Littératures

Bulles d'histoire(s)

François Righi

Pour la première fois, en octobre 2004, un prix de la Bande dessinée historique a été décerné aux Rendez-vous de l'histoire de Blois.

Ce prix est appelé Prix château de Cheverny1 car ce château a servi de modèle à Hergé, l'auteur de Tintin,pour dessiner celui de Moulinsart, propriété du capitaine Haddock. Selon les souhaits de Christophe Degruelle, président du Centre européen de promotion de l'Histoire, ce prix a pour objectifs de divulguer la bande dessinée historique et d'élargir l'audience de ce festival annuel dans la cité déjà célèbre pour son château et qui, pendant quatre jours, connaît une affluence considérable.

Ce prix doit récompenser un album publié en français entre le 1erjuillet et le 30 juin qui précède les rendez-vous d'octobre, alliant à la fois la rigueur historique et la qualité du scénario du point de vue fictionnel, puis du dessin et de la mise en couleurs. La composition du jury présidé par Pascal Ory reflète ces exigences. Les quatre grandes périodes de l'histoire sont défendues par des spécialistes, l'histoire contemporaine avec Pascal Ory, professeur à l'université de Paris-I mais aussi journaliste et critique de BD dans un mensuel et à la radio; l'histoire moderne avec Pierre Serna, maître de conférences à l'université de Paris-I; l'histoire médiévale avec Danièle Alexandre-Bidon, ingénieur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales; l'histoire ancienne avec Claire Sotinel, maître de conférences à l'université de Bordeaux-III. Le monde proprement dit de la BD est représenté par Frank Giroud, scénariste de nombreux et célèbres albums s'appuyant souvent sur des faits encore obscurs de l'histoire, mais aussi un des principaux initiateurs de ce prix, et André Julliard, dessinateur de BD historiques non moins connues. Gilles Ratier, secrétaire général de l'association des Journalistes et Critiques de BD, rapporte tous les ans un état général de la BD. Blois n'est pas oublié avec Thierry Crépin-Leblond, conservateur du château, et Sylvain Gache, vice-président du festival BD boum qui crée ainsi le lien entre les deux importantes manifestations de la ville. L'Éducation nationale, déjà très présente avec les spécialistes universitaires des quatre périodes historiques, est aussi représentée par Laurent Wirth, inspecteur général d'histoire-géographie et François Righi, professeur d'histoire-géographie et chroniqueur des BD historiques dans le réseau du CNDP. Toutes ces personnes concilient donc, avec évidence, BD et histoire.

Sur trente et un albums proposés par treize éditeurs2, le jury, lors de sa réunion de délibération du 15 septembre 2004, a sélectionné onze albums qui deviennent les nominés et parmi eux, un a obtenu le Prix château de Cheverny de la bande dessinée historique. Le 16 octobre 2004, à la suite du débat intitulé "Histoire et BD", un mariage heureux avec Jacques Ferrandez, Frank Giroud, Pascal Ory et Marjane Satrapi, dans le cadre des Rendez-vous de l'histoire, ce prix doté de 3000euros a été décerné, en présence du jury et de Christophe Degruelle, à Emmanuel Lepage pour son tome 1 de Muchacho édité chez Dupuis, dans la collection "?Aire libre" en mars 2004.

"Muchacho", Prix du château de Cheverny

En 1976, le Nicaragua subit la dictature de Somoza. En raison de ses talents artistiques, un jeune séminariste de Managua, Gabriel, issu d'une famille aisée, est appelé à peindre une fresque dans une église de village. Son voyage très perturbé s'appuie sur un fait réel: Somoza impose, pour fumer une cigarette, d'utiliser les allumettes produites dans ses entreprises. Tout possesseur d'un briquet est considéré comme un opposant sandiniste et donc arrêté, malmené par l'armée. C'est ce qui arrive à une jeune femme du bus qui transporte Gabriel et d'autres voyageurs. En même temps que le prêtre du village le bouscule dans ses conceptions classiques et conservatrices de la peinture religieuse, Gabriel découvre les dures conditions d'existence des habitants: paysans bafoués, persécutés, violentés par les sbires du dictateur mais dignes dans leur résistance à l'oppression. Il s'ouvre aussi à la sexualité et à l'amour avec Concepción, une belle et généreuse prostituée. L'adolescent qu'est Gabriel a donc une triple éducation initiatique qui le mène à changer d'attitude par rapport à la classe sociale dont il est issu, au cours d'un scénario fluide, dessiné et mis en couleurs de manière lumineuse. Ce récit a aussi d'autres qualités: il permet de sortir d'une histoire uniquement européenne et de connaître en partie celle de l'Amérique latine et peut servir d'introduction à un mouvement artistique mexicain, le muralisme.

Les dix nominés

Le premier de ces nominés est sans conteste le tome 7 de "Carnets d'Orient", Rue de la Bombe,de Jacques Ferrandez, édité chez Casterman en mai 2004. Depuis le tome 6, l'auteur, dans son style imprégné de la peinture orientaliste, a engagé sa fiction très documentée dans l'histoire de la guerre d'Algérie. Afin d'échapper au manichéisme, les raisons des différents personnages dans ce douloureux conflit franco-algérien, mais aussi franco-français et algéro-algérien, sont affirmées jusque dans leur violence. Le souci de Jacques Ferrandez est d'éliminer les tabous sur la guerre d'Algérie et de réconcilier les différentes mémoires. Par toutes ses qualités, cette oeuvre peut être exploitée pour initier ou approfondir les connaissances sur cette guerre qui est de plus en plus examinée sous différents angles depuis quelques années.

Au moment de la délibération du jury, Le Cri du peuple,de Jacques Tardi et Jean Vautrin, en était au tome 3 édité chez Casterman en septembre 2003. Le tome 4 vient de paraître et c'est donc la fin de cette fiction feuilletonesque qui se déroule pendant les événements révolutionnaires et sanglants des 70 jours de la Commune de Paris, du 18 mars à la fin mai 1871. Le talentueux dessin de Jacques Tardi, uniquement en noir et blanc, très symbolique, faisant revivre, si on peut le dire pour ces circonstances dramatiques, le Paris de cette époque minutieusement reconstitué dans une mise en page à l'italienne, n'est plus à promouvoir, espérons-le.

Deux albums retenus ont pour cadre la Première Guerre mondiale. Le tome 1 de "La Grippe coloniale", Le Retour d'Ulysse,par Huo-Chao-Si et Appollo, paru chez Vents d'Ouest en octobre 2003, est un récit original au trait railleur. Il révèle le conflit et ses conséquences terribles, entre autres la grippe espagnole, avec l'oeil des Poilus de toutes conditions d'outre-mer qui retournent en 1919 dans leur île éloignée de la guerre, la Réunion. Les Caméléons,de Fabrice Le Henanff et Henri Fabuel, chez Casterman en novembre 2003, se situent dans un autre registre. Les Caméléons étaient des peintres-soldats spécialisés dans le camouflage et le trompe-l'oeil pendant la Première Guerre mondiale, tel André Mare, comme il est indiqué dans l'album, peintre cubiste qui a tenu des carnets de guerre avec des croquis et des aquarelles. Avec des flash-back, cette intrigue policière sentimentale qui mêle horreur et art, attire par sa mise en page très picturale. Mais elle devient difficile à suivre car trop elliptique: il aurait fallu que les auteurs puissent la développer sur davantage de planches.

Les années 1920-1930 sont perçues depuis trois pays différents. Avec Montserrat,édité chez Bamboo en janvier 2004, Julio Ribera montre la guerre civile espagnole à travers les yeux d'un enfant, en l'occurrence lui, mais son album est un récit trop illustré. Au cours d'une saga familiale peut-être convenue, remontant le temps depuis nos jours, L'Ordre de Cicéron,de Malka et Gillon, chez Glénat en mai 2004, retrace à juste titre, grâce au graphisme réaliste mais éloquent de Gillon, comment l'antisémitisme en France dans les années 1930 puis sous l'occupation nazie, mènent à la promulgation du statut des Juifs en octobre 1940 par le régime de Vichy qui les chasse de nombreuses professions comme, dans cet album, celle des avocats. Dans le tome 1 d' Extrême-Orient par Franck Bourgeron, chez Vents d'Ouest en avril 2004, Li Fuzhi se souvient en 1967, en pleine révolution culturelle, de son itinéraire politique depuis 1927 à Shanghai jusqu'en 1936 où il est devenu un officier de l'armée populaire. Avec un dessin surprenant qui peut rebuter, cet album a le mérite de faire connaître l'histoire de la Chine, peu à peu sous l'emprise de l'idéologie maoïste.

Inscrit dans l'histoire de l'Europe et de la France de Napoléon 1er à la monarchie de Juillet, le récit de La Vengeance du Comte Skarbek,par Yves Sente et Grzegorz Rosinski, chez Dargaud en janvier 2004, concerne le milieu artistique avec ses peintres, ses marchands, ses collectionneurs et ses spéculateurs. Très inspiré par Alexandre Dumas, ne serait-ce que dans le titre, La Vengeance du Comte Skarbek est racontée avec brio par le dessin et la mise en couleurs de Rosinski qui prend parfois synchroniquement des expressions à la Daumier, particulièrement avec les gens de justice.

Un seul album se déroule au Moyen Âge, le tome 1 de La Chute,édité chez Petit à Petit en avril 2004. Il relate la résistance des Cathares en 1243 sur leur piton rocheux de Montségur. S'appuyant sur les dernières connaissances historiques et archéologiques des Cathares, cette fiction retient aussi les lecteurs par l'intensité de ses couleurs directes et son graphisme dépouillé.

Se déroulant il y a 35000 ans au temps de l'homme de Néandertal et de Cro-Magnon, le tome 2 de Vo Houna,par Roudier, chez Soleil en octobre 2003, évoque l'esprit chamanique.

Comme on peut le constater, les albums nominés et le premier prix de la bande dessinée historique des Rendez-vous de Blois sont, pour une première fois, un bon cru original même si on peut toujours regretter que certains titres manquent ou que certaines périodes historiques soient sous ou non-représentées. Les CDI des établissements scolaires peuvent acquérir ces onze albums qui feront le bonheur de leurs élèves.

(1) D'ailleurs, le château de Cheverny est mécène de ce prix de la Bande dessinée historique.

(2) Archéa, Assor BD, Bamboo, Casterman, Dargaud, Delcourt, Dupuis, EP Éditions, Glénat, Le Lombard, Petit à Petit, Soleil productions, Vents d'Ouest.

Argos, n°36, page 22 (12/2004)
Argos - Bulles d'histoire(s)