Actualité

La chasse au mercure est ouverte

Il reste beaucoup à faire. C'est le bilan de l'inventaire sur le mercure, un métal hautement toxique, publié en janvier par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Message reçu puisqu'après quatre ans de discussions sous l'égide de l'ONU, plus de 140 États se sont mis d'accord sur la convention de Minamata. Elle prévoit, entre autres, l'interdiction d'ici à 2020 de la production et du commerce de produits contenant du mercure (piles, thermomètres, ampoule fluo-compactes, etc.) et une réduction des rejets atmosphériques de ce métal liés à la combustion du charbon. De nombreuses ONG ont dénoncé les insuffisances du texte, et notamment l'absence d'obligation de décontamination en cas de pollution.

Alternatives Internationales, n°58, page 23 (03/2013)
Alternatives Internationales - La chasse au mercure est ouverte