Lectures
Le grand jeu. Chroniques géopolitiques de l'eau
par Franck Galland.
CNRS Éditions(192 p. , 20 euros)

Dirigeant d'un cabinet d'ingénierie-conseil, spécialiste de l'eau, Franck Galland propose une "traversée d'est en ouest", de la Chine à l'Algérie, en passant par l'Iran, les pays du Golfe, le Yémen, l'Éthiopie, le Soudan du Sud, la Jordanie, l'Égypte, la Syrie et la Libye. À chaque fois, il établit un diagnostic sur l'état de l'eau et énumère les objectifs que se fixe le gouvernement. Partout la consommation d'eau augmente aussi bien pour satisfaire l'agriculture, mais aussi l'urbanisation et avec elle, celle de l'énergie nécessaire à son traitement et au fonctionnement de ses infrastructures. Une pluviométrie médiocre, un ensoleillement favorisant l'évaporation, des fleuves mal alimentés, bref des conditions peu favorables à une autonomie en eau et souvent proches du "stress hydrique", obligent ces pays à "la recharge artificielle des nappes", au dessalement (soit par "osmose inverse", soit par dessalement thermique), à un meilleur réseau sans fuite (35 % de perte en Libye !), à la construction de barrages (Chine). Les technologies deviennent de plus en plus performantes (dessaler 1 m3 d'eau de mer coûtait entre 5 et 10 dollars il y a vingt ans en Arabie saoudite, entre 0,8 et 1 dollar aujourd'hui), la Chine et Israël sont à la pointe de ce secteur et exportent leur savoir-faire, aux côtés de grandes firmes comme Veolia et Suez. L'auteur mise sur "les ingénieurs et techniciens de l'eau" et sur les gouvernants pour assurer à chaque Terrien sa part d'eau. Curieusement il n'évoque aucun changement dans la manière de cultiver et d'irriguer les terres, pas plus qu'il ne s'attarde sur les formes de l'urbanisation et sur des changements de modes de vie qui pourraient contribuer à une diminution de la consommation d'eau.

Thierry Paquot

Alternatives Internationales, n°63, page 76 (06/2014)
Alternatives Internationales - Le grand jeu. Chroniques géopolitiques de l'eau