Lectures
Vivre avec le sida après l'apartheid
Par Frédéric Le Marcis.
Karthala (192 p., 24 euros).

En Afrique du Sud, 16,2 % des 15-49 ans sont atteints du sida. Un chiffre qui recouvre des inégalités criantes, prolongeant celles de l'apartheid : 0,5 % des Blancs sont concernés, contre 20 % des Noirs. Au-delà du tableau épidémiologique, Frédéric Le Marcis décrit cette réalité au quotidien. Son enquête auprès de malades vivant dans les townships d'Alexandra et de Soweto révèle combien le sida transforme en profondeur la société.

L'anthropologue explore tout particulièrement les enjeux économiques de l'épidémie : lutte pragmatique pour la survie impliquant une réorganisation de la famille, souscription par les malades d'assurance-décès plus ou moins informelles destinées à couvrir les frais de leurs funérailles, mais aussi participation à des groupes de soutien au sein desquels ils espèrent acquérir une formation professionnelle, tout en bénéficiant parfois d'un revenu. Une façon aussi pour eux de dire leur séropositivité. Frédéric Le Marcis souligne en effet cette volonté des malades de briser les tabous qui entourent le sida, et évoque les campagnes de prévention organisées lors des enterrements, alors que les diagnostics de sorcellerie sont encore monnaie courante.

Sophie Blitman

Alternatives Internationales, n°48, page 77 (09/2010)
Alternatives Internationales - Vivre avec le sida après l'apartheid