Lectures
Humanitaire, diplomatie et droits de l'homme
Par Rony Brauman.
Editions du Cygne (246 p. 25 euros).

L'ouvrage regroupe des articles publiés entre 1988 et 2009, dont plusieurs chroniques parues dans Alternatives Internationales. La mosaïque compose une fresque stimulante, car l'auteur pourfend les illusions avec entrain. L'ancien président de Médecins Sans Frontières fixe d'emblée les limites de toute " morale de l'urgence ". " Si le discours humanitaire prétend au statut de discours explicatif global, insiste-t-il, il dérape vite dans l'humanitarisme. " Rony Brauman porte aussi le fer dans la plaie - au Cambodge, en Ethiopie, au Rwanda, au Congo-Zaïre -, là " où le mouvement humanitaire a été mêlé à des politiques criminelles ". Il affirme sa défiance à l'égard du devoir d'ingérence, car alors l'avant-garde civile précède souvent de peu l'arrivée des troupes. Ce fut le cas en Somalie. Sur ce même théâtre d'opérations, les organisations humanitaires ont malmené leurs principes en recrutant des gardes armés. " L'argent consacré à ce dispositif de protection alimentait l'économie de guerre ", pointe l'auteur. En Bosnie, en 1992, les politiques ont caché leur impuissance face aux nettoyages ethniques en s'abritant derrière les convois humanitaires, " nouvel euphorisant administrable par perfusion télévisée ". Enfin, la dictature de Kagame au Rwanda ou la politique coloniale d'Israël nous rappellent que " le monde n'offre aucun modèle moral, où les victimes d'hier seraient prémunies contre la tentation d'être les oppresseurs d'aujourd'hui. " Au final, un plaidoyer en faveur d'un engagement modeste, lucide, au plus près des besoins des populations. Sans prétendre vouloir sauver l'humanité.

Yves Hardy

Alternatives Internationales, n°46, page 78 (03/2010)
Alternatives Internationales - Humanitaire, diplomatie et droits de l'homme