Lectures
Droits humains en Russie.. Résister pour l'état de droit
Par Amnesty International.
Autrement (144 p., 10 euros).

Ce livre à l'écriture soignée et aux messages clairs fait appel aux chercheurs d'Amnesty International, mais aussi à des journalistes du Monde et de Radio France Internationale, ainsi qu'à deux experts russes. Natalie Nougayrède, du Monde, situe aux années 2003 et 2004 le basculement du pouvoir russe dans l'autoritarisme. Le conflit en Tchétchénie, et plus généralement dans le Caucase du Nord, n'a pas provoqué cette évolution, il lui a plutôt servi de prétexte. La liberté d'expression a été mise à mal, par des entraves bureaucratiques à l'action des organisations de la société civile, mais aussi par le recours aux éliminations physiques (assassinats de quatre journalistes du bihebdomadaire Novaïa Gazeta, où travaillait Anna Politkovskaïa, ainsi que d'avocats et de militants des droits de l'homme parmi les plus en vue). La xénophobie, largement tolérée par des dirigeants qui y trouvent leur compte, s'épanouit dangereusement. La toute-puissance du parquet permet l'impunité des auteurs de crimes racistes, des assassins de dissidents et des tortionnaires. Condamnée plus de cent fois par la Cour européenne des droits de l'homme, la Russie indemnise les victimes mais s'abstient de poursuivre les coupables, aidée en cela par les Etats membres du Conseil de l'Europe qui répugnent à employer les moyens de pression à leur disposition. Amnesty International dénonce cette faiblesse et propose d'aller " au-delà de l'indignation ", pour " comprendre et agir ".

Robert Parier

Alternatives Internationales, n°46, page 76 (03/2010)
Alternatives Internationales - Droits humains en Russie.. Résister pour l'état de droit