Lectures
Les débordements de la mer d'Aral. Une sociologie de la guerre de l'eau
par Raphaël Jozan.
PUF, coll. " partage du savoir " (220 p., 22 euros).

Le drame de la mer d'Aral est connu. Cet immense lac d'Asie centrale ex-soviétique (le quatrième au monde en 1960) à la charnière de l'Ouzbékistan et du Kazakhstan a été réduit comme peau de chagrin par une politique d'irrigation sans mesure pour développer la monoculture du coton. Loin des poncifs répétés en boucle sur cette tragédie, ce livre très documenté et qui s'ouvre sur deux chapitres historiques, présente une enquête de terrain approfondie. L'auteur, sociologue et agronome, mêle avec bonheur et efficacité les approches pluridisciplinaires. Il dégonfle également, à partir du cas de l'Asie centrale, le fantasme de la " guerre de l'eau " pour l'accès à une ressource présentée comme convoitée. Il parle d'" imaginaire hydraulique ", de " gospel de la pénurie d'eau ", de " discours totalisants portés sur l'Asie centrale tels que "L'eau est la ressource rare de l'Asie centrale" ou encore que "l'agriculture ouzbèke est une monoculture de coton" ". Quand se multiplient les discours annonçant que les " guerres de l'eau " seraient les principaux défis géopolitiques majeurs du XXIe siècle, cet ouvrage pertinent (et savant), remet, en Asie centrale et au-delà, les pendules à l'heure.

Serge Cordellier

Alternatives Internationales, n°55, page 78 (06/2012)
Alternatives Internationales - Les débordements de la mer d'Aral. Une sociologie de la guerre de l'eau