Lectures
Politique de la terre et de l'appartenance. Droits fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud.
Sous la dir. de Jean-Pierre Jacob et de Pierre-Yves Le Meur.
Karthala (432 p., 29 euros).

Des Tay du nord-ouest du Vietnam aux populations des hautes terres de l'extrême sud de Madagascar en passant par les agriculteurs migrants du nord-ouest du Zimbabwe ou les Adivasis du Kerala, en Inde, les contributions de cet épais volume donnent à découvrir notre monde pluriculturel. Cet ouvrage savant explique comment, au sein de nombreuses communautés du Sud, une " citoyenneté locale " s'élabore en lien avec les modalités d'occupation et d'exploitation de la terre, sur un mode conflictuel ou pacifique.

Le lecteur ne sera pas peu surpris de voir que l'appartenance à une même lignée n'est pas un gage de solidarité et qu'inversement, bien des communautés font preuve d'une capacité intégratrice de nouveaux venus.

Au-delà, les études réunies dans cet ouvrage montrent comment cette citoyenneté locale s'articule plus ou moins avec la citoyenneté formelle édictée par les Etats. En creux, elles aident à mieux percevoir les défis que pose le primat de l'économie marchande : en déterritorialisant les relations d'échange, ne met-elle pas à mal les liens tissés au fil du temps ?

La décision - passée inaperçue - de la Bolivie de favoriser la constitution de gouvernements locaux indigènes gérant des territoires en propriété collective prend alors tout son sens : elle vise justement à permettre aux acteurs locaux de définir eux-mêmes leurs rapports économiques, en lien avec des droits garantis par des formes de citoyenneté aussi bien locale que nationale.

Sylvain Allemand

Alternatives Internationales, n°48, page 78 (09/2010)
Alternatives Internationales - Politique de la terre et de l'appartenance. Droits fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud.