Agir

La coopération selon Paris

Au coeur de l'été, le gouvernement a redéfini les priorités de la France en matière de coopération et d'aide au développement. Dorénavant, affirme Matignon, l'action de la France - quatrième contributrice mondiale avec un budget de 3,1 milliards d'euros, soit 10 % de l'aide totale - aura pour cadre principal la lutte contre l'extrême pauvreté et la promotion du développement durable. L'aide sera concentrée à hauteur de 85 % dans les pays de la Méditerranée et d'Afrique subsaharienne. Dans le reste du monde, en Asie et en Amérique latine notamment, Paris n'interviendra plus en son nom propre, mais tentera de nouer des partenariats avec d'autres États. La France aidera principalement des projets dans les domaines de la santé, de l'agriculture et de l'enseignement supérieur. La moitié des projets financés devront inclure la question de la lutte contre le réchauffement climatique et devront favoriser l'égalité entre hommes et femmes. Enfin, sans trop préciser la façon dont il va s'y prendre, le gouvernement compte encourager les multinationales à "une meilleure responsabilisation vis-à-vis de leurs filiales et de leurs fournisseurs situés dans les pays en développement".

En savoir plus

  • Les décisions du Comité interministériel de la coopération internationale et du développement (Cicid) : [http://goo.gl/3vsa2v]
Alternatives Internationales, n°60, page 64 (09/2013)
Alternatives Internationales - La coopération selon Paris