Editorial

Le XXIe siècle commence

Etat de la mondialisation 2009 est le fruit, pour la sixième année consécutive, d'une collaboration parfaite entre le Céri et Alternatives internationales. Si la formule a changé, le nombre de pages ayant augmenté et la première partie offrant des analyses transversales alors que la seconde multiplie les coups de projecteur régionaux ou nationaux, l'esprit reste le même : décrypter les enjeux du système international tant dans l'ordre politique qu'économique et social.

A cet égard, 2009 accentuera sans doute le tournant amorcé avec la crise financière. Celle-ci confirme en effet l'essor des pays émergents, de trois manières au moins : morale, économique et politique. Si les Occidentaux avaient pu s'ériger en donneurs de leçons lors de la crise asiatique de 1997, c'est à leur tour de boire la tasse et aux émergents de leur fairela morale. En octobre 2008, lors du troisième forum Inde-Brésil-Afrique du Sud, le ministre indien du commerce, Kamal Nath, a renversé les rôles avec dé­lectation : "Ceux qui nous ont enseigné les meilleures recettes financières ont été inca-pables de sauver leur propre système."Au-delà de ce nouveau rapport de force moral, la crise financière exercera sans doute à moyen terme un effet de catalyse dans le basculement du monde qui se dessine depuis la fin du XXe siècle. Au plan économique, les prévisions de croissance du FMI laissent apercevoir une Europe et des Etats-Unis en récession quand les pays émergents résistent bien, du fait notamment d'une demande intérieure encore vigoureuse - ou "dopable", en Chine, étant donné les marges de manoeuvre budgétaires dont dispose le pays. En outre, du fait de leurs abondantes liquidités, les multinationales et les fonds souverains des pays émergents vont être en mesure de faire leur marché parmi les entreprises occidentales victimes de la crise.

Sur un plan plus politique, le caractère désormais incontournable des pays émergents ressort d'ores et déjà de la décision des grandes puissances de lesassocier à la refonte du système financier international. Cette démarche sans pré­cédent devrait préfigurer un élargisse-ment significatif du G8, voire une réforme du Conseil de sécurité de l'ONU.

Face à l'adversité, l'Occident est appelé à serrer les rangs. La crise financière a montré une Union européenne agissant d'abord en ordre dispersé puis solidaire dans l'épreuve, au point d'élargir un sommet de la zone euro à un Royaume-Uni mieux représenté que jamais dans les débats européens. Serait-ce la fin du chacun pour soi auquel la pénurie - souvent mauvaise conseillère - incite pourtant ? L'UE aura bien des occasions, en 2009, de manifester sa capacité de rebond après l'enlisement du traité de Lisbonne, notamment à travers les élections européennes de juin 2009.

Cette Europe entre crise et renaissance trouvera à la Maison Blanche un locataire qui ne devrait plus poursuivre dans la stratégie unilatéraliste de son prédécesseur, d'ailleurs revenu à de meilleurs sentiments depuis quelques années. L'arrivée de l'administration Obama pourrait faciliter la coordination entre Occidentaux, sauf à propos de dossiers aussi épineux que l'Afghanistan - où les Européens risquent de se trouver en difficulté, si les Américains leur demandaient d'envoyer de nouvelles troupes. Là encore, l'alliance transatlantique devra sans doute davantage qu'avant compter avec le reste du monde et solliciter l'aide d'armées supplé­mentaires, comme c'est déjà le cas dans le cadre onusien.

Si la compétition entre les pays émergents et l'Occident est susceptible de se mâtiner de collaboration sur des théâtres d'opération extérieurs, il ne faut pas non plus exclure la mise en oeuvre de stratégies du "diviser pour mieux régner". Washington s'est lancé dans ce type d'opération en 2008 en offrant à l'Inde une collaboration hors du commun en matière de nucléaire civil afin de consolider un partenariat stratégique par lequel il espère faire contrepoids à la Chine. L'étape suivante visera peut-être à enfoncer un coin dans la coalition des pays émergents à l'OMC...

Alternatives Internationales (hors série), n°06, page 5 (02/2009)
Alternatives Internationales - Le XXIe siècle commence