Lectures
La France peut-elle encore agir sur le monde ?
Par Frédéric Charillon.
Armand Colin (190 p., 20 euros).

Le titre de cet ouvrage pourrait inciter à la méfiance : s'agit-il d'un nouveau traité de " déclinologie " ? Ce genre est en effet trop souvent associé à la seule attitude nostalgique vis-à-vis d'une grandeur passée, ou encore à des comparaisons internationales défavorables, sans aider nécessairement à penser de façon positive une identité et une action de la France dans le cadre de la mondialisation. Tel n'est pas le cas ici, au contraire, car le propos s'éloigne rapidement de la question du rang pour aborder concrètement les conditions d'efficacité d'une politique extérieure dans un monde globalisé où les Etats n'ont plus le monopole de l'action internationale.

Le constat est bien que cette efficacité ne dépend plus pour la France du maintien du deuxième réseau diplomatique mondial derrière les Etats-Unis : cette présence globale dont le coût est de plus en plus difficilement supportable gagnerait sûrement à être assurée en partie au niveau européen, conformément à la vocation du service européen pour l'action extérieure créé par le traité de Lisbonne.

Derrière cette question technique et financière s'en trouve pourtant une plus fondamentale, celle de l'articulation entre une politique extérieure française et une politique extérieure européenne. Pour cela, l'auteur invite à un changement de culture de la diplomatie française, dans un monde où le " soft power ", la capacité à convaincre et à rassembler autour d'objectifs communs, est porteuse à la fois de sens et d'efficacité.

Paul Coustère

Alternatives Internationales, n°48, page 80 (09/2010)
Alternatives Internationales - La France peut-elle encore agir sur le monde ?