Dossier : ces publics qu'on dit "extra-ordinaires" / 1. Des dispositifs pour réussir

Actions méconnues à multiplier

Chantal Lavigne

Depuis 1994, les lycéens et les étudiants de premier cycle qui rencontrent des difficultés psychologiques et scolaires ou universitaires peuvent faire appel au Relais étudiants lycéens (REL).

À la fois espace d'écoute et dispositif d'aide, cette structure, créée avec le soutien du rectorat de Paris et reconnue par l'Agence d'Hospitalisation d'Île-de-France, travaille en pluridisciplinarité (personnels médical et pédagogique) autour du projet personnel de l'adolescent qui reste le fil conducteur tout au long de l'intervention.

Une équipe à l'écoute des jeunes en détresse

Il arrive que le mal-être des jeunes se traduise par des troubles du comportement en milieu familial ou scolaire, par un absentéisme plus ou moins prolongé ou répété, voire des conduites addictives, des plaintes somatiques ou un état dépressif. Ces jeunes s'adressent rarement aux professionnels compétents pour les aider tant leur désarroi et le sentiment d'être incompris sont grands. Il est indispensable d'accueillir la famille, souvent désorientée, ou de solliciter sa participation ; l'interaction des différents membres de la famille étant inévitable, ceux-ci peuvent à leur insu renforcer les problèmes de l'adolescent. De plus, les services préventifs en milieu scolaire ne disposent pas de moyens suffisants pour traiter les problèmes des adolescents dans toute leur ampleur. Parfois leurs appels spontanés croisent les demandes des familles autant que celles de l'institution et certains élèves conseillés par les enseignants, le CPE ou le médecin scolaire se tournent alors vers des dispositifs d'aide et particulièrement vers le REL.

Cette unité de consultation originale a été mise en place au sein de la clinique Georges-Heuyer, établissement psychiatrique parisien de la Fondation Santé des étudiants de France et elle allie la double prise en charge des soins et des études (cf. page 45) par les équipes enseignante et médicale. Ces consultations sont offertes à tous les lycéens et aux étudiants du premier cycle de Paris. Au Relais lycéens étudiants, l'accueil est effectué par une équipe pluridisciplinaire constituée d'un médecin-psychiatre, d'une psychologue et d'un enseignant, parfois d'un thérapeute familial ou d'une assistante sociale. Quelles que soient la nature du problème et l'origine de la demande (jeune, famille, personnels éducatif, d'orientation ou de santé scolaire), il importe d'intervenir rapidement afin d'éviter l'installation d'une situation pathologique franche et d'une démobilisation scolaire plus radicale. D'une durée d'une heure et demie chacune, les consultations sont gratuites et limitées à six au maximum. Il est également essentiel que le lieu de consultation soit indépendant des institutions scolaires ou médicales.

Les objectifs du REL

À court terme, il s'agit d'évaluer la situation globale de l'adolescent, de l'aider à dénouer la situation conflictuelle, de mobiliser les compétences individuelles et familiales pour amorcer une dynamique de changement et faciliter, si cela s'avère nécessaire, l'accès aux structures médico-sociales et scolaires existantes. À long terme, le Relais contribue à la lutte contre la désinsertion scolaire, familiale et sociale des jeunes en difficulté. Par ailleurs, il contribue aussi au traitement précoce des maladies mentales et à la prévention du suicide. Il permet une analyse plus fine de la violence en milieux scolaire et familial. Dès le premier entretien, l'adolescent choisit de venir seul ou d'être assisté d'une ou de plusieurs personnes ; la confrontation avec la famille s'avère souvent indispensable au cours des séances suivantes, tant les parents et la fratrie en plein désarroi, déstabilisés par les symptômes visibles, sont impuissants face aux troubles comportementaux de l'un des leurs.

C'est dans l'intervalle des séances que les difficultés scolaires sont prises en compte "tant la défaillance scolaire reste en elle-même une blessure narcissique pour l'adolescent, voire pour ses parents"1.

Des réponses pédagogiques adaptées

L'équipe pédagogique (enseignants de l'Éducation nationale) propose l'évaluation des stratégies personnelles d'apprentissage et de la mobilisation des compétences. Elle aborde la question du rapport aux études au cours de la vie du jeune et peut avoir à envisager une orientation. Parfois certains élèves des classes préparatoires, comme ceux des lycées et de l'université, ne sont plus en mesure d'adapter des stratégies d'apprentissage efficaces. Cette période d'angoisse douloureuse à vivre, même quand elle est passagère, s'estompe si l'équipe pédagogique dédramatise la situation, conseille de "lever le pied", afin de ne plus être dans la tension et de retrouver l'attention propre à générer l'efficacité.

Les enseignants du REL peuvent être sollicités par l'une des équipes de consultation pour assurer des interventions pédagogiques ponctuelles en nombre limité (4 maximum). Des ateliers ou des entretiens individuels sont proposés à certains élèves :

  • Le dialogue pédagogique permet aux lycéens de s'interroger sur ses stratégies d'apprentissage.
  • Le lycéen peut participer à un atelier "expression-communication" centré sur les difficultés rencontrées à l'oral et à l'écrit.
  • L'atelier "démarche scientifique" met à l'épreuve les différents types de raisonnement dans les disciplines scientifiques expérimentales ou non.
  • L'atelier "questionnement philosophique" tente de mettre en évidence le cheminement de la pensée dans la construction d'un problème philosophique à partir d'un réseau de questions.

La prise en charge est volontairement limitée dans le temps, de courte durée, elle est pour parents et adolescents plus rassurante et plus mobilisatrice pour le jeune. Dans le cas où l'adolescent nécessiterait une prise en charge prolongée, il est orienté vers des structures de soins ambulatoires (psychothérapies, consultations médicales et thérapies familiales) ou hospitalières spécialisées.

Par ailleurs, outre l'évaluation des difficultés du jeune, le REL permet aussi d'éclaircir les liens familiaux et de s'interroger sur le positionnement de l'adolescent en souffrance au sein de sa famille.

Le Relais devient le lieu où chacun écoute la parole et les souffrances de l'autre. Il aide à dénouer les situations conflictuelles et à rétablir une "fluidité de la communication familiale" (Docteur Monchablon).

Une équipe et un lieu ressource

L'expérience acquise par l'ensemble des personnes intervenant au REL en fait une équipe ressource pour les personnels éducatifs des lycées. Dans tout établissement scolaire, une équipe pédagogique peut se sentir remise en question dans sa mission d'enseignement par la conduite d'un élève. Elle cherche parfois dans l'urgence la réponse appropriée - autre que l'exclusion - au comportement violent ou silencieux de l'adolescent. On sait les réticences légitimes ou les difficultés des enseignants à engager un dialogue avec les familles sur un projet d'aide psychologique. Si toutefois les adolescents consultent sur les conseils des services médico-scolaires, cela se fait dans la confidentialité sans collaboration véritable sur le terrain scolaire. L'équipe du REL pourrait répondre à la demande de ces enseignants en proposant d'analyser avec eux le problème posé pour mobiliser les ressources internes et externes qui permettront de le résoudre.

Dans l'intérêt des jeunes lycéens, le REL pourrait contribuer à la formation des personnels des lycées dans les domaines de la prévention, de l'orientation et de l'aide aux élèves en grande difficulté (il participe d'ailleurs à la formation de la DAFPEN). L'extension des consultations du REL ne saurait se concevoir sans une évaluation systématique des interventions ni sans le renforcement du travail en réseau des différents domaines concernés (structures sanitaires spécifiques aux adolescents, médecins de famille, services sociaux, CIO, etc.).

"Ce dispositif singulier qu'est le REL permet, par une réflexion commune au-delà de la diversité des positions idéologiques, un questionnement nouveau de l'adolescent sur ses enjeux existentiels, familiaux et scolaires. L'objectif de notre intervention est d'autoriser cet adolescent à se positionner de manière active face à des échéances qu'il vivait jusque-là comme une fatalité."2

Le REL pourrait, en sa qualité de structure préventive, devenir un élément constitutif des cellules de veille éducative s'appuyant "sur les compétences des différents partenaires de l'action éducative : parents, enseignants mais aussi associations et élus en les mettant en réseau, sans confusion des responsabilités et des rôles de chacun."

"Si la veille éducative intéresse l'ensemble du territoire national, elle doit être développée en priorité en direction des jeunes des quartiers en difficulté."

"Les travaux de la cellule de veille éducative doivent être conduits en liens étroits avec ceux menés dans le cadre du contrat éducatif local, du conseil communal de prévention de la délinquance, des comités d'éducation à la santé et à la citoyenneté ou du contrat local de sécurité... Mais, à la différence des autres instances ou programmes, il s'agit bien ici de traiter des situations individuelles de jeunes."3

Dans ce cas, serait-il utopique d'envisager que des structures semblables soient mises en place pour les collégiens qui traversent eux aussi des passages périlleux, l'école n'ayant jamais eu pour mission, à elle seule, de prévenir, soigner et éduquer.

Relais étudiants lycéens

    Le REL a obtenu en mai 2002 la mention spéciale du prix de l'Innovation hospitalière
    Jusqu'en mars 2003 : 2 rue Paulin-Enfert 75013 Paris
    Puis, ensuite : 27 rue des Cordelières 75013 Paris,tél. : 01 45 83 89 15 - fax : 01 53 60 07 89

(1) Robillard C., Monchablon D., Allenbach C., "Accueil pluridisciplinaire des lycéens parisiens en difficulté", in Réadaptation n° 451, juin 1998.

(2) Ibidem.

(3) BO n° 8 du 21 février 2002.

Argos, n°31, page 48 (02/2003)
Argos - Actions méconnues à multiplier