Actualité

Tadjikistan : il reste du Rahmon ?

À l'instar de François Hollande, le président tadjik Emomali Rahmon a fait de la jeunesse l'un des engagements majeurs de son mandat (il est à la tête du pays depuis vingt ans). Et de la lutte contre le chômage, sa priorité. Il a donc désigné sa fille Ozoda comme ministre-adjoint aux affaires étrangères. Et même premier adjoint depuis le 15 mai, précise Radio Free Europe. En même temps, il a nommé son gendre, Ashraf, consul général en Fédération de Russie. La semaine précédente, il avait confié à son neveu Sirojiddin, le poste de chef du service des impôts dans la province méridionale de Khatlon. Quant à son fils Rustam, il s'est vu propulser fin 2013 à la direction du service national des douanes. C'est important de pouvoir faire confiance aux gens à qui l'on remet des clés du pays. Celles des coffres, entre autres.

Alternatives Internationales, n°63, page 25 (06/2014)
Alternatives Internationales - Tadjikistan : il reste du Rahmon ?