Dossier : Tout-petits deviendront grands... / 6. Relier

Quand parents et petits enfants découvrent ensemble le plaisir de lire

Chantal Laureau et l'équipe petite enfance.

Il arrive que des familles soient jetées dans l'exclusion. Comment briser l'enfermement ? Une association y consacre ses forces et sa réflexion avec constance et ténacité, dans le respect de ceux auxquels elle a choisi de s'adresser et de proposer d'agir.

Le Mouvement ATD Quart-Monde anime en région parisienne, à Noisy-le-Grand une cité de promotion familiale. Le centre accueille dans des logements HLM, pour une durée de deux à quatre ans des familles qui ont souvent vécu beaucoup de ruptures : l'absence de logement indépendant ou décent ne leur permettait pas jusque-là de pouvoir vivre la vie familiale à laquelle elles aspiraient. Le séjour à la cité de promotion familiale est pour elles une étape permettant de mettre en oeuvre leur projet de bâtir le meilleur avenir possible pour leurs enfants : "que nos enfants ne vivent pas ce que nous on a vécu", c'est souvent ce que nous entendons quand nous les recevons. Ces familles qui rêvent de donner le meilleur à leurs enfants, qui disent que si elles tiennent le coup c'est à cause d'eux, vivent souvent à cause de leur histoire, un certain enfermement et une grande peur de rencontrer les autres. Nous leur proposons, en plus d'un accompagnement individuel, qui soutient leur projet familial, des activités communautaires et culturelles qui leur permettent d'oser aller à la rencontre des autres, de découvrir qu'elles ont des ressources comme tous les parents. Ceci doit leur permettre à terme de rejoindre les activités proposées par le quartier. Le soutien à la petite enfance (0-6 ans) est pour nous un pilier de cette action tant les familles très pauvres sont sensibles à se mobiliser autour de leurs petits enfants et à trouver à cause d'eux dynamisme et fierté pour reconstruire leur vie familiale.

S'organiser

Notre équipe petite enfance propose aux familles de nombreux temps autour du petit enfant. Souvent dans les premières semaines après l'arrivée de la famille, nous rencontrons les parents de manière plus individuelle, lors de visites à domicile, de rencontres diverses permettant de tisser la confiance. Pendant ces temps, s'instaure un dialogue qui permet d'apprendre à regarder ensemble, parents et animateurs, le développement de l'enfant et ses besoins. Nous proposons aussi deux fois par semaine un temps de "préécole communautaire" à tous les parents animé par des éducatrices et des mères de famille qui viennent avec leurs enfants. Il faudra parfois des mois à certaines mamans pour oser y venir. D'autres n'y viendront jamais car s'occuper de ses enfants sous le regard des autres est parfois trop difficile. Tout en continuant à inviter régulièrement ces mamans, l'équipe leur propose de venir chez elles jouer ou lire avec l'enfant et d'échanger sur leurs préoccupations.

La préécole communautaire et l'animation pour les 3-6 ans sont les temps plus formels que nous proposons :

==> La préécole communautaire accueille les tout-petits (de la naissance à l'entrée à l'école maternelle) et leurs parents dans un local aménagé spécialement pour cette activité : coin pour les bébés, avec grand tapis et coussins où les mamans peuvent jouer avec leurs bébés et les câliner, espace-jeu avec poupées et dînette, petites tables où l'on peut s'installer pour dessiner, colorier, faire des gommettes ou des legos. Les petits vont vivre là leur première expérience de distanciation par rapport au milieu familial. Grâce à la présence de leurs parents (la maman le plus souvent), ils vont pouvoir dépasser leurs appréhensions, se risquer à explorer ce milieu riche de tant d'inconnu et tenter des expériences nouvelles. En s'appuyant sur cette continuité avec le milieu familial et confortés par la présence des parents, les petits peuvent se préparer à une scolarisation heureuse à l'école maternelle. "On est toujours électrique à la maison, disent certaines mamans, ici ça nous fait une détente". Des mamans, qui n'ont parfois pas eu la chance de jouer dans leur enfance, découvrent l'importance du jeu pour les tout-petits, l'importance de prendre du temps avec l'enfant. Elles découvrent aussi les manières de faire d'autres mères et peuvent en parler entre elles.

Des temps divers sont proposés lors de ces séances, en laissant l'enfant libre de choisir ses activités. Après le temps d'accueil où l'on enfile ses chaussons, où l'on bavarde, les enfants peuvent aller faire de la gym, du vélo, jouer à verser du riz dans un immense bac, faire de la pâte à modeler, regarder des livres ou faire de la peinture.

Parfois des temps plus structurés rassemblent enfants et parents autour de comptines, chants, rondes, marionnettes.

Dans ce lieu, est donnée une grande importance à la lecture avec un coin livres fait d'un présentoir de livres entouré de fauteuils confortables. Un prêt de livres permet aux mamans de prolonger chez elles l'approche du livre faite dans le cadre de la préécole communautaire.

Les parents réalisent aussi des petits livres-albums plus personnels relatant un événement important vécu par les enfants. Ces albums sont toujours repris avec plaisir par les parents et les enfants car ils représentent un maillon clé de leur histoire. Les titres évoquent ces morceaux d'histoire : Djouhoud à la préécole, Warren et la citrouille d'Halloween, David vient de naître, Marine à l'école, Loïc et Aurore à la cuisine...

Ces albums de 8 pages, robustes et faciles à reproduire, réalisées à partir de photos numériques et de textes mis en page sur ordinateur, sont le premier élément de la bibliothèque personnelle de l'enfant.

Aujourd'hui, Véronique et Manuella animent avec les mamans un temps de marionnettes pour les enfants, elles lancent "ainsi font, font, font" que reprennent les mamans en s'installant dans la pièce. Puis c'est l'histoire mimée de Roule Galette. Peu d'enfants la connaissent, mais les plus habitués s'approchent des marionnettes tandis que les mamans chantent toutes la chanson de la galette, ce qui met de l'ambiance. Kevin, deux ans et demi, préfère le vélo, mais s'arrête pour écouter tout en restant assis sur son tricycle. Quand l'histoire est finie, Véronique propose à la maman de Kevin de lire l'histoire de la galette à son fils. Grande stupéfaction de la maman : "moi ? lire à mon fils ? il ne va pas m'écouter..." "On peut essayer", dit Véronique qui propose de tenir dans ses bras Clément le petit frère de Kevin, pendant que la maman lira l'histoire. Kevin suit sa maman qui lui explique pendant que Véronique s'installe juste à côté avec Clément. Celui-ci reste volontiers dans les bras de Véronique, sa maman restant toute proche. La maman de Kevin lit tout le texte sans être interrompue une seule fois par Kevin qui écoute l'histoire, regarde sa maman puis le livre, touche les animaux, les montre du doigt sur le livre, ne dit mot mais participe à sa manière. La maman de Kevin semble satisfaite de cette expérience, prend conscience de son effort d'attention pour écouter cette longue lecture et accepte volontiers d'emprunter deux livres de la bibliothèque.

==> Les enfants de 3 à 6 ans sont accueillis sans leurs parents, au sein de groupes de 5 à 7 enfants, de composition stable. Dès leur arrivée, les enfants sont regroupés pour un goûter, où chacun remplit une tâche à tour de rôle. Suit un moment collectif : comptines, chant d'accueil pour les plus grands, jeux, conte en diapositive. Puis l'animatrice présente les activités du jour et rappelle les consignes de vie.

Dans le local, chacun choisit son activité : peinture ou bricolage, jeux libres dans la maison de poupées, jeux de construction, jeux de société (qui sont socialisants et très structurants pour des enfants qui ont un grand besoin d'être sécurisés et structurés).

Le coin des livres est animé alternativement par une orthophoniste et une institutrice spécialisée. Chacun leur tour, les enfants viennent y lire des livres illustrés. Chaque histoire est lue pour un enfant en particulier, ce qui n'empêche pas les "dévoreurs" de rester discrètement à côté pour écouter l'histoire lue à un camarade. En fin d'année scolaire, ils sont souvent deux, puis trois, et même parfois tous, ainsi regroupés dans le coin des livres.

Au fil des mois, les enfants gèrent de mieux en mieux leur participation à toutes les activités en tournant de l'une à l'autre.

Les animateurs prennent les enfants chez eux et les reconduisent. Il y a souvent sur le pas de la porte des échanges plus ou moins longs avec les parents, à propos de ce que l'enfant a fait, sur ses progrès, ses difficultés, ce que dit la maîtresse d'école. Ces échanges revêtent une très grande importance pour l'enfant : ils lui montrent l'intérêt conjoint que lui portent l'animatrice et ses parents et le confortent dans ses efforts.

La vie dans ce lieu réservé aux enfants de l'âge de la maternelle privilégie l'individualisation des interventions auprès des enfants. Chaque enfant est connu personnellement et ses progrès suivis semaine après semaine. À la fin de chaque année scolaire, un bilan retrace son évolution.

Tout au long des séances, l'attention est portée sur l'acquisition du langage (cela commence à la porte des familles au moment d'inviter les enfants, jusqu'au retour à la maison). Chaque moment ou activité est mis à profit pour parler à chaque enfant individuellement, même pendant un court instant. Les animateurs essaient d'ajuster leur propre discours aux possibilités de chaque enfant et à ce qu'il essaie de dire.

Avec d'autres enfants du même âge mais qui parlent mieux, le travail consiste à partir de ce qu'ils disent à reformuler, en adaptant ou en allongeant l'énoncé, selon les besoins individuels de chacun. Les premiers mois de leur arrivée, certains enfants sont assez silencieux, tout en étant actifs. Il faut alors les guider par la parole dans leurs découvertes et verbaliser ce qu'ils sont en train de créer (dessin, objet en pâte à sel) ou lors de leurs jeux personnels.

Luc (trois ans) n'a aucun langage structuré. Il parle par onomatopées et gestes très expressifs. Il est enchanté de venir aux activités proposées et l'exprime par des sourires, des cris et des gesticulations que l'animateur traduit aussitôt en paroles : "Tu es bien content de venir, n'est-ce pas Luc !... Dis au revoir à ta maman !... Ah tu lui fais un gros bisou... Maintenant, on va chercher Simon et Samia. Donne-lui la main !..."
Pendant toutes les activités, qu'elles soient individuelles ou collectives, l'un ou l'autre animateur s'adresse à Luc pour expliciter une consigne, pour verbaliser ce qu'il fait ou veut faire. Ainsi, il tire l'animatrice par son vêtement vers la salle de jeux et se cache les yeux en s'accroupissant. L'animatrice lui dit "Tu veux faire la ronde. Tu veux chanter
Mon Petit Lapin a du chagrin. C'est ça ! attends un peu, Luc, on va chercher les autres !"
Au fil des mois, Luc progresse : il répète quelques mots, d'abord isolés, puis des phrases de deux ou trois mots. Il reste beaucoup de travail pour l'amener à un langage structuré qui lui permettra d'apprendre à lire dans de bonnes conditions au cycle primaire.
Aujourd'hui, les enfants regardent une projection de diapositives de l'histoire Boucle d'Or.
Ils connaissent tous l'histoire et l'animatrice les invite à commenter les diapositives une à une et chacun à leur tour : la consigne est respectée, les enfants s'écoutent les uns les autres.
Maeva commence par confondre avec
Le Petit Chaperon rouge et raconte l'histoire sans tenir compte de la projection, elle a du mal à entrer dans l'histoire qui diffère un peu de celle du livre connu. Lorsque l'on voit Boucle d'Or se diriger vers la maison des ours, elle dit qu'elle va rentrer chez elle, ce qui nécessite un retour en arrière de la projection. Puis, une fois Boucle d'Or dans la maison des ours, Maeva rentre dans l'histoire et fait même des commentaires avec beaucoup d'humour "elle tombe parce que la chaise est tombée" "elle s'allonge dans le petit lit et elle dit "ouf"". Karim a un peu de mal à interpréter les diapos mais retrouve bien la notion de grand, moyen, petit travaillée sous forme de jeu la semaine dernière. Angélique commence "ils ouvrent la porte pour..." l'animatrice doit l'aider à formuler la suite. "Elle veut boire la soupe faut qu'a..." là, l'animatrice corrige "elle...". La diapo montre l'ours qui regarde son lit : "quelqu'un a foncé mon dredon..." L'animatrice reprend la phrase.
Cette activité est souvent proposée aux enfants : elle leur permet d'envisager le déroulement d'une action, leur donne l'intuition du récit et prépare l'entrée dans l'écrit.

Toutes ces activités ne prennent sens que parce qu'elles sont reliées à la vie de l'enfant :

  • Au projet familial : l'équipe rencontre souvent les familles pour faire le point sur le projet de la famille, les progrès des enfants, pour préciser les prochaines étapes.
  • À l'école : des rencontres régulières des instituteurs et des directrices permettent d'échanger sur nos projets pédagogiques respectifs et parfois d'évoquer des difficultés d'un enfant. Ces rencontres permettent aussi de favoriser les liens entre les familles et l'école et de proposer des activités communes : visites et accueils dans nos lieux respectifs par exemple.
  • au quartier : l'équipe relaie auprès des enfants et des familles ce qui se passe dans le quartier, favorise l'accès des enfants au bibliobus qui passe une fois par semaine, soutient la participation des enfants aux fêtes et aux animations, et propose des visites à la médiathèque et à la maison pour tous.

Ainsi l'action petite enfance, en se situant au coeur des familles accueillies, veut être une chance offerte : à chaque enfant en lui proposant autour du livre une attention particulière et une relation avec un groupe, mais aussi à chaque famille en lui permettant de rejoindre une communauté plus large. Les enfants pourront accéder à l'école dans de bonnes conditions et chaque famille pourra reprendre des forces en se bâtissant autour de ses petits enfants. Ceci est une étape, il en faudra d'autres aux familles très démunies pour retrouver la confiance et la liberté que la misère entame tous les jours.

Argos, n°33, page 65 (12/2003)
Argos - Quand parents et petits enfants découvrent ensemble le plaisir de lire