Lectures
Vie quotidienne et pouvoir sous le communisme. Consommer à l'Est
Sous la dir. de Nadège Ragaru et d'Antonela Capelle-Pogacean.
Karthala (464 p., 29 euros).

Lors des commémorations de la chute du Mur de Berlin, les pays d'Europe de l'Est ont été présentés comme un ensemble homogène et gris durant l'ère communiste, dont les populations ont été attirées par les lumières des magasins remplis de l'Ouest. Pourtant, entre 1945 et 1989, il y eut des politiques d'Etat visant à promouvoir la consommation, diverses pratiques individuelles, et des liens complexes entre les pouvoirs et les sociétés autour des enjeux matériels et symboliques de la consommation. Ouvert par une introduction brillante, cet ouvrage collectif rassemble des monographies d'auteurs internationaux qui font voler en éclat bien des idées reçues sur les régimes en place.

Les auteurs montrent que chaque pays communiste avait sa spécificité, d'une RDA qui a voulu abolir la marchandisation des échanges en instaurant la gratuité de nombreux biens et services et en réduisant le rôle de la monnaie (ce qui a conduit les Allemands de l'Est à faire du Deutsche Mark leur valeur refuge), à la Roumanie où les Ceausescu ont obligé la population à se serrer la ceinture pour rembourser la dette. La chronologie est complexe également, des années difficiles de l'après-guerre à la crise des années 1980 en passant par des années 1970 assez prospères. De même, les auteurs mettent en valeur les maints arrangements de l'économie informelle et de la contestation politique, qui ont permis aux pouvoirs de laisser respirer les sociétés. Un livre salutaire pour ne pas caricaturer le passé et mieux comprendre le présent.

Pierre Grosser

Alternatives Internationales, n°48, page 80 (09/2010)
Alternatives Internationales - Vie quotidienne et pouvoir sous le communisme. Consommer à l'Est