Séquence de travail : "Bourreaux et victimes" dans la tragédie et dans la comédie

Textes retenus

  • Racine : Iphigénie, acte IV, scène 4.
  • Racine : Britannicus, acte II, scènes 3 à 8.
  • Molière : Tartuffe, acte IV, scène 5.

Durée

Environ 4 semaines.

Prérequis

  • Vocabulaire du théâtre.
  • Mise en scène.
  • Caractéristiques de la comédie.
  • Principaux procédés comiques.
  • Éventuellement, perspectives sur l'histoire du théâtre.

Objectifs

En termes de connaissances

  • Acquisition de la notion de tragique.
  • Caractéristiques de la tragédie classique et du langage des personnages tragiques.
  • Approche de la notion de mythe et perspectives historiques sur la réécriture des mythes.
  • Appropriation du vers racinien, première approche des oeuvres de Racine.
  • Mise en valeur des différences entre le registre tragique et le registre comique.
  • Notions sur le jeu des acteurs, les mouvements, etc.

En termes de compétences

  • Développement d'une implication personnelle dans le jeu.
  • Sensibilisation au rôle des espaces, des regards, des objets, des gestes, des mouvements.
  • Aisance dans la profération de l'alexandrin.
  • Développement des capacités d'analyse du texte de théâtre, notamment des tragédies raciniennes.

Sur le plan du sujet

  • Explorer sans danger, à travers les personnages, des façons d'être, des émotions, l'expression de certains sentiments, des situations, les vivre et les faire vivre, s'exprimer à travers eux.

Mise en oeuvre

Séance 1 : sensibilisation à l'univers tragique (1 ou 2 h)

  • Selon le choix de chacun et présentation de la malédiction des Atrides (document généalogique).
  • Travail sur l'alexandrin et l'écriture racinienne (vocabulaire + syntaxe).

Séance 2 : découverte de la séquence (1 h 30)

  • Cercle de profération des répliques pour faire découvrir la problématique de la séquence et du sujet de chaque pièce (vers significatifs de chaque pièce choisis par l'enseignant, élèves en cercle, chacun adresse un vers à un autre élève pour que les élèves puissent reconstituer les deux histoires).
  • Émission d'hypothèses sur le sujet de chacune des deux pièces.
  • Recherche de la problématique commune aux deux pièces.
  • Titre trouvé et résumé des fables complété et noté.
  • Extrait d'Iphigénie (texte réduit) à compléter par ses rimes clés qui ont été masquées.
  • Donner les mots supprimés par ailleurs.

Séance 3 : étude de l'extrait d'Iphigénie (1 à 3 h)

  • Première lecture du texte (version réduite).
  • Éléments d'explication.
  • Phase de mise en scène muette (théâtre-image, mimes ou mises en espace muettes, travail sur la gestuelle et le mouvement, passages de 3 minutes par groupes de trois ou quatre, après une préparation de 5 minutes).
  • Pour le lycée, lecture analytique classique, à partir du texte non réduit.
  • En lycée professionnel et en lycée général, séance d'improvisation à partir des situations proposées à l'imitation de celle d'Iphigénie ou variante lycée : rechercher des situations où un père impose à sa fille (son fils) un choix contre sa volonté.
  • Les faire jouer en improvisation.

Séance 4 : comparaison avec l'Iphigénie d'Euripide (1 h).

  • Méthode au choix de l'enseignant, en lycée.

Séance 5 : Britannicus (3 à 6 h)

  • Première lecture oralisée : découverte du texte, modalité à déterminer pour chacun.
  • Mise en jeu (séance filmée, travail en demi groupe) : constitution de groupes de six comportant deux Junie, deux Néron, deux Britannicus (texte allégé pour le jeu, vers importants en gras, les autres présents).
  • Méthode : dans les groupes, répliques partagées entre deux acteurs.
  • Consignes : travailler la gestuelle, les mouvements, les déplacements, le ton.
  • Préparation de 20 minutes.
  • Jeux filmés.
  • Phase d'analyse du jeu (filmée également).
  • Commentaire de texte guidé par des questions pour les classes de BEP ou lecture analytique de la scène 6 seulement, mais dans son intégralité.

Axes : une situation tragique, "une triple énonciation". (1 h en BEP, 2 h en seconde polyvalente).

Séance 6 : Tartuffe (2 à 6 h)

  • Contexte de la pièce à expliciter.
  • Découverte du texte en lecture oralisée.
  • Tableau de comparaison avec Britannicus à remplir.
  • Jeu sans texte, à partir simplement de la compréhension de la situation.
  • Improvisations verbales avec gestes en sous-groupes de trois (préparation 15 min., jeu 5 min.).
  • Étude de texte selon trois axes : le mouvement de la scène et la stratégie d'Elmire ; le faux dévot dévoilé par son langage ; les procédés du comique, notamment le jeu sur le double sens du langage.

Séance 7 : conclusion (1 à 2 h)

  • Conclusion sur le registre tragique, ses caractéristiques, ses différences avec le registre comique.
Argos, n°41, page 19 (12/2006)
Argos - Séquence de travail