Actualité

Monténégro : le clergé ne peut plus le voir en peinture

On a beau être habitué au perchoir, ça fait drôle de se retrouver assis entre Karl Marx et Friedrich Engels. Surtout dans les hauteurs d'une église. Aucun doute pourtant, selon Balkan Insight : le personnage peint à son corps défendant sur une fresque qui orne l'Église de la résurrection de Podgorica est bien le président du Parlement monténégrin, Ranko Krivokapic. Et l'emplacement ne doit rien au hasard. Le patron des députés est représenté dans le carré des pécheurs destinés à rôtir en enfer pour avoir manifesté de la haine à l'endroit de l'Église, ont expliqué les responsables du clergé orthodoxe (dont plusieurs défunts patriarches sont peints côté saints). Ranko Krivokapic a fâché les autorités spirituelles en visant leurs biens matériels : à ses yeux, les bâtiments détenus par l'Église orthodoxe appartiennent en réalité au peuple monténégrin.

Alternatives Internationales, n°62, page 24 (03/2014)
Alternatives Internationales - Monténégro : le clergé ne peut plus le voir en peinture