Lectures
La guerre au nom de l'humanité. Tuer ou laisser mourir
par Jean-Baptiste Jeangène Vilmer.
PUF (597p., 29 euros).

Philosophe, politiste, juriste français rattaché à l'université McGill (Canada), Jean-Baptiste Jeangène Vilmer présente les débats juridiques et éthiques sur les " interventions humanitaires " depuis vingt-cinq ans. Il montre que ces débats ne sont en rien nouveaux, et rappelle les précédents du XIXe siècle. Il met de l'ordre dans le vocabulaire utilisé et se gausse des Français qui affirment avoir tout inventé avec le " droit d'ingérence " ainsi que de tous ceux qui voient dans la guerre en Libye l'application de la " responsabilité de protéger ", laquelle est loin d'être une norme juridique contraignante. L'auteur plaide pour une approche réaliste et mesurée, au cas par cas, de ce type d'intervention ; ce n'est pas pour rien que son ouvrage est préfacé par Hubert Védrine. Mais il se place tout de même parmi les " antirestrictionnistes ", qui contestent le rétrécissement du droit du recours à la force depuis 1945. Cette somme imposante, appuyée sur une énorme bibliographie, est organisée autour des critères de la guerre juste. Elle reste toutefois un peu abstraite. Peut-on réfléchir à cette question hors des réalités militaires et diplomatiques, et des stratégies politico-militaires ? Qui a les moyens d'intervenir est une question majeure, au-delà de la légalité et de la légitimité.

Pierre Grosser

Alternatives Internationales, n°55, page 79 (06/2012)
Alternatives Internationales - La guerre au nom de l'humanité. Tuer ou laisser mourir