Littératures
L'Aigle sans orteils
Lax.
Aire libre, 2005, 78 pages

En 1907, Amédée Fario contribue, avec d'autres artilleurs, à l'édification de l'observatoire du pic du Midi dans les Pyrénées. Il fait connaissance avec Camille Peyroulet, astronome, qui lui fait découvrir la formidable aventure qu'est le Tour de France, créé depuis 1903. Aussi, à sa libération de l'armée, est-il décidé à devenir coureur cycliste. Mais il n'a pas les moyens de s'offrir un vélo de compétition. Malgré les risques, il s'engage comme porteur et grimpe pour donner le ravitaillement aux hommes de l'observatoire pendant tout l'hiver de 1908 ; il y retrouve son ami Camille Peyroulet. Il s'oblige à ce pénible travail au cours de trois hivers. À Noël 1910, en descendant des 2 870 mètres où est juché l'observatoire, il fait une chute et parvient à se réfugier dans une cabane, mais pendant la nuit ses orteils gèlent et le médecin doit les lui amputer. En dehors de sa famille et de ses amis, Fernand et Camille, il exige que cette infirmité demeure secrète, afin de conserver ses chances de participer au Tour de France. Grâce à des prothèses, il se lance dans la compétition sportive en juin 1912.

Cette fiction, calquée sur la rude réalité des premiers Tours de France, est avant tout le récit de la ténacité humaine d'Amédée Fario. Pour acquérir un vélo et en refusant la misère montagnarde, Amédée escalade le pic du Midi dans de terribles conditions météorologiques. Il tient à surmonter les obstacles annonciateurs de ceux qu'il connaîtra dans le Tour de France. Sans ses orteils, il a encore pied sur terre et son handicap est une nouvelle épreuve qui le forme dans l'adversité. Cette opiniâtreté d'Amédée pourrait être l'illustration d'une morale que les instituteurs de la IIIe République écrivaient sur le tableau de l'école du village. Dans ce contexte, il est logique qu'il n'accepte pas de rester "planqué" quand la guerre éclate. Comme 1,4 million hommes, il ne reviendra pas de ce premier conflit mondial. Amédée, qui a aidé à l'installation de l'observatoire du pic du Midi - rappel scientifique de cet album - est une étoile filante, comme celles qu'observe son ami Camille Peyroulet.

Les images de Lax, cadrées au grand angle, permettent d'être plus près de l'action et des protagonistes auxquels le lecteur voue son empathie, d'autant plus que le trait trahit avec force leurs sentiments. En octobre 2005, L'Aigle sans orteils a été récompensé par le prix Château de Cheverny de la bande dessinée historique, lors du festival des Rendez-vous de l'histoire à Blois.

François Righi.

Argos, n°40, page 14 (06/2006)
Argos - L'Aigle sans orteils