Lectures
Les bannières de la révolte. Anarchisme, littérature et imaginaire colonial
Par Benedict Anderson.
La Découverte (262 p., 26 euros).

Historien de l'imaginaire national, spécialiste de l'Asie du Sud-Est, Benedict Anderson, Britannique né en Chine en 1936, s'intéresse ici principalement à trois Philippins : Isabelo de los Reyes (1864-1938), fondateur de l'anthropologie dans son pays, José Rizal (1861-1896), médecin et linguiste (il maîtrisait plus de vingt langues !) qui a publié en 1891 à Gand un étonnant roman, El Filibusterismo, et Mariano Ponce (1863-1918), organisateur du mouvement nationaliste. Tous les trois deviendront des figures majeures de l'anticolonialisme philippin. Ils ont voyagé dans de nombreux pays d'Europe, à Cuba ou au Japon et se sont nourris de la pensée anarchiste, qui à la fin du XIXe siècle connaît une vogue internationale et s'exprime tant par la publication de journaux libertaires que par des assassinats d'hommes d'Etat (plus d'une douzaine entre 1894 et 1914). Le tagalog n'étant guère lu, ils optent pour d'autres langues (l'anglais, l'allemand, le castillan et aussi, parfois, le français), fréquentent les artistes contestataires des pays où ils résident, se dotent d'une solide culture livresque, débattent et surtout se font passeurs d'un continent à un autre, contribuant ainsi à un " imaginaire anticolonial " qui repose sur la valorisation d'une culture locale trop souvent étouffée par une conception du monde propre aux dominants. Texte pas toujours aisé à lire, trop touffu peut-être, mais d'une rare originalité dans la méthode. Le décentrage que pratique l'auteur oblige à reconsidérer l'économie-monde capitaliste de la fin du XIXe siècle, à partir de ses marges littéraires, politiques, esthétiques. Et à réinterpréter l'oeuvre d'un Huysmans, d'un Fénéon ou encore d'un Clemenceau.

Thierry Paquot

Alternatives Internationales, n°42, page 80 (03/2009)
Alternatives Internationales - Les bannières de la révolte. Anarchisme, littérature et imaginaire colonial