Actualité

RDC : un éléphant, ça casse énormément

Ils n'étaient qu'une cinquantaine, mais ils ont tout dévasté. Des champs de manioc et de canne à sucre, des bananeraies, des palmeraies y sont passés, raconte l'agence Syfia Grands Lacs. Et leur nombre a grossi. Depuis plusieurs semaines, des troupeaux d'éléphants ravagent des villages katangais. Ils ont quitté leur territoire habituel, les parcs de Kundelungu et de l'Upemba, en quête de pâturages verts qui se font rares pendant cette saison sèche. Des milliers d'habitants ont fui devant l'avancée des pachydermes. L'Institut congolais pour la conservation de la nature est prêt à refouler en douceur les éléphants, mais cela demande de gros moyens. Des moyens qui, comme les pâturages, se font plus rares depuis que les touristes ont déserté les parcs en raison de l'insécurité dans le pays.

Alternatives Internationales, n°60, page 22 (09/2013)
Alternatives Internationales - RDC : un éléphant, ça casse énormément