Lectures
L'Afrique en face : dix clichés à l'épreuve des faits
Par Vincent Hugeux.
Armand Colin (192 p., 16 euros).

Jean-Michel Severino a passé neuf ans à la tête de l'Agence française de développement. Avec son collaborateur Olivier Ray, il ne croit ni aux discours sur les perversités intrinsèques de l'aide ni à ceux sur " l'homme africain " et ses caractères historiques, géographiques ou culturels qui lui interdiraient tout développement. La principale thèse des auteurs du Temps de l'Afrique est que les conditions d'un décollage du " sous-continent " (l'Afrique subsaharienne) sont enfin réunies pour deux raisons. D'une part, l'essor démographique africain atteint un tournant : il produit des densités de population autorisant enfin la mise en place d'infrastructures économiquement viables. Et, d'autre part, le taux de dépendance (nombre d'actifs rapporté aux inactifs) rejoint aujourd'hui celui qu'avaient atteint les pays d'Asie de l'Est au début de leur décollage économique. Enfin, les " ajustements structurels " entamés dans les années 1980, si douloureux, voire néfastes, produisent enfin quelques effets positifs.

Vincent Hugeux, grand reporter à L'Express, ne se veut quant à lui ni afro-pessimiste ni afro-optimiste. Pour aborder les idées reçues sur le continent africain, il oppose les arguments d'un Candide et d'un Cassandre avant d'ajouter ses propres conclusions " afro-réalistes ". Dans un style savoureux, il rejoint parfois Severino et Ray, notamment sur le défi environnemental et sur le piège de l'économie de rente. La principale menace pour la région se situe du côté des " Etats rentiers en décomposition ", devenus prédateurs de leur propre population.

Pierre Barrot

Alternatives Internationales, n°47, page 76 (06/2010)
Alternatives Internationales - L'Afrique en face : dix clichés à l'épreuve des faits