Actualité

Argentine : victimes de la dictature, elles volent la république

Les disparus argentins doivent se retourner dans leur tombe. Alors que les Mères de la Place de Mai se mobilisent depuis 35 ans pour que la vérité soit faite sur les crimes de la dictature, la justice vient leur demander des comptes. L'un des responsables de l'association est accusé d'avoir détourné des fonds publics, attribués aux Mères pour la construction de logements sociaux et de s'être acheté une luxueuse maison, un yacht, une voiture de sport, des avions... La propre fille de Hebe de Bonafini, la présidente de l'association, a été mise en examen. Grâce aux subventions versées par le président Nestor Kirchner, puis par son épouse Cristina qui lui a succédé, les " Mères " sont devenues une puissante fondation qui emploie plus de 6 000 personnes.

Alternatives Internationales, n°55, page 25 (06/2012)
Alternatives Internationales - Argentine : victimes de la dictature, elles volent la république