Lectures
Pour une planète équitable. L'urgence d'une justice globale
par Marie Duru-Bellat.
Seuil (112 p., 11,80 euros)

On connaissait Marie Duru-Bellat, sociologue de l'éducation, analysant les inégalités sociales et sexuées à l'école. On la découvre aujourd'hui en philosophe des inégalités mondiales. En effet, dans cet ouvrage, intelligible, dense et concis, elle s'interroge sur les raisons qui nous poussent à nous indigner pour des événements anecdotiques, "des faits divers", mais à détourner le regard devant la faim et la "pauvreté d'existence" grandissante dans le monde. Pour ce faire, l'auteure commence sa démonstration par un tour d'horizon des inégalités et surtout de leur mesure, qui est tout sauf objective. Par exemple, le niveau de revenu, en apparence neutre, est en fait un indicateur biaisé puisqu'on ne fait pas la même chose avec un dollar aux États-Unis ou au Congo. S'en suit une analyse des analyses de la mondialisation, de ses effets positifs ou non, et un rappel des méfaits des inégalités qui, à force d'augmenter, ébranlent la démocratie et la cohésion sociale. Là où le livre trouve son originalité et son intérêt, c'est quand l'auteure fait le lien entre justice et écologie. Selon elle, dans un monde définitivement interdépendant, l'écologie (thème planétaire par excellence) est la voie royale vers la justice globale (un monde plus égalitaire). Marie Duru-Bellat ne se fait aucune illusion sur sa réflexion programmatique, elle sait que cela ne se fera pas du jour au lendemain. Mais son livre a le mérite d'appeler à l'action car, écrit-elle, "plus nous sommes inégaux, plus il sera difficile de nous mettre d'accord pour réduire les inégalités".

Serge Cordellier

Alternatives Internationales, n°62, page 76 (03/2014)
Alternatives Internationales - Pour une planète équitable. L'urgence d'une justice globale