Lectures
Les Afriques au défi du XXIe siècle
par Georges Courade.
Belin (320 p., 26 euros)

Est-ce parce que l'auteur - géographe à l'Institut de recherches pour le développement (IRD) - se méfie des "experts-voyants" ? Toujours est-il que plutôt que d'asséner ses "vérités", il a composé l'ouvrage comme une fresque impressionniste à multiples entrées. Sa "lecture géopolitique de l'avenir" sur le continent noir prend la forme d'un tableau foisonnant. Une quasi-certitude : les Subsahariens qui n'étaient que 180 millions en 1950 (et 7 % des habitants de la planète) seront 1,9 milliard en 2050 (et 20 % des humains). Des doutes subsistent quant à la transition démographique, car "la meilleure pilule reste le développement qui ouvre la voie à la planification des naissances". Georges Courade s'inquiète de l'actuel désordre foncier, aggravé par la ruée sur les terres arables d'investisseurs étrangers. "Dans le village de brousse le plus reculé, se procurer aujourd'hui de l'or est moins compliqué que d'acquérir légalement une parcelle à cultiver." Il évoque aussi les prédateurs miniers et la difficulté des pays africains à négocier des contrats équitables avec les multinationales. Ainsi, déplore-t-il, "le cuivre extrait par les Chinois, Indiens et Occidentaux n'assure à la Zambie que 10 à 15 % de ses rentrées fiscales." La conclusion rassemble quelques idées-forces. Même traversée de dynamiques contradictoires, l'Afrique s'affirmera sur la scène mondiale, si elle consolide notamment son secteur manufacturier et sait éviter de redoutables chausse-trapes comme l'instrumentalisation de l'ethnie ou de la religion.

Yves Hardy

Alternatives Internationales, n°62, page 76 (03/2014)
Alternatives Internationales - Les Afriques au défi du XXIe siècle