Lectures
Le temps de la Chine en Afrique
par Jean-Jacques Gabas et Jean-Raphaël Chaponnière.
Karthala (216 p., 23 euros).

Après la Françafrique serait donc venu le temps de la Chinafrique : une Afrique exploitée par la Chine pour ses richesses pétrolières, minières et agricoles. Qu'en est-il vraiment ? Cet ouvrage réunissant des contributions d'économistes, de géographes et de politologues, s'emploie à examiner de près les statistiques produites là où d'autres se contentent de répéter les chiffres. Et constate que les données existantes ne sont guère fiables... Restent les enquêtes de terrain dans plusieurs pays d'Afrique subsaharienne, qui révèlent une présence chinoise plus ancienne qu'on ne le pense souvent : impossible de réduire cette influence à la seule récente volonté politique des dirigeants de Pékin de sécuriser leurs approvisionnements en matières premières. Il n'en reste pas moins que la Chine s'est imposée comme le premier partenaire commercial de l'Afrique, en entretenant savamment le flou entre les aides au développement et les crédits servant à financer la construction d'infrastructures par ses propres entreprises. Sur le continent, le "consensus de Pékin", suivant lequel la coopération devrait précéder la démocratisation, a l'oreille des dirigeants africains, qu'ils préfèrent au "consensus de Washington" professé du côté occidental. Seulement pour l'heure, les importations chinoises compromettent tout développement industriel de l'Afrique.

Sylvain Allemand

Alternatives Internationales, n°56, page 78 (09/2012)
Alternatives Internationales - Le temps de la Chine en Afrique