avec les enfants d'autres traditions culturelles. Depuis la création, une vraie école a pu être bâtie avec l'aide de l'Unicef et de la Fondation Air-France, en coordination avec Wamdé France, et inaugurée en décembre 2001. Des locaux spacieux accueillent les classes et les ateliers, des cases sont réservées aux stagiaires - enfants ou adultes, Africains ou Européens - qui souhaitent passer du temps dans ce lieu ouvert. Actuellement :

- les bâtiments sont construits sur un terrain clos de 1 hectare ;

- en 2001, s'est créé une garderie populaire, qui accueille 150 enfants ;

- les effectifs sont de 240 enfants : 150 en maternelle, 35 en couture, 30 en tissage et 25 en teinture ;

- scolarisation : 50 enfants fréquentent l'école primaire et 18 les lycées ou collèges ;

- hébergement : 40 enfants sont hébergés au centre et 15 en ville ;

Mais les problèmes financiers de cette école demeurent toujours primordiaux, car si elle a été reconnue par le ministère de l'Éducation du Burkina-Faso, elle ne bénéficie d'aucun budget de fonctionnement. On sait que le Burkina-Faso est un pays parmi les plus pauvres d'Afrique, où l'éducation de base n'est pas assurée. Mais c'est aussi un pays très riche au plan culturel, et qui a décrété prioritaire la dimension culturelle dans son développement. L'oeuvre de Mama Kouyaté reflète cette originalité qui, parmi d'autres particularités (organisation des coopératives de jeunes, prise en charge des handicapés...) rend ce pays si attachant.

Tout cela explique que nous ayons eu le souhait de soutenir le projet Wamdé en permettant à cette troupe de revenir en Bretagne en mai-juin 2003, l'école ne pouvant fonctionner qu'avec les éventuels bénéfices des tournées, la vente d'artisanat et des productions des ateliers. Après avoir contacté l'Asso-ciation Wamdé-France, nous avons créé à Vitré un "groupe Bretagne" chargé d'organiser la future tournée dans notre région. Tous les enseignants que nous avons déjà rencontrés, que ce soit dans les écoles maternelles, primaires ou les collèges et lycées, ont été très intéressés par cet aspect d' échange culturel direct à travers les pratiques artistiques. La danse, le chant, les jeux, les contes sont des arts qui se partagent facilement dans le rythme et la bonne humeur quel que soit l'âge des enfants et des jeunes. Tout le monde peut entrer dans la danse et le rythme à travers la musique traditionnelle du djembé. C'est un merveilleux moyen de rencontre...

L'association Wamdé France

Créée en avril 1995, l'Association Wamdé-France "a pour but de promouvoir, par tous les moyens appropriés, les activités du Wamdé Théâtre des Amis Réunis de Ouagadougou (Burkina-Faso). Le conseil d'administration est constitué de bénévoles qui mettent leurs compétences, ainsi qu'une partie de leur temps, au profit de l'action culturelle menée par Mama Kouyaté. L'activité principale des membres de l'association est d'oeuvrer à faire connaître le théâtre du Wamdé auprès des collectivités locales, des établissements scolaires et universitaires, des organisateurs de spectacles et du grand public, dans le but de favoriser leurs tournées et leurs séjours en France et dans le monde, sous forme de spectacles, d'ateliers pédagogiques, d'expositions ainsi que de toutes autres sortes de manifestations. Elle se donne également comme objectif de soutenir la réalisation des projets de l'association Wamdé-Burkina-Faso : création d'une école pour les enfants du Wamdé, mise en place d'un dispensaire et organisation d'échanges avec les enfants d'autres pays."

Sa présidente, Marie-Françoise Courel, directrice de recherche au CNRS, explique les raisons qui l'ont conduite à créer cette association : "Si nous avons créé une association pour soutenir ce groupe d'enfants, c'est d'abord parce que nous avons été attirée par la qualité des spectacles présentés, parce que nous avons été subjuguée par le dynamisme de sa directrice et par la volonté des enfants de faire partager à d'autres leur culture. Et c'est aussi parce que nous sommes animée par la certitude de pouvoir les aider, non seulement à faire connaître leur art, mais aussi à réaliser des projets qui leur tiennent à coeur : avoir leur propre école (les représentations, les tournées étant parfois difficilement compatibles avec des horaires scolaires pré-définis) et construire un dispensaire (une nécessité dans leur environnement immédiat)."

Wamdé, le Théâtre des amis réunis

La Compagnie des amis réunis a été créée en mars 1988. Association à but caritatif et éducatif, Wamdé porte secours aux enfants des rues de Ouagadougou en les hébergeant dans un centre social privé, le village artistique de Wayalghin et en leur assurant une éducation et une formation professionnelle. L'une des activités principales est l'éducation artistique des enfants, privilégiant danse et musique.

L'association vit en particulier des prestations internationales de sa troupe de danses et de musiques, composée exclusivement d'enfants recueillis par le centre Wamdé. La troupe regoupe une quarantaine d'enfants âgés de 5 à 18 ans. Elle interprète les contes et les chants traditionnels.

Deux projets semblent urgents, et nous conduisent à rechercher de nouveaux financements : la création, dans le village du Wamdé, d'un petit dispensaire qui permettrait d'assurer les soins courants et de mener une politique de prévention et d'information, tant auprès des jeunes que du quartier, qui se trouve excentré par rapport au centre-ville ; et la création d'une cantine, qui permettrait d'accueillir à la journée les 150 jeunes enfants qui viennent à l'école du Wamdé le matin, en alphabétisation, pour leur assurer au moins un repas valable.

En 1997, un groupe de soutien s'est créé dans l'Ain, à l'initiative du docteur Fernande Prost-Amblard, et constitue Wamdé-France - Pays de Gex. En 2001, un second groupe de soutien s'est créé en Ille-et-Vilaine, à l'initiative de Marie-José Tessier, et constitue Wamdé France - Bretagne. Au fil des années, en partenariat avec l'UNESCO et la Fondation Air-France, l'association Wamdé-France a contribué activement à la construction du Village d'enfants de Ouagadougou, dont les installations ont été inaugurées en décembre 2001. Avec l'aide du ministère des Affaires étrangères, de l'Agence Intergouvernementale de la Francophonie, des fondations France Libertés, Hyppocrène et Air-France, Wamdé-France a mis en place à Ouaga-dougou un programme d'appui de trois années, qui a permis l'envoi sur place de deux jeunes volontaires. Ce programme a permis d'apporter un soutien financier, a contribué à structurer et organiser la gestion de l'École du Wamdé et à mettre en place une stratégie de communication. Il a pris fin le 31 août 2005, et il nous faut penser maintenant à l'avenir.

Principales manifestations du Wamdé

1988 : création du Wamdé.

Participation aux manifestations nationales d'envergure :

  • festival panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO) ;
  • semaine nationale de la Culture ;
  • salon international de l'artisanat de Ouagadougou (SIAO) ;
  • rencontre des chefs d'États du CILSS ;
  • rencontre des ministres de la CEAO ;
  • présentation des lettres de créance des ambassadeurs accrédités au Burkina-Faso ;
  • droits de l'enfant ;
  • rencontre des ministres du Transport ;
  • spectacles pour l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ;
  • ouverture de colloques divers.

Tournées internationales :

  • 1988 : premier festival international de l'Enfance (Unicef) ;
  • 1990 : festival d'Asilah (Maroc) ;
  • 1991 : tournée en Suisse organisée par le Théâtre Populaire Romand ;
  • 1992 : spectacle pour l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Bamako (Mali) ;
  • 1993 : tournée au Danemark organisée par le festival Image of Africa ;
  • - tournée en Suisse organisée par le Groupe d'animation de Dully (Suisse) ;
  • 1994 : premier festival international Africain à Paris (FIAP) ;
  • tournée en Ile-de-France organisée par l'association régionale des OEuvres éducatives et de vacances de l'Éducation nationale (AROEVEN) ;
  • 1995 : tournée dans la région de Fougères (35) dans le cadre du Mai de l'enfance ;
  • participation à la Fête des enfants déshérités et handicapés d'Afrique, à Lomé ;
  • 1996 : tournée dans la région de Cognac à l'invitation d'Enfance et Partage ;
  • tournée organisée dans la région parisienne par Wamdé-France : festival de la Parole à Taverny, "Les lycéens brûlent les planches", Villejuif (AROEVEN), Fontainebleau ;
  • passage à l'émission TV "Taratata" ;
  • festival du Théâtre en Suède et Norvège ;
  • - tournée organisée par le ministère des Affaires étrangères à Coppenhague ;
  • tournée à Dully (Suisse) avec Terre des Hommes ;
  • 1997 : tournée dans la région de Fougères (35), dans le cadre du Mai de l'Enfance ;
  • tournée dans la région de Vitré (35) ;
  • rencontres de l'Amitié entre les peuples à Fontenay/Bois ;
  • semaine d'échanges organisée par la mairie du Kremlin-Bicêtre ;
  • échanges culturels organisés par la compagnie du Grand Bal et l'association culturelle de la RATP à Vitry ;
  • échanges culturels avec le collège Saint-Joseph de Pantin ;
  • 1998 : tournée dans le Pays de Gex, avec le concours de 11 municipalités du département de l'Ain ;
  • 1999 : tournées avec la coordination des manifestations "on line", dans les pays situés sur le méridien (Grande-Bretagne, France, Espagne, Ile de Shetland, Burkina) ;
  • 2000 : tournée en Grande-Bretagne (Manchester, Londres, Newcastle) ;
  • 2000 : tournée en région parisienne, spectacle à l'UNESCO ;
  • 2002 : tournée en Suisse romande (Fribourg, Genéve) ;
  • 2003 : tournée en France (Bretagne, Normandie, Gers, 5 mai au 10 août) ;
  • 2003 : tournée au Danemark (11 août au 20 sept.) ;
  • 2005 : tournée en France, Pays de Geix (mai-juin) ;
  • 2005 : tournée en France, Basse-Normandie (sept. à nov.).

Contacts

    École du Wamdé
    Théâtre des amis réunis
    01 BP 4255 - Ouagadougou 01
    tél. : (226) 50 30 69 34 - 50 36 45 77
    wamde@caramail.com

    Wamdé France
    66, rue Lamarck
    75018 Paris

Argos, n°41, page 61 (12/2006)
Argos - Wamdé-théâtre, un centre d'éducation artistique et technique