Agir

Philippines : et maintenant, place à la reconstruction

Qui se souvient que le 8 novembre dernier, l'archipel des Philippines était dévasté par le typhon le plus puissant de l'histoire ? Hayian (rebaptisé Yolanda localement) a causé la mort de 2 500 personnes, bouleversé la vie de 15 millions de déplacés et détruit des villes entières. Aujourd'hui, des milliersde victimes vivent encore dans des abris de fortunes et dépendent de l'aide humanitaire. Soins médicaux, soutien psychologique, distributions de nourriture, reconstruction de logements sont assurés quotidiennement par les personnels des ONG internationales, quasiment toutes actives sur place, dans des conditions logistiques difficiles. Si la présence des ONG est encore massive, le spectre d'un Haïti bis (où elles sont restées à force de pallier les manquements de l'État) semble écarté. En effet, l'État philippin est plus efficient dans la répartition de l'aide et la reconstruction des infrastructures (routes, écoles, hôpitaux).

Alternatives Internationales, n°62, page 65 (03/2014)
Alternatives Internationales - Philippines : et maintenant, place à la reconstruction