Lectures
La politique étrangère de Jacques Chirac
par Christian Lequesne et Maurice Vaïsse (dir.).
Riveneuve éditions (250p., 20 euros)..

Quand l'ancien président arrive au pouvoir, la guerre fait rage en Bosnie-Herzégovine, le Rwanda se relève à peine de son génocide, et le processus de paix au Proche-Orient est au point mort. Sur toutes ces questions, il a fait preuve d'un grand pragmatisme, assurent les différents contributeurs, s'inscrivant ainsi dans les pas de ses prédécesseurs, Charles De Gaulle et François Mitterrand, à quelques exceptions près telle sa volonté de faire rentrer la France dans le giron de l'OTAN. L'homme des arts premiers est aussi le premier président français qui a dû composer avec la multipolarisation du monde (réémergence de la Russie, création de l'Aléna en Amérique du Nord, élargissement de l'UE), qui a préféré se tourner vers l'Afrique et l'Asie plutôt que vers les États-Unis, attitude symbolisée par le refus en 2003 de la guerre en Irak. Sur le front européen, Héléne Miard-Delacroix raconte combien les relations franco-allemandes étaient (déjà) compliquées. Notamment avec Gerard Schröder, jusqu'à un dîner organisé dans une auberge alsacienne où les deux hommes ont découvert "qu'ils avaient des choses à se dire", ce qui a remis leur collaboration sur de bons rails. Avec l'appui de citations et de témoignages diplomatiques de première main, les auteurs montrent bien que si Jacques Chirac n'a pas révolutionné la diplomatie française, au moins adorait-il la piloter.

Thomas Monnerais

Alternatives Internationales, n°58, page 78 (03/2013)
Alternatives Internationales - La politique étrangère de Jacques Chirac