Agir

République centrafricaine : un autocrate sanguinaire en chasse un autre

Michel Djotodia disait vouloir prendre le pouvoir pour mettre fin aux nombreuses exactions et violations des droits de l'homme commises par le président non-élu Michel Bozizé. Las, après un coup d'État sanglant, qui s'est soldé par des viols, des pillages et des assassinats en série, le nouvel homme fort de la République centrafricaine semble avoir remisé ses intentions pures au placard. Depuis cinq mois, le pays est à feu et à sang, et ce dans l'indifférence générale, dénonce Human Rights Watch. Le chef du mouvement de la Séléka demande à ses hommes de traquer les membres de l'ancienne armée nationale, de tuer leurs femmes et enfants, et de brûler leurs maisons, dans la capitale Bangui, mais aussi dans le reste du pays. Résultat, la situation humanitaire est catastrophique : populations déplacées, sans accès à l'eau, à la nourriture et aux soins... "Une crise aiguë s'est superposée à une urgence chronique" dans un pays complètement oublié des bailleurs de fonds, fustige Médecins sans frontières.

En savoir plus

Alternatives Internationales, n°60, page 65 (09/2013)
Alternatives Internationales - République centrafricaine : un autocrate sanguinaire en chasse un autre