Lectures
La philanthropie en Amérique. Argent privé, affaires d'État
par Olivier Zunz.
Fayard (306 p., 22,90 euros).

L'intérêt de cet ouvrage est double. D'une part, il restitue l'histoire de la philanthropie américaine qui gagne à être connue. D'autre part, il peut nourrir certains débats en cours dans le monde de l'économie sociale et solidaire. Aux États-Unis, l'institution philanthropique a contribué à transformer la société américaine via notamment la création de fondations privées ayant pour finalité la mise en oeuvre de grandes expérimentations dans l'enseignement supérieur, la science et la médecine, ou encore la défense des droits de l'homme. Parmi les magnats qui ont joué un grand rôle dans cette histoire, on peut citer Andrew Carnegie, les dynasties Rockefeller ou Ford et, plus près de nous, Warren Buffet ou Bill Gates. L'historien des États-Unis Olivier Zunz souligne un point d'importance : à la différence de "la charité traditionnelle, exigence chrétienne d'agir pour son prochain, [qui] était en général modeste et gratuite, la philanthropie américaine moderne était [...] une entreprise capitaliste. À cette différence près : son but était le progrès social". La philanthropie américaine ne repose cependant pas sur les seuls riches magnats, mais aussi sur des organisations de masse avec de petits donateurs issus des classes moyennes ou populaires.

Serge Cordellier

Alternatives Internationales, n°58, page 79 (03/2013)
Alternatives Internationales - La philanthropie en Amérique. Argent privé, affaires d'État